Changer d'édition

Ce que le Luxembourg et le Portugal doivent faire de plus
Luxembourg 6 min. 13.05.2022
Visite d'Etat

Ce que le Luxembourg et le Portugal doivent faire de plus

Le président portugais entre le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa.
Visite d'Etat

Ce que le Luxembourg et le Portugal doivent faire de plus

Le président portugais entre le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa.
Photo: SIP
Luxembourg 6 min. 13.05.2022
Visite d'Etat

Ce que le Luxembourg et le Portugal doivent faire de plus

Marc THILL
Marc THILL
Une visite d'Etat de deux jours s'achève au Portugal. Que reste-t-il de cette visite et pourquoi était-elle si intense ? Un bilan de Lisbonne.

«Vous êtes ici chez vous.» Jeudi matin, dans un hôtel de luxe de Lisbonne et devant quelque 200 chefs d'entreprise réunis à l'occasion du forum économique Luxembourg-Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa, le président de la République portugaise, se montre particulièrement jovial à l'adresse du grand-duc Henri. 


Ankunft am Dienstagabend in Lissabon auf dem Militärflughafen Figo Maduro. Am Mittwoch findet die protokollarische Empfangszeremonie im Stadtzentrum von Lissabon statt.
Le voyage de toutes les émotions
Henri et Maria Teresa rendent visite à un pays qui a été un lieu de refuge de la famille grand-ducale pendant la guerre, tandis que le Luxembourg, lui, est devenu une terre d'accueil pour de nombreux Portugais depuis les années 1960.

La formule n'est pas vaine! Surtout pas dans un pays comme le sien, marqué comme aucun autre par l'émigration. Près de cent mille Portugais vivent au Luxembourg (soit 14,5% de la population résidente) et constituent la plus grande population étrangère du pays.

Le Portugal est-il vraiment une deuxième patrie pour le Grand-Duc? La question lui est posée. Après beaucoup de parade et de protocole en deux jours, le monarque répond jeudi soir devant les journalistes: «Parler du Portugal comme de ma deuxième patrie est certainement exagéré.» Il laisse tout de même entendre qu'il aime cette légèreté d'être dans le sud de l'Europe. 

Une référence à son épouse, la grande-duchesse Maria Teresa, dont les racines plongent en Espagne et à Cuba. Oui, il dit qu'il est très attiré par ce monde lusitanien. Et c'est peut-être cette admiration pour ce côté méridional qui a fait pencher la balance en faveur d'une deuxième visite d'Etat dans ce pays de l'Atlantique.

Une base spatiale dans les Açores

 Une telle visite a déjà eu lieu en 2010, mais une règle veut que les têtes couronnées ne puissent visiter un pays officiellement et avec toute leur suite qu'une seule fois au cours de leur règne. Il n'y a pas de deuxième fois. Le grand-duc Henri a donc fait de cette visite l'exception qui confirme la règle. Ou l'expression d'une très grande reconnaissance du Luxembourg envers le Portugal et les Portugais. 

A l'initiative de cette visite, le Portugal veut se rapprocher du Luxembourg. Pourquoi? Parce qu'après des crises répétées, le pays a désormais beaucoup de choses à montrer dont il peut être fier et pour lesquelles il souhaite de nouveaux partenariats, surtout commerciaux, il faut le souligner.

 

Parler du Potugal comme ma deuxième patrie est certainement exagéré

Le grand-duc Henri

 «Nous devons faire plus», a déclaré jeudi le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa devant des chefs d'entreprise des deux pays. Ce social-démocrate, âgé de 73 ans, un vrai vieux charmeur, fait référence aux dernières technologies dont son pays est en train de se doter : le monde numérique, le monde durable, le monde maritime et même le monde extraterrestre. 

Oui, le Portugal veut installer une base spatiale sur l'une de ses îles des Açores et renouer d'une certaine manière avec son esprit de conquête d'antan. Le président de la République déclare, dans son tout premier discours mercredi, que les Portugais au Luxembourg doivent «créer un Portugal en esprit» - c'est-à-dire qu'ils ne doivent en aucun cas oublier leurs racines

De l'air à revendre 

Nous pouvons faire plus, nous devons faire plus. Les deux peuples sont proches, mais l'économie n'en tient pas autant compte, déclare le ministre de l'Economie Franz Fayot. C'est une contradiction. Le Portugal n'est que le 24e pays exportateur de biens en provenance du Luxembourg. Moins d'un demi pour cent des exportations sont destinées au Portugal, et la situation n'est guère meilleure dans l'autre sens. Le Portugal est le 20e partenaire d'importation du Luxembourg.


Le Portugal, le Luxembourg et de nombreux destins humains
Voici comment les liens entre les Luxembourgeois et les Portugais se sont remarquablement entremêlés.

 Il s'agit de fruits, de produits agricoles, alors que certains produits et services sont bien plus appréciés. Dans l'économie, tout est actuellement «tech», «space», «digital» et «green» : fin-tech, health-tech, blue economy, digital economy, sustainable economy - un nouveau monde - ou juste un vieux dans de nouveaux habits? - quoi qu'il en soit ! Il y a des choses que les deux pays pourraient faire ensemble au lieu de se contenter d'envoyer des métaux de base au sud et des agrumes et des olives au nord.

En marge de ces deux jours sous le soleil portugais, le Grand-Duc a également exprimé le souhait d'impliquer massivement l'économie et la société portugaises dans cette visite d'Etat. Jusqu'à 170 Luxembourgeois de tous les secteurs, même de la culture, une première, sont donc au Portugal ces jours-ci pour mesurer «où l'on peut faire plus». Oui, aussi dans la culture: théâtre, danse, cinéma, édition... 

Augmenter le nombre d'électeurs

 Mais qui visite le Portugal pense aussi - comment pourrait-il en être autrement? - à l'intégration. Non, les Portugais ne sont pas tous heureux au Luxembourg. Ils sont certes réticents aux sondages et aux études, mais l'étude sur le racisme a tout de même montré, selon la ministre de la Famille Corinne Cahen, également en charge de l'intégration des étrangers, que les Portugais se sentent discriminés au Luxembourg en matière d'éducation, de logement mais aussi sur le marché du travail.

 Leur souhait est d'augmenter le nombre d'électeurs portugais lors des prochaines élections, afin de donner aux Portugais du Luxembourg la participation à la démocratie à laquelle ils ont droit depuis longtemps. Pour ce faire, le gouvernement portugais a été associé à cette visite d'État afin qu'il fasse la promotion de l'inscription sur les listes électorales auprès de ses compatriotes au Luxembourg depuis Lisbonne, Porto et Coimbra.

Nous devons être reconnaissants au Luxembourg d'avoir non seulement accueilli, mais aussi naturalisé et surtout compris les milliers de Portugais

Marcelo Rebelo de Sousa (président du Portugal)

Le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn (LSAP) l'exprime à sa manière et rappelle comment, en tant que fonctionnaire communal à Steinfort, il a accueilli les premiers émigrés portugais dans le bureau des inscriptions au milieu des années soixante. Contrairement aux Italiens, dont beaucoup arrivaient comme des hirondelles au printemps et repartaient à l'automne, les Portugais avaient trouvé au Luxembourg un lieu de résidence définitif. 


Henri le Navigateur, Henri le Grand-Duc
Révérence pour le navigateur, fleurs pour le poète : les coulisses de la tournée du couple grand-ducal à Lisbonne.

 Mais à l'époque, ils étaient pauvres et cela a quand même fonctionné. Pour 50.000 francs belges, certains auraient acheté leur autorisation de sortie de la dictature de Salazar. Question au ministre des Affaires étrangères : sommes-nous aujourd'hui, nous Luxembourgeois, moins compatissants, moins disposés à accueillir des personnes dans le besoin qu'il y a 50 ans ? Le contexte est différent, répond Jean Asselborn, qui se détourne vers l'Europe. Il a des mots durs : «Plusieurs pays sont en train de mettre en place un système d'apartheid pour se fermer aux réfugiés et aux migrants d'Afrique et du Moyen-Orient». 

Que reste-t-il à la fin de cette visite d'État ? Les remerciements. Les remerciements des Portugais au Luxembourg pour l'accueil de leurs compatriotes. Là aussi, un mot poignant du président portugais : «Nous devons être reconnaissants au Luxembourg d'avoir non seulement accueilli, mais aussi naturalisé et surtout compris les milliers de Portugais». Le grand-duc Henri remercie à son tour les Portugais pour tout ce qu'ils ont fait pour son pays.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Visite d'Etat au Portugal
Henri et Maria Teresa rendent visite à un pays qui a été un lieu de refuge de la famille grand-ducale pendant la guerre, tandis que le Luxembourg, lui, est devenu une terre d'accueil pour de nombreux Portugais depuis les années 1960.
Ankunft am Dienstagabend in Lissabon auf dem Militärflughafen Figo Maduro. Am Mittwoch findet die protokollarische Empfangszeremonie im Stadtzentrum von Lissabon statt.
Le Portugal célèbre ce lundi le 48e anniversaire de la Révolution des Œillets, début de l'actuel régime démocratique dont la longévité vient de dépasser celle de la dictature fasciste instaurée en 1926.
Les prix à la consommation au Portugal ont continué de progresser en mars, avec une hausse de 5,3% sur un an, contre 4,2% le mois précédent, a annoncé mardi l'Institut national des statistiques (Ine).
La crise en Ukraine entraîne une hausse des prix à la consommation.
«L'intégration au Luxembourg? Très bien. Pas seulement bien. Très bien», vante le patron du restaurant «Le Welcome», référence de la gastronomie portugaise à Esch-sur-Alzette.
Avec le ministre portugais de l'Economie
En visite chronométrée au Luxembourg, mardi, pour signer deux accords sur le tourisme et les start-ups, le ministre portugais de l'Economie, Manuel Caldeira Cabral, s'est montré bien plus confiant que les rapports internationaux sur son pays. Brève rencontre.
Ministre portugais de l’Economie, Manuel Caldeira Cabral, Foto Lex Kleren