Changer d'édition

Xavier Bettel a constaté l'«horreur» de ses propres yeux
Luxembourg 9 5 min. 21.06.2022
Rencontre avec Zelensky

Xavier Bettel a constaté l'«horreur» de ses propres yeux

Bettel est le premier chef de gouvernement de l'UE à rendre visite à Zelensky depuis que la Commission européenne s'est prononcée vendredi en faveur de l'octroi à l'Ukraine du statut de candidat à l'adhésion.
Rencontre avec Zelensky

Xavier Bettel a constaté l'«horreur» de ses propres yeux

Bettel est le premier chef de gouvernement de l'UE à rendre visite à Zelensky depuis que la Commission européenne s'est prononcée vendredi en faveur de l'octroi à l'Ukraine du statut de candidat à l'adhésion.
Photo: AFP
Luxembourg 9 5 min. 21.06.2022
Rencontre avec Zelensky

Xavier Bettel a constaté l'«horreur» de ses propres yeux

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Il a rencontré le président Volodymyr Zelenksy dans le cadre d'entretiens politiques et a visité plusieurs lieux dévastés par la guerre

Chose promise chose due. Au début du mois de juin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky donnait un discours poignant devant la Chambre des députés luxembourgeois. Depuis l'Ukraine, le dirigeant n'a pas manqué de remercier le Luxembourg pour ses nombreuses contributions financières et matérielles, tout en réclamant davantage de moyens pour faire face à l'agression russe. Comme il l'a fait avec des dirigeants d'autres pays, le président Zelensky a, lors de son discours, invité personnellement le Premier ministre Xavier Bettel à effectuer le voyage vers Kiev afin qu'il puisse constater l'étendue des dégâts de ses propres yeux. 


ARCHIV - 03.04.2020, Thüringen, Jena: Ein Wissenschaftler zeigt einen Corona Schnelltest im Leibnitz Institut für Photonische Technologien. (zu dpa «Mehr Corona-Tests in Altenpflege gefordert - Virus in 14 Heimen») Foto: Bodo Schackow/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Luxembourg a fourni 692.000 tests rapides à l'Ukraine
La guerre rendait les diagnostics et les traitements des personnes infectées par le covid-19 difficiles, voire impossibles.

Ni une ni deux, le chef du gouvernement avait directement répondu qu'il se déplacerait dans le pays en guerre, sans toutefois préciser de date. En ce début de semaine, l'homme a joint le geste à la parole. Nous avons effectivement appris ce mardi matin que Xavier Bettel venait d'arriver il y a quelques heures dans la capitale, prenant le grand public de court. Le déplacement n'avait en effet pas du tout été annoncé au préalable. 

Accueilli par la Première vice-ministre des Affaires étrangères

«Sur invitation du président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, est actuellement en déplacement en Ukraine. Figurent à l'ordre du jour des visites de villes touchées par l'agression russe, ainsi qu'une série d'entrevues politiques bilatérales», décrit laconiquement le communiqué transmis aux médias ce mardi matin.


«L'Ukraine se bat pour nos valeurs et appartient à l'UE»
La Commission européenne recommande le statut d'adhésion pour l'Ukraine et la Moldavie. Le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn a une opinion claire à ce sujet.

Dès son arrivée, l'homme a été accueilli chaleureusement par Eminé Dzhaparova, la Première vice-ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine. Rappelez-vous, cette dernière était présente physiquement au Grand-Duché lors de l'allocution du président Zelensky. Cette dernière nous avait d'ailleurs accordé un entretien au cours duquel elle nous confiait son ressenti actuel de la guerre, évoquait la situation sur place ainsi que les besoins de l'armée ukrainienne. 

Sur Twitter, le Premier ministre s'est toutefois fendu de plusieurs commentaires sur l'avancement de sa visite de travail et sur les lieux dévastés par la guerre où il a pu se rendre. «Nous voulons montrer notre solidarité avec le peuple ukrainien. Tant que la guerre durera, le Luxembourg répondra présent», a affirmé Xavier Bettel sur ses réseaux sociaux.

Il s'est notamment rendu à Borodyanka, ville aujourd'hui désertée par l'armée russe mais complètement dévastée par les bombardements successifs. Cette ville située en périphérie de Kiev est aujourd'hui un «symbole de cruauté et de violence insensées», déplore Xavier Bettel. «Rien ne peut exprimer l'horreur de ce qui s'est passé ici.»

Le Premier ministre semble avoir été particulièrement touché par les exactions commises à l'égard des civils ukrainiens, comme ce fut spécialement le cas à Boutcha, ville martyre où le chef du gouvernement semble s'être rendu également. «Il n'y a pas de mots pour décrire l'inimaginable tragédie humaine de Boutcha. Vous pouvez compter sur le Luxembourg pour soutenir les enquêtes des acteurs nationaux et internationaux sur ces crimes de guerre, et pour veiller à ce que les responsables de ces atrocités soient identifiés, poursuivis et punis», a-t-il assuré.

«Ce sont des images que l'on n'oublie jamais», a déclaré Xavier Bettel pour décrire ses impressions. Visiblement affecté, le Premier ministre luxembourgeois décrit ses rencontres avec des personnes qui ont subi quatre mois de guerre. «Cela ne laisse personne indifférent», raconte Bettel en évoquant les destins de mères qui ont perdu leurs enfants et doivent maintenant s'occuper de leurs petits-enfants - dans un environnement marqué par une destruction sans mesure. «Beaucoup d'émotions» ressortent de ces rencontres, a déclaré le Premier ministre, qui a rappelé que cette guerre se déroulait à deux heures de vol du Luxembourg. 

Durant l'après-midi, il a finalement rencontré le président Volodymyr Zelenksy dans le cadre d'entretiens politiques. Il importait au Premier ministre de souligner le soutien du peuple luxembourgeois avec l’Ukraine : « Quatre mois après le début de la guerre, et suite à votre invitation, je suis aujourd’hui ici pour témoigner le soutien du Luxembourg à l’Ukraine. Mon message - envers vous, Monsieur le Président, et envers le peuple ukrainien, ici en Ukraine et à tous ceux cherchant refuge ailleurs – est clair : Nous – le Luxembourg et les luxembourgeois - sommes à vos côtés ».

Xavier Bettel a précisé, en ce qui concerne la perspective européenne de l'Ukraine, qu'un oui des chefs d'État à la candidature ukrainienne à l'UE était un devoir moral. Le Premier ministre tenait cependant à ajouter que « dans ce débat, il importe de veiller à gérer les attentes de toutes les parties. Nous le savons, il n’y a pas de « procédure accélérée » pour devenir membre de l'UE. Avec le statut de candidat, un long processus commence. Nous ne pouvons simplement pas ignorer l’acquis communautaire et les critères de Copenhague - État de droit ; respect des droits fondamentaux ; une économie de marché qui fonctionne.

Le Premier ministre a conclu en remarquant : « Oui, les défis sont substantiels. Mais je peux vous assurer que le Luxembourg restera à vos côtés. Aujourd’hui face à l’agression russe. Et sur le long terme pour la reconstruction de votre pays ». 

À l’issue de cette entrevue, le Premier ministre a eu une entrevue avec le Premier ministre de l’Ukraine, Denys Chmyhal et une rencontre avec le Président du Parlement ukrainien, Rouslan Stefantchouk, à la Verkhovna Rada d'Ukraine.

Xavier Bettel est le premier chef de gouvernement de l'UE à rendre visite à Zelensky depuis que la Commission européenne s'est prononcée vendredi en faveur de l'octroi à l'Ukraine - tout comme à la République de Moldavie - du statut de candidat à l'adhésion. Lors du sommet européen de ce jeudi et vendredi, les chefs d'État et de gouvernement doivent prendre une décision. Celle-ci doit être prise à l'unanimité. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Commission européenne a recommandé vendredi d'accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l'Union européenne, un premier feu vert qui devra être approuvé à l'unanimité des Vingt-Sept, avant l'ouverture de longues négociations en vue de son adhésion.
European Commission President Ursula von der Leyen speaks during a press conference on the EU membership applications by Ukraine, Moldova and Georgia at the European Commission headquarters in Brussels on June 17, 2022. - The European Commission will vote on June 17, 2022 on whether to grant Ukraine EU candidate status, but any green light will be subject to conditions and must be unanimously approved by the 27 member states before lengthy accession negotiations can begin. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Les enfants ukrainiens accueillis au Luxembourg sont scolarisés dans des établissements publics comme privés. Le ministère de l'Education a prévu un encadrement pendant les vacances scolaires, ainsi que des solutions pour les élèves en fin de cycle secondaire.
La scolarisation des réfugiés ukrainiens pose des défis majeurs au ministère de l'Éducation nationale.