Changer d'édition

Vous ne pouvez plus vous faire vacciner contre la grippe
Luxembourg 4 min. 18.12.2018 Cet article est archivé

Vous ne pouvez plus vous faire vacciner contre la grippe

Toutes les réserves nationales de doses de vaccin contre la grippe sont épuisées à ce jour au Luxembourg.

Vous ne pouvez plus vous faire vacciner contre la grippe

Toutes les réserves nationales de doses de vaccin contre la grippe sont épuisées à ce jour au Luxembourg.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 4 min. 18.12.2018 Cet article est archivé

Vous ne pouvez plus vous faire vacciner contre la grippe

A cause d'un bête problème de livraison, le Luxembourg est en rupture de stock de vaccins contre la grippe. La raison est en fait purement commerciale.

Depuis deux semaines, le docteur Max Peporte, médecin généraliste à Esch-sur-Alzette, est contraint de renvoyer les patients qui viennent lui demander une vaccination contre la grippe. «Je les oriente vers Audun-le-Tiche, il y a encore du stock en France. Ils seront ensuite remboursés au Luxembourg. Mais peut-on travailler de cette façon?»

A Esch, comme dans tout le pays, toutes les pharmacies sont en rupture de stock depuis deux semaines. Un constat confirmé par le docteur Jean-Claude Schmit, directeur de l'administration de la Santé. «Nous essayons de racheter des stocks dans les pays voisins. Mais là aussi, les stocks sont presque épuisés.»

L'épidémie ne fait que commencer

Max Peporte ne s'explique pas ce phénomène: «J'ai une responsabilité vis-à-vis de mes patients et je ne peux pas exercer mon métier correctement. Nous ne sommes qu'au début de l'épidémie de grippe. Les premiers cas se sont déclarés ces jours-ci.»

Chaque année connaît quelques fluctuations des réserves de vaccins anti-grippe, en fonction des campagnes de vaccination, d'un incident au niveau de la production ou d'une demande élevée et inattendue. Mais le docteur Peporte explique qu'il n'avait jamais connu de rupture de stock aussi tôt. «Au début de l'année, nous avions commandé 73.000 doses de vaccin antigrippal Apharix auprès du fabricant GSK, c'est-à-dire autant que l'année précédente», explique le docteur Schmit. «Il semble que davantage de patients se soient décidés à se faire vacciner cette année.» Les premiers signes de la pénurie sont apparus début novembre, maintenant les entrepôts sont vides.

Pas assez de profit

La cause du manque de vaccin est liée au pur raisonnement commercial d'un second fournisseur. Les services de la Santé avaient passé au début de l'année une commande de 30.000 doses auprès de l'entreprise pharmaceutique Mylan. Cette dernière avait bien assuré par écrit qu'elle livrerait les vaccins mais s'est ensuite rétractée suite à l'évolution des prix.

Olivier Moes, pharmacologue, avait confié au Luxemburger Wort il y a deux semaines, que Mylan avait soudainement annoncé que pour des raisons de coûts, la société devait renoncer à la production du vaccin contre la grippe Influvac Tetra pour le marché luxembourgeois. Raison pour laquelle il a manqué d'un seul coup 30.000 doses au Luxembourg. Et il était déjà trop tard pour passer une nouvelle commande. 

Afin de ne pas avoir affaire à une nouvelle mauvaise expérience de ce genre, le Luxembourg ne travaillera plus avec ce fournisseur pharmaceutique. Et tâchera de se protéger légalement la prochaine fois. La loi précise que la santé publique prime sur les intérêts commerciaux, assure Olivier Moes. 

Dans l'urgence, les services de santé se sont tournés vers GlaxoSmithKline pour se réapprovisionner. Mais ce dernier ne pouvait pas garantir un réassort de 30.000 vaccins. Les produits arrivent au compte-goutte afin d'éviter que des produits soient inutilisés alors qu'ils ont une date de péremption.

Pression sur le fabricant

Pour Alain de Bourcy, président du syndicat des pharmaciens, la majorité des personnes à risque a déjà fait le nécessaire pour se faire vacciner contre la grippe. Il estime qu'il n'y a pas de risque pour la santé publique. «Cependant si une personne contracte une maladie ou connaît un brusque affaiblissement de son système immunitaire, une vaccination s'avère nécessaire. Et là, ça peut être problématique.»

Il voit aussi chez Mylan une volonté délibérée de ne pas livrer de vaccins au Luxembourg, «parce que cette société peut vendre son vaccin plus cher dans d'autres pays. Si 8.000 doses restaient par exemple invendues en Belgique et risquaient de partir à la poubelle, elles seraient vite vendues au Luxembourg». Il estime que les autorités luxembourgeoises devraient faire pression sur le fournisseur afin d'empêcher ce genre de pratique. «Mylan vend une multitude d'autres médicaments au Luxembourg. Les autorités sanitaires pourraient y mettre un frein et faire ainsi pression.»

Trois fournisseurs étaient présents sur le marché luxembourgeois. Ils ne sont plus que deux depuis deux ans. Et cela risque d'empirer. «Nous commençons à passer les commandes pour les vaccins de 2019-2020. Et il ne reste qu'un fabricant en lice avec GSK. S'il y a des problèmes de fabrication ou si la demande est trop élevée, alors nous aurons un gros problème l'hiver prochain.»

Par Jacques Ganser - (trad. AF)


Sur le même sujet

Certes, l'an passé, le pays avait échappé à l'infection grippale (merci les gestes barrières). Mais, préventivement, les pharmacies ont fait le plein de doses pour parer le virus influenza.
Le ministère de la Santé révèle ce lundi qu'environ 55.000 doses sont déjà arrivées à la fin septembre. 65.000 autres suivront d'ici la fin de l'année, mais vu «la pénurie générale dans toute l'Europe», «il ne faut pas s'attendre à un arrivage supplémentaire».
Le Luxembourg bénéficiera des doses achetées via l'Union européenne et n'a entamé aucun contact avec des laboratoires pour disposer de ses propres sérums anti-covid.
(FILES) In this file photo taken on January 31, 2020, a man gets a flu shot at a health facility in Washington, DC. - Global influenza vaccine makers have produced a record number of doses for the coming flu season, as authorities try to ease the burden on hospitals ahead of an expected COVID-19 resurgence. In the US, pharmaceutical companies plan to make around 196 million doses to serve the population of 330 million, according to the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). (Photo by EVA HAMBACH / AFP)
L'an passé, le pays s'était retrouvé en manque de produits dès décembre. Cette année, le ministère de la Santé a pris les devant en multipliant les fournisseurs afin d'éviter toute pénurie. Reste à savoir si la composition de la dose injectée sera la bonne.
En 2018, la vaccination anti-grippe a bondi de 30% au Luxembourg. Une des explications de la pénurie de vaccins.