Dans l'air du temps - La chronique de Stéphane Bern

La roue de la fortune

Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort.
Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort.
Photo: archives LW

La fin d’année est propice à la publication de palmarès et de classements en tous genres pour établir des listes d’événements ou de personnalités qui ont marqué les 365 jours écoulés. Avouez qu’il est plus surprenant d’observer avec quel intérêt renouvelé le public se passionne pour le palmarès des premières fortunes mondiales, jaugeant les uns et les autres à l’aune de leurs millions, et s’amusant du jeu de chaises musicales tandis que la roue de la fortune tourne à l’avantage des uns et au détriment des autres. 

Difficile cependant de sauver la morale, tant il est vrai que sur fond de crise migratoire, de catastrophes planétaires et de misère endémique, il paraît étrange de féliciter les 500 personnes les plus riches du monde qui ont vu leur fortune augmenter de vingt-trois pourcents en un an pour atteindre plus de 5.400 milliards de dollars fin 2017...

Un chiffre a retenu l’attention de la presse mondiale: 1.000 milliards de dollars. Ce n'est pas le titre d'un film mais l'augmentation, en un an, de la fortune des 500 personnalités les plus riches du monde, selon le classement établi par Bloomberg. 

L'envolée des Bourses mondiales en 2017 a en effet fortement accru le patrimoine des actionnaires des plus grandes entreprises du monde. Au total, ce club des «500» dispose d'une fortune de plus de 5.300 milliards de dollars, plus de deux fois le PIB de la France... et 89 fois celui du Luxembourg! 

Premier enseignement d'importance dans le classement Bloomberg, Jeff Bezos est devenu l'homme le plus riche du monde, sa fortune dépassant même un temps les 100 milliards de dollars. En un an, elle s'est accrue de 34,2 milliards de dollars, à 99,6 milliards... En 2017, la fortune de Jeff Bezos s'est accrue de 34,2 milliards de dollars, soit de plus de 93,6 millions chaque jour, et chaque minute, le patron d'Amazon a engrangé 65.000 dollars. Personne n'a fait mieux. 

C'est le premier depuis Bill Gates à atteindre ce niveau symbolique. Il peut remercier tous ceux qui ont acheté des cadeaux en ligne! Jeff Bezos devance désormais les éternels Bill Gates (91,3 milliards, +8,9 milliards) et Warren Buffett (85 milliards, +11,8 milliards), habitués aux places d'honneur du classement. 

Si l'on ajoute Mark Zuckerberg – cinquième comme en 2016, avec 73,2 milliards de dollars (+23,2 milliards) – , ils sont quatre Américains dans le «Top 5», mais seulement six dans le «Top 10» du fait de la baisse du dollar. Malgré tout, les Etats-Unis continuent de dominer ce classement avec 159 Américains dans le top 500. 

C'est le contingent le plus important devant les Asiatiques (126) et les Européens (122)... L'Afrique reste le parent pauvre avec seulement 7 milliardaires, alors que le Moyen-Orient n'en compte plus que 10 dans le top 500. La Chine communiste compte 38 milliardaires, dont la fortune s'est accrue de soixante-cinq pourcents (+177 milliards) en 2017.

Pour autant la hausse de l'euro a profité aux milliardaires européens. Si l'Espagnol Amancio Ortega, propriétaire de Zara, ne pointe plus qu'à la quatrième place (75,5 milliards), sa fortune s'est accrue de 3,4 milliards de dollars en un an. Surtout, deux autres Européens ont fait leur entrée dans le top dix cette année: Bernard Arnault, qui devient la sixième fortune mondiale (+23,6 milliards, à 62,8 milliards), alors que son groupe LVMH est devenu la première capitalisation française, et Ingvar Kamprad, fondateur d'Ikea, qui pointe en 10e position (52,4 milliards, +8,4 milliards). 

On notera enfin la montée en puissance des milliardaires des nouvelles technologies: plus d'un milliardaire sur dix vient du monde digital. Pour autant leur fortune n’a rien de virtuel. Les perdants de l'année en savent quelque chose comme Patrick Drahi, Georges Soros, le prince saoudien Alwaleed Bin Talal. Une seule consolation: les plus fortunés sont aussi les philanthropes les plus généreux et les mécènes les plus actifs dans l’art. Avec sans doute la volonté d’écrire leur légende et de bâtir un monument à leur gloire. L’histoire ne dit pas non plus s’ils sont les plus heureux des hommes…

Bonne année à tous! 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.