Elections communales 2017

Davantage de candidats dans la course par rapport à 2011

wort.lu

(gs/trad. AF) - La limite pour remettre les listes de candidats aux élections communales était fixée à vendredi 8 septembre à 18 heures, soit un mois tout juste avant les élections. La campagne électorale est aussitôt lancée, ce samedi.

En jetant un oeil vendredi aux 59 plus grandes communes, il était intéressant de constater que peu d'entre elles avaient, dans la journée, publié leurs listes. Et dans 46 communes soumises au mode de scrutin proportionnel, des changements étaient encore possibles.

Les élections seront différentes des précédentes, en 2011: davantage de candidats sont dans la course en 2017. Voici un tour d'horizon - non exhaustif bien sûr - des particularités de ces élections.

Centre: 2 listes à Bissen

A Bissen, les habitants voteront pour la première fois au mode de scrutin proportionnel: d'un côté le CSV, dont la liste est connue depuis longtemps, et de l'autre la liste citoyenne "Är Leit" entrent en campagne.

A Luxembourg-ville, le Piratepartei a joué le suspense jusqu'au bout puisque la question s'est posée jusqu'à la dernière minute de savoir si le parti allait déposer une liste ou non. Sven Clement est finalement candidat. 

Des changements s'annoncent dans les communes de Colmar-Berg, Fels, Fischbach et Nommern où les bourgmestres Gast Jacobs, Pierre Wies, Marianne Brosius-Kolber et Marc Eicher  ne peuvent plus se présenter à leur propre succession.

Sud: "nouveaux" partis, "anciens" candidats  

Dans les principales localités du sud, d'Esch-sur-Alzette à Pétange, tous les partis établis sont représentés, comme en 2011. A Pétange, le Piratepartei est présent pour la première fois aux élections. L'ex-ADR Joé Thein se présente avec un colistier à Pétange avec son parti Déi Konservativ.

A Käerjeng, le mouvement Bierger-Interessen Gemeng Këintzeg (BIGK) autour du bourgmestre adjoint et échevin Jeannot Jeanpaul n'est plus parmi les listes candidates. Le bourgmestre de Schifflange Roland Schreiner (LSAP) et Yves Ewen, de Simmern, ne se représentent pas.

Le bourgmestre de Kopstal Romain Adam est sur les listes, mais pas pour rester à sa place de bourgmestre. Le député et ancien bourgmestre Jean-Marie Halsdorf (CSV) tente à nouveau sa chance à Pétange avec Pierre Mellina.

Nord: les anciens se retirent

Dans les plus grosses communes du nord, les partis traditionnels sont représentés. A Uflingen, le député DP Edy Mertens fait campagne avec sa liste Ëlwenter Bierglëst.
A Ell, Mertzig, Park Hosingen, Redange-s/Attert et Vianden, les bourgmestres Jos Thill, Claude Staudt, Jacquot Heinen, Henri Mausen et Marc Schaefer se présentent à leur propre succession.

Armand Mayer, le plus ancien bourgmestre en poste, puisqu'il est à la tête de la commune de Kiischpelt depuis 42 ans, jette l'éponge et ne se représente pas.
Sept agglomérations de l'Est changeront de bourgmestre.

Les bourgmestres de Berdorf, Betzdorf, Biwer, Flaxweiler, Schengen, Waldbillig et Wormeldange ne se représentent pas: Ern Walerius, Edgard Arendt ("Déi Gréng"), Nicolas Soisson, Théo Weirich, Ben Homan, Jean-Luc Schleich et Jean Beining.

A l'Est, des nouveaux

A Schengen, Ben Homan et 14 échevins et conseillers communaux s'en vont. Gust Stefanetti (LSAP) à Mertert, qui avait cédé sa place en octobre 2016 à Jérôme Laurent (LSAP) pour raisons de santé, ne se représente pas. 

A Junglinster, le chrétien-social Romain Reitz se présente à sa propre succession tout comme Francine Ernster à Dalheim, déjà bourgmestre de 1999 à 2005. A Stadtbredimus, la députée CSV Octavie Modert entre dans la course. 

Pour plus de détails, consultez notre carte interactive

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.