Cinq semaines après les élections

Kayl: pourquoi la coalition entre LSAP et Les Verts tarde

A Kayl-Tétange les dés devraient être jetés ce soir. Les sections locales du LSAP et des Verts se réunissent pour avaliser ou non le nouvel accord de coalition.
A Kayl-Tétange les dés devraient être jetés ce soir. Les sections locales du LSAP et des Verts se réunissent pour avaliser ou non le nouvel accord de coalition.
Photo: Lex Kleren

Par Maurice Fick

Un peu plus de cinq semaines après les élections communales du 8 octobre, seules deux communes du pays ne sont toujours pas dotées d'un nouveau collège des bourgmestre et échevins. Stadtbredimus, à l'Est, et Kayl, au Sud. Dans les deux communes l'issue est imminente. La nouvelle carte politique des communes au Luxembourg sera alors complète.

Alors que la valse des assermentations des nouveaux bourgmestres et échevins des 105 communes du Luxembourg se poursuit devant Dan Kersch au ministère de l'Intérieur, cette soirée de mardi pourrait bien être celle du déclic dans les deux dernières communes qui manquent à l'appel.

A Kayl ont parallèlement lieu ce mardi soir les réunions internes des sections locales du LSAP et des Verts pour avaliser ou non l'accord de coalition.

Incompatibilité de mandat pour deux conseillers

Partenaires de coalition au cours des six années écoulées, les socialistes (5 sièges) -qui ont perdu un siège au profit du CSV (4 sièges) mais ont limité les dégâts en comparaison aux communes socialistes voisines- et Les Verts (2 sièges) «ont travaillé d'arrache-pied sur un nouvel accord de coalition», assure le bourgmestre John Lorent. 

Si tout se passe selon le scénario prévu «l'équipe restera la même». En clair: John Lorent (LSAP) conserve son siège de bourgmestre. Marcel Humbert (LSAP) et Viviane Pétry (Déi Gréng), assermentée en octobre 2016, continueront à l'épauler en tant qu'échevins.

Si le nouveau collège des bourgmestre et échevins tarde à Kayl c'est à cause de «problèmes d'incompatibilité de mandat d'un conseiller du LSAP et d'une conseillère des Verts», explique John Lorent.

Pour l'un il résidait un risque de conflit d'intérêts entre sa position professionnelle chez Sudgaz et le poste de conseiller communal du fait que la commune de Kayl-Tétange détient 3% des parts de la société qui fournit et distribue le gaz. Pour l'autre, il y a incompatibilité selon la loi communale entre son emploi à l'école fondamentale de la commune de Kayl et son mandat électoral. «Elle a essayé de trouver un autre emploi dans une autre commune. Il a fallu mener à bien tout cela en trente jours», souligne le bourgmestre.

Huis clos à Stadtbredimus ce soir

A Stadtbredimus, à moins d'un rebondissement de dernière minute, les jeux seront faits après 20 heures. Les 9 nouveaux conseillers communaux se retrouveront à huis clos pour la première fois après les élections car l'un d'entre eux a dû s'absenter à l'étranger pour des raisons personnelles.

Selon toute vraisemblance, Marco Albert, second par les suffrages, devrait se succéder à lui-même au poste de bourgmestre. Les urnes avaient pourtant donné l'avantage à Octavie Modert. L'ancienne ministre de la Culture avait expliqué ne plus être candidate au poste de bourgmestre dès le 20 octobre et que la commune ne pouvait être gérée sans une confiance élémentaire.