Changer d'édition

Viviane Reding: "Le Luxembourg est exclu des décisions importantes"
Luxembourg 22.01.2018 Cet article est archivé

Viviane Reding: "Le Luxembourg est exclu des décisions importantes"

Viviane Reding est en campagne

Viviane Reding: "Le Luxembourg est exclu des décisions importantes"

Viviane Reding est en campagne
Guy Jallay
Luxembourg 22.01.2018 Cet article est archivé

Viviane Reding: "Le Luxembourg est exclu des décisions importantes"

Danielle SCHUMACHER
Danielle SCHUMACHER
L'eurodéputée luxembourgeoise sera candidate aux élections législatives cet automne mais ne sait pas encore dans quel district. Ce lundi, face à la presse, elle a vivement attaqué le gouvernement.

Viviane Reding avait convié la presse ce lundi pour débriefer son année 2017 d'eurodéputée. Elle en a profité pour critiquer vivement le gouvernement.

"Cela me rend terriblement nerveuse"

Selon elle, les ministres du gouvernement actuel ne plaideraient pas suffisamment à Bruxelles en faveur des préoccupations des citoyens luxembourgeois. En particulier le Premier ministre Xavier Bettel.

"Il aime être photographié avec le président français Macron, mais quand les choses deviennent sérieuses, le Luxembourg est exclu. Pendant ce temps-là, Macron prend des décisions importantes avec l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne."

Ceci est aussi valable pour les autres ministres luxembourgeois, souligne Viviane Reding. A titre d'exemple, elle mentionne la place financière: "Le gouvernement devrait contrôler toutes les déclarations, tous les textes qui sont mis sur la table et agir de sorte que rien ne puisse aller à l'encontre des intérêts du pays".

Cela la rend "terriblement nerveuse" lorsqu'elle voit que le gouvernement luxembourgeois ne s'occupe pas des dossiers à l'avance.

"Il ne suffit pas de prononcer une phrase croustillante dans les micros", insiste-t-elle.  Le gouvernement doit faire le travail préliminaire nécessaire. Grâce à sa longue expérience, elle dit parfaitement savoir comment ça se passe à Bruxelles et exhorte les ministres luxembourgeois à "faire leur travail à Bruxelles". 

La Chambre "doit jouer pleinement son rôle"

L'eurodéputée ne s'est pas arrêtée au gouvernement: la Chambre des députés en a aussi pris pour son grade. 

"La Chambre ne remplit pas son rôle de contrôle vis-à-vis du gouvernement. "Il ne suffit pas de mettre le ministre responsable dans une réunion de comité pour traiter un sujet précis."

Au niveau national, sa candidature au CSV est considérée comme assurée. Cependant, elle ne veut pas trancher entre le district Centre ou le district Sud: elle a fait appel au Conseil des sages du parti pour prendre la décision. Ils ont jusqu'au congrès national du 24 mars pour se décider.   


Sur le même sujet

Gilles Roth: «La cohésion sociale n'est pas en danger au Luxembourg»
Bourgmestre de Mamer depuis dix-huit ans et vice-président de la fraction CSV au Parlement, Gilles Roth est davantage tourné vers la Belgique que la France. Le député «ne voit aucun inconvénient à ce que le gouvernement luxembourgeois participe à des investissements réalisés en vue d'acheminer plus facilement des travailleurs frontaliers vers le Luxembourg. Parce que la qualité du travail fourni serait meilleure».
Des excuses officielles unanimes: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive»
«Nous devons prendre et assumer ensemble cette responsabilité» a lancé d'emblée le Premier ministre, Xavier Bettel, aux députés luxembourgeois avant qu'ils ne votent unanimement une résolution historique, ce mardi. Ce qu'a rapidement fait Alex Bodry: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive pour les manquements de l'administration luxembourgeoise», pendant l'occupation nazie.