Des lignes directrices pour la Défense

«C'est une évolution, pas une révolution»

Le budget de la défense luxembourgeoise s'élève actuellement à 291 millions d'euros. D'ici 2020, ce montant sera porté à 412 millions d'euros.
Le budget de la défense luxembourgeoise s'élève actuellement à 291 millions d'euros. D'ici 2020, ce montant sera porté à 412 millions d'euros.
Photo: Nico Muller

(ham trad. MF) – Le gouvernement prévoit d'investir annuellement 412 millions d'euros dans la défense et l'armement à l'horizon 2020. Un délicat exercice d'équilibriste du gouvernement entre attentes de l'OTAN et besoins de sa propre armée.

Le Luxembourg s'arme. Pour la première fois, le gouvernement luxembourgeois a fixé des lignes directrices pour sa défense à l'horizon 2025 et au-delà. L'objectif est de disposer d'une armée moderne qui soit en capacité de répondre aux défis de notre temps. «Que ce soit à la maison ou à l'étranger», a précisé Francine Closener,  secrétaire d'Etat à la défense, mercredi.

Le budget de la défense s'élève actuellement à 291 millions d'euros. D'ici 2020, ce montant sera porté à 412 millions d'euros. De 0,4% du PIB aujourd'hui, le budget de la Défense représentera alors 0,6% du PIB. «Le Luxembourg est un membre de l'OTAN et nous pourrons ainsi assumer nos responsabilités face aux partenaires de l'OTAN en matière d'efforts en faveur de la Défense», résume Francine Closener.

Il s'agit d'«une évolution, pas d'une révolution» avec des projets qui répondent à trois priorités: ils devront apporter une valeur ajoutée à l'OTAN, promouvoir la modernisation de l'armée luxembourgeoise et avoir un impact positif sur le pays.

Drones, hélicoptères et équipes médicales

Les lignes directrices de la défense prévoient entre autres le «développement conséquent de la composante aérienne» et le développement d'un pôle gouvernemental aérien au Findel. Il est aussi question de travailler sur un projet de médecine militaire qui permettrait de déployer des équipes médicales en opération pour faire face à la demande en chirurgie traumatologique et maladies infectieuses.

Les lignes directrices de la défense prévoient entre autres le développement d'un pôle gouvernemental aérien au Findel.
Les lignes directrices de la défense prévoient entre autres le développement d'un pôle gouvernemental aérien au Findel.
Photo: Pierre Matgé

L'armée va également moderniser des capacités ISR (intelligence, surveillance, reconnaissance) grâce à l'investissement dans de nouvelles technologies de reconnaissance comme les drones. L'armée va développer à l'avenir ses compétences en matière de cyberdéfense et il est prévu de créer un «service national de disponibilité» pour mobiliser des compétences civiles en cas de crise.

Autant de projets qui créeront des emplois et donnent des perspectives intéressantes aux soldats déjà engagés. Une grande importance sera accordée au recrutement a souligné Francine Closener. La plupart des projets n'en étant encore qu'à leurs balbutiements, il est impossible de chiffrer les besoins humains de l'armée luxembourgeoise à venir.

Dans un avenir proche, l'état-major de l'armée et la Direction de Défense emménagera dans un nouveau siège commun. Deux instances qui viennent de faire l'objet d'une réorganisation au cours des derniers mois. L'objectif étant de créer des synergies et d'améliorer la coordination entre le gouvernement et l'armée. «C'est un programme ambitieux mais réaliste. Par-dessus tout, il est nécessaire», a conclu Francine Closener.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.