Des élèves vont devoir repasser leurs examens

Claude Meisch leur adresse une lettre d'excuses

Le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch
Le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch
Photo: Serge Waldbillig

Le ministre de l’Education nationale, Claude Meisch, vient d’écrire une lettre aux écoliers devant repasser leurs examens suite à une tricherie, dont nous vous livrons l'intégralité.

Certains enseignants avaient donné les questions des sujets d'évaluations pour la fin de 4e cycle à des parents d’élèves. Il s’agit de l’examen des élèves qui sont en fin d’école fondamentale et dont ce test permet d’orienter les élèves soit vers l’enseignement classique soit vers l’enseignement technique.

Maintenant tous les élèves, ils sont quelque 4.800 dans ce cas, doivent refaire cet examen, dont les épreuves avaient déjà débuté depuis des semaines.

Dans une lettre envoyée aux élèves, le ministre de l’Education nationale, Claude Meisch, s’excuse auprès des écoliers pour les désagréments occasionnés. La lettre est écrite en luxembourgeois.

"Chers écolières, chers écoliers,

Je suis désolé de ce qui s’est passé avec vos examens.

Vu le travail que vous avez investi ces derniers mois, semaines et jours dans la préparation de ces examens, je peux comprendre votre désarroi et même votre colère de devoir réécrire ces tests.

J’ai pris cette décision, parce qu’il y a eu tricherie. Nous ne pouvons accepter cela et faire comme si rien ne s’était passé. Ce n’est pas juste que certains élèves aient eu accès aux questions auparavant. D’où ma décision que tous les écoliers devront repasser les tests en allemand, français et en mathématique. Les deux tests, l’ancien et le nouveau seront pris en compte, de telle manière que votre travail n’a pas été vain pour autant. Je vous promets que je ferai tout ce qui est dans mon pouvoir pour retrouver les coupables et qu’une telle chose ne se reproduise plus à l’avenir.

Chers élèves. J’espère que vous comprendrez ma décision. Je vous souhaite d’affronter ces examens sans stress ni peur. Rappelez-vous qu’ils ne constituent qu’une partie de votre évaluation de votre travail accompli ces deux dernières années. Vos bilans, l’avis de votre enseignant et de vos parents et même si cela est souhaité l’avis d’un psychologue sont pris en compte.

Je vous souhaite dès lors bonne chance pour les épreuves que vous attendent et que vous devriez attaquer de manière confiante".

Claude Meisch Ministre de l’Education nationale.