Le Nouvel An du LSAP à Bonnevoie

«100 euros de plus pour le salaire social minimum»

Pour Etienne Schneider, l'augmentation du salaire social minimum doit figurer au programme électoral du LSAP.
Pour Etienne Schneider, l'augmentation du salaire social minimum doit figurer au programme électoral du LSAP.
Photo: Guy Jallay

(DS - trad. MF) – Etienne Schneider a annoncé, lors de la réception du Nouvel An du LSAP aux Rotondes de Bonnevoie, que le salaire social minimum serait augmenté de 100 euros nets par mois. Le candidat socialiste ne fait pas de tabou de la réduction du temps de travail.

Autres Galeries

«Nous sommes un fier et ancien parti», a lancé mardi soir le vice-Premier ministre Etienne Schneider aux Rotondes de Bonnevoie. Dans le but de permettre au fier parti de longue tradition -et malgré sa chute dans les sondages d'opinion- de continuer à rester aux manettes gouvernementales après les élections législatives du 14 octobre, la direction du parti a soigneusement préparé ses membres venus à la réception, à la campagne électorale.

Salaire minimum relevé dès début 2019

Président du parti, Claude Haagen, a rapidement posé le décor: «Nous devons travailler ensemble et nous serrer les coudes dans les mois à venir». Une devise en forme de fil rouge qui allait réapparaître en filigrane dans tous les discours tenus durant la soirée.

Le LSAP veut consolider le contact avec sa base et mobiliser tous ses membres et sympathisants. Les idées et propositions de la base doivent se refléter dans le programme électoral du parti. Un programme dont Etienne Schneider a déjà révélé quelques détails. Notamment sur l'augmentation du salaire social minimum.

Cette augmentation figurera évidemment au programme électoral du LSAP a souligné Etienne Schneider sous le tonnerre des applaudissements des convives venus et de nombreux membres. Selon Etienne Schneider, chaque bénéficiaire du salaire social minimum au Luxembourg devrait recevoir 100 euros nets par mois en plus et ce dès  début 2019.

La semaine de 40 heures devenue obsolète

La hausse reste à négocier avec les partenaires sociaux mais «c'est au moins ce qu'il faudrait», estime le Vice-Premier ministre. Il imagine que le gros coup de pouce  passerait notamment par une exonération fiscale.

Etienne Schneider a aussi l'intention de négocier une réduction du temps de travail. Après quarante ans, la semaine de 40 heures est devenue obsolète et doit être réformée.

«Avec le LSAP, il n'y aura pas de remaniements sournois des retraites».

En revanche, retraites et pensions ne sont pas négociables. «Avec le LSAP, il n'y aura pas de remaniements sournois des retraites». Les retraites constituent même une «ligne rouge» pour les socialistes, qu'ils ne franchiront sous aucun prétexte lors d'éventuelles négociations de coalition.

Une façon pour Etienne Schneider de critiquer le CSV qui avait mis sur le tapis des ajustements possibles du système de retraite à l'automne. De manière générale, Etienne Schneider n'a pas ménagé les chrétiens-sociaux. A l'instar des libéraux, les socialistes accusent le CSV de nourrir les craintes des citoyens pour glaner des points aux élections. «Le CSV fait craindre l'avenir aux gens. Le LSAP fournit les concepts pour l'avenir», a lancé Etienne Schneider avant de récolter à nouveau des applaudissements.