Changer d'édition

Vous, la grève et votre boss
Luxembourg 2 min. 04.12.2019

Vous, la grève et votre boss

Non, la grève de demain ne constitue pas un cas de force majeure imprévisible. Alors gare...

Vous, la grève et votre boss

Non, la grève de demain ne constitue pas un cas de force majeure imprévisible. Alors gare...
Illustration : Shutterstock
Luxembourg 2 min. 04.12.2019

Vous, la grève et votre boss

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Jeudi 5 décembre, le mouvement de contestation de la réforme des retraites en France va pénaliser nombre de frontaliers. Risques de retards voire impossibilité de venir travailler : comment gérer la situation avec votre employeur?

(pj) Très peu de TER en circulation, des risques de bouchon, des menaces de routes coupées : un «jeudi noir» guette la France ce 5 décembre. Et pour bien des frontaliers venant de Moselle ou Meurthe-et-Moselle rejoindre son poste de travail risque de virer à la galère. Et nombreux sont celles et ceux qui craignent la réaction de leur employeur luxembourgeois.

Selon les dispositions du Code du travail, les absences motivées «par des cas de force majeure ou par des causes indépendantes de la volonté du salarié et qui ont mis ce dernier dans l’impossibilité de solliciter une autorisation préalable de l’employeur ne constituent pas des absences injustifiées». Seulement, dans le cas de ce jeudi, le mouvement de grève étant prévu, chaque salarié estimant qu'il pourrait arriver en retard, voire pas du tout, se doit d'en tenir informé son chef d'équipe, ou son patron. 

Les absences motivées sont alors «assimilées à des journées de travail effectif», note l'Inspection du Travail et des mines (ITM). En cas de conflit sur ce point, il appartient à la juridiction du travail de décider au cas par cas si c'est bien «un cas de force majeure ou non» qui a empêché le salarié d'arriver sur son lieu de travail.

Gare aux prolongations

Pour les retards, par contre, aucune référence n'apparaît dans le Code du travail. «Le salarié doit donc respecter les mentions relatives notamment à l’horaire de travail et à la durée du travail reprises au sein de son contrat de travail.» 

Le mieux donc pour les navetteurs français reste d'avertir leur hiérarchie que le mouvement de grève générale de ce 5 décembre risque d'influer négativement sur leur horaire d'arrivée. Ensemble, employeurs et employés peuvent alors redéfinir un horaire mieux adapté à la situation, convenir de la pose d'un jour de congé ou envisager une solution de télétravail. 

Afin de se prémunir de tout risque de sanction, mieux vaut finaliser par écrit l'accord qui sera trouvé pour cette journée, voire de prévoir d'ores et déjà les impacts sur son organisation de travail d'un mouvement qui pourrait se prolonger sur plusieurs jours.


Sur le même sujet

La vie professionnelle prend le pas sur le privé
43% des salariés reconnaissent avoir des difficultés pour concilier leur job et la vie en dehors de l'entreprise. Un chiffre record mis en avant par une récente étude de la Chambre des salariés. Et une femme sur deux souffre de cette situation.
46% des salariés travaillent trop
Selon une étude de la Chambre des salariés, la durée hebdomadaire de travail a tendance à être supérieure au temps indiqué sur les contrats. Cette constatation concerne aussi bien les employés à temps partiel que ceux à temps plein.
Les revenus augmenteraient de 2,5% en janvier
Le seuil d'ajustement automatique des salaires et des pensions ne sera probablement pas dépassé avant décembre, a annoncé vendredi le Statec. Contrairement aux prévisions, la hausse automatique n'interviendra a priori pas avant la nouvelle année.
Les 2,5% de plus à la fin du mois pourraient devenir réalité en janvier.