Enseignement fondamental

Les DYS et les TDA/H ne seront plus oubliés

Dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie ou dyscalculie, les DYS se déclinent du langage à l'écrit en passant par le calcul.
Dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie ou dyscalculie, les DYS se déclinent du langage à l'écrit en passant par le calcul.
Shutterstock

Par Virginie Orlandi

Un accord concernant l'enseignement fondamental vient d'être signé: les enfants ayant une DYS ou souffrant d'un trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité, vont être accompagnés au sein même de leur classe par une équipe spécialement formée à l'université.

Dans l'accord signé lundi dernier par Claude Meisch, ministre de l'Education nationale, et Patrick Remakel, président du Syndicat national des enseignants (SNE-CGFP), le gouvernement s'engage à ne plus faire d'économies mais à miser davantage sur la qualité dans l'enseignement fondamental jusquà la fin de la législature en 2018.

Et l'un des principaux points de l'accord concerne les élèves ayant des DYS et souffrant d'un trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H, ndlr).

"Le Luxembourg est doté de nombreux centres destinés aux enfants présentant des différences tant mentales que sensorielles", explique Pierre Reding du ministère de l'Education nationale, "Cependant, il n'y a rien pour les enfants présentant des DYS, un TDA/H et l'accord a pour objectif de remédier à cela".

Le ministère de l'Education est actuellement en négociation avec l'université du Luxembourg pour un tout nouveau diplôme qui ciblera les besoins en terme d'apprentissage de ces élèves.
Le ministère de l'Education est actuellement en négociation avec l'université du Luxembourg pour un tout nouveau diplôme qui ciblera les besoins en terme d'apprentissage de ces élèves.
Shutterstock

Dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie ou dyscalculie, les DYS se déclinent du langage à l'écrit en passant par le calcul. Et pour les TDA/H, les enfants, souvent diagnostiqués tardivement, se trouvent en échec scolaire dès les premiers apprentissages.

"Ces troubles ont des répercussions sur la vie scolaire et peuvent provoquer un déséquilibre psycho-affectif. Leur repérage, leur dépistage et leur diagnostic sont déterminants", poursuit Pierre Reding, "Actuellement, les enfants diagnostiqués par la commission d'inclusion scolaire bénéficient d'un suivi au sein de l'école qu'ils fréquentent à travers une assistance en classe assurée par une équipe dédiée. A l'avenir, ils seront dépistés dans l'un des centres spécialement dédiés à ces troubles".

L'idée de ce nouvel accord est donc d'augmenter le nombre d'heures, actuellement une centaine par arrondissement d'inspection.

"A travers ces nouvelles mesures 150 postes supplémentaires à temps plein vont être créés", note le premier conseiller au gouvernement, " ce qui signifie que nous allons investir pas moins de 3.500 heures supplémentaires dans l'encadrement de ces élèves".

Un Master spécifique et deux centres dédiés

Le ministère de l'Education est actuellement en négociation avec l'université du Luxembourg pour une convention portant sur un Master de pédagogie spécialisée, un tout nouveau diplôme qui ciblera les besoins en terme d'apprentissage de ces élèves.

De plus, deux centres vont être créés: un pour les DYS et un autre pour les troubles déficitaires. On ne sait pas pour l'instant où ils se situeront mais ils fonctionneront comme un centre de logopédie.

Ils assureront l'accueil des enfants dans une structure spécialement dédiée, les parents pourront y trouver soutien et conseils et les enseignants devraient pourvoir y mettre en place un suivi pour leurs élèves.

"L'idée n'est pas de créer des écoles spécialement destinées à ces enfants mais de leur fournir un espace où se rendre avec leurs parents et leurs instituteurs", précise Pierre Reding, "Le reste du temps, ils seront encadrés dans leur classe et bénéficieront de programmes adaptés dispensés par les enseignants spécialement formés à cet effet".

Les 150 enseignants vont être répartis à travers tous le pays et dans ces centres. Les 30 premiers le seront dès la rentrée prochaine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.