Changer d'édition

Zitha Senior touché à son tour par la grève à Luxembourg et Pétange
Tambour, crécelle et sifflets ont retenti durant six longues minutes dans la rue Sainte-Zithe juste avant midi.

Zitha Senior touché à son tour par la grève à Luxembourg et Pétange

Photo: Maurice Fick
Tambour, crécelle et sifflets ont retenti durant six longues minutes dans la rue Sainte-Zithe juste avant midi.
Luxembourg 3 min. 14.06.2018

Zitha Senior touché à son tour par la grève à Luxembourg et Pétange

Maurice FICK
Maurice FICK
La grève inédite dans le secteur des soins qui a touché jusqu'ici Sodexo à Bettembourg et la fondation des «Parcs du 3e Age» à Bertrange, se propage au groupe Zitha Senior. A 11h30 ce jeudi une grève illimitée a été déclenchée par l'OGBL rue Sainte-Zithe à Luxembourg! Le site de Pétange est également en grève depuis 14 heures.

Chez Zitha Senior «100% des salariés ont voté pour la grève!», assure Nora Back, secrétaire centrale du Syndicat santé, services sociaux et éducatifs de l'OGBL alors que les salariés, d'ordinaire aux petits soins pour les pensionnaires de la Séniorie Saint-Jean de la Croix, sont descendus sur le trottoir, juste devant la maison, pour entamer une grève illimitée juste avant midi. Leurs collègues de la Séniorie Saint-Joseph de Pétange leur ont emboîté le pas à 14 heures.

La grève s'est propagée au groupe Zitha Senior, en plein cœur du quartier gare à Luxembourg-Ville ce jeudi. Juste avant l'heure du déjeuner et ce n'est pas un hasard... comme l'explique la présidente de la délégation du personnel.
La grève s'est propagée au groupe Zitha Senior, en plein cœur du quartier gare à Luxembourg-Ville ce jeudi. Juste avant l'heure du déjeuner et ce n'est pas un hasard... comme l'explique la présidente de la délégation du personnel.
Photo: Maurice Fick

Si la grève a démarré à l'heure du déjeuner à Luxembourg, ce n'est pas par hasard. Des 39 salariés relevant de la convention collective de travail FHL (Fédération des Hôpitaux Luxembourgeois) et qui sont en grève, une vingtaine travaillent dans la restauration, les autres sont aides-soignants.

«C'est un moment très dur que nous vivons ici. Ils ont quitté leurs postes pour venir manifester pour leurs droits», glisse Nora Back avant de se tourner vers les grévistes et les féliciter de vive voix pour leur courage. Tandis que les fenêtres de la séniorie s'ouvrent de partout en façade, la soixantaine de grévistes - de nombreux collègues sont venus de Bettembourg - font résonner tambours, crécelles et sifflets durant six bonnes minutes dans la rue Sainte-Zithe jouant à la caisse de résonance.



Grève dans les maisons de soins: une solution bientôt en vue?
Le mouvement de grève dans le secteur des aides et des soins s'étend sous la pression de l'OGBL. En coulisses, ministères et directions des établissements touchés se sont retrouvés. La COPAS annonce avoir «proposé des solutions au gouvernement». Le LCGB exige d'ores et déjà «une solution nationale et durable». C'est au Conseil de gouvernement de trancher, ce vendredi.

La menace d'une grève illimitée planant depuis le mardi 5 juin, c'est-à-dire depuis que l'OGBL avait annoncé que la coupe était pleine pour les 350 salariés du secteurs d'aides et de soins et qu'ils passeraient à l'action de manière imminente et progressive.

«Depuis une semaine, c'est infernal!»

Tout comme leurs 73 collègues de la Maison de soins «An de Wisen» à Bettembourg qui sont entrés ce jeudi dans leur 9e jour de grève, les aides-soignants, le personnel de restauration et de nettoyage de la Séniorie Saint-Jean de la Croix à Luxembourg revendiquent que leur soient appliquées les revalorisations dues depuis octobre 2017. Date d'entrée en vigueur de la nouvelle convention collective de travail FHL (Fédération des Hôpitaux Luxembourgeois).

«Depuis une semaine c'est infernal ici. La direction nous met la pression. Elle a placé du personnel de chez Dussmann pour, soi-disant, remplacer du personnel en maladie... mais il n'y en a pas! Nous devions former ces gens, chose que nous n'avons pas faite. La direction voulait ainsi se préparer à la grève», raconte Isabelle Carneiro, présidente de la délégation du personnel à la Séniorie Saint-Jean de la Croix. 


8e jour de conflit à Bettembourg: les grévistes stoppent les «casseurs de grève»
Des grévistes qui ont installé des barrages filtrants à toutes les entrées pour stopper les «casseurs de grève». Une direction qui fait appel à la police. Trois inspecteurs de l'ITM qui déboulent. Au 8e jour de grève, le conflit entre les grévistes de la Maison de soins «An de Wisen» à Bettembourg et la direction de Sodexo s'est soudainement durci.

C'est une nouvelle étape dans un conflit qui a pris une tournure rocambolesque mercredi à la maison de soins «An de Wisen» où les grévistes avaient installé des barrages filtrants à toutes les entrées pour stopper les «casseurs de grève». Avant que police et ITM ne s'en mêlent.

Les sites de Luxembourg et de Pétange confondus, le groupe Zitha Senior, compte parmi son personnel 126 salariés sous convention FHL. Autant de grévistes potentiels.

Même discours syndical et même détermination des salariés à Pétange où la grève illimitée a commencé en début d'après-midi, l'OGBL a publié une vidéo sur son compte Twitter:



Sur le même sujet

Grève stoppée après 11 jours dans les maisons de soins: un accord trouvé
La grève qui touche plusieurs maisons de soins au Luxembourg et qui dure depuis 11 jours à Bettembourg, est terminée! L'OGBL et la fédération patronale, la COPAS, Sodexo et Zitha Senior, ont fini par s'entendre samedi, peu après 14 heures. L'Etat mettra la main à la poche. Les 350 grévistes sous convention FHL toucheront rétroactivement tout ce qui leur est dû en juillet.
Entrevue du Gouvernement avec les acteurs du secteur Social, Xavier Bettel, Pierre Gramegna, Romain Schneider, delegation OGBL, André Roeltgen, le 16 Juin 2018. Photo: Chris Karaba
8e jour de conflit à Bettembourg: les grévistes stoppent les «casseurs de grève»
Des grévistes qui ont installé des barrages filtrants à toutes les entrées pour stopper les «casseurs de grève». Une direction qui fait appel à la police. Trois inspecteurs de l'ITM qui déboulent. Au 8e jour de grève, le conflit entre les grévistes de la Maison de soins «An de Wisen» à Bettembourg et la direction de Sodexo s'est soudainement durci.
La grève des maisons de soins de Pétange est reportée
Le mouvement de grève qui devait mobiliser les employés de la maison de soins Zitha Senior de Pétange, ce vendredi 8 juin, n'a pas eu lieu suite à une initiative de la direction, visant à réduire son efficacité. La grève est reportée à un jour prochain, mais la date demeure pour l'heure inconnue.
Victoire pour les grévistes de la maison de soins à Bertrange
En grève ce jeudi matin, plus de la moitié des salariés des «Parcs du 3e Age» à Bertrange ont fini par faire plier la direction de la maison de soins. «L'accord a été signé. Nous avons obtenu tout ce que nous revendiquions», assure Pitt Bach de l'OGBL. La direction dit avoir été «contrainte d'accepter les revendications» par souci pour la sécurité des pensionnaires. La grève est finie depuis 16h30 à Bertrange. Elle se poursuit à Bettembourg. Et sera lancée vendredi matin chez Zitha Senior à Pétange.
Maison de soins de Bettembourg: les grévistes «ne lâcheront rien», Sodexo non plus
Des salariés de la maison de soins «An de Wisen» à Bettembourg ont entamé une grève illimitée mercredi. C'est un «crève-cœur» d'être sur le trottoir au lieu de s'occuper des pensionnaires, «mais on est là pour défendre nos droits», assure un délégué du personnel. Le directeur des activités seniors chez Sodexo assure que la grève ne gêne «pas du tout» le fonctionnement interne de la maison et qu'il ne «cédera en aucun cas».
Maisons de soins: une grève illimitée démarre chez Sodexo à Bettembourg
«99% des salariés ont voté pour la grève! Nous commencerons donc une grève à durée indéterminée mercredi matin devant la maison de soins de Bettembourg. Suivront Bertrange et les établissements de Zitha Senior», annonce Nora Back de l'OGBL. La coupe déborde pour 350 salariés du secteurs d'aides et de soins qui passent à l'action.