Changer d'édition

Violences domestiques en 2016: La police est intervenue en moyenne deux fois par jour
Luxembourg 20.06.2017

Violences domestiques en 2016: La police est intervenue en moyenne deux fois par jour

363 enfants vivent actuellement dans une famille touchée par la violence domestique au Luxembourg.

Violences domestiques en 2016: La police est intervenue en moyenne deux fois par jour

363 enfants vivent actuellement dans une famille touchée par la violence domestique au Luxembourg.
Illustration: Shutterstock
Luxembourg 20.06.2017

Violences domestiques en 2016: La police est intervenue en moyenne deux fois par jour

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
749 cas de violences domestiques ont été signalés à la police en 2016. Si le chiffre est en baisse, il reste préoccupant et concerne aussi bien les adultes que les enfants.

(AF) - La police grand-ducale enregistre une légère baisse d'interventions pour des violences domestiques en 2016. Elle a toutefois été appelée à intervenir en moyenne deux fois par jour: 749 fois en 2016.

Le nombre d'interventions de la police pour des cas de violence domestique baisse pour la deuxième année consécutive, indique le rapport au gouvernement.

Ce rapport est réalisé chaque année par un comité de coopération entre les professionnels dans le domaine de la lutte contre la violence. Il se compose de membres du parquet, de la police, de ministères et de services d'aide sociale.

Cette violence touche environ 62% de victimes de sexe féminin et 38% de victimes de sexe masculin, tous âges confondus. Il s'agit le plus souvent de violence au sein du couple. Toutes les classes sociales sont concernées. Il peut s'agir aussi de violences entre parent et enfant, tous deux pouvant être auteurs ou victimes, entre frères et soeurs, voire entre colocataires.

256 auteurs de violences expulsés du foyer familial

Sur les 256 expulsions pour faits de violence domestiques, 210 concernent des hommes et 24 concernent la violence exercée par un enfant, sur un adulte. Parmi les victimes de violence conjugale, plus de 72% sont d'origine européenne, dont 27,34% sont luxembourgeoises et 30,56% portugaises.

Ces expulsions ont augmenté de plus de 5% par rapport à l'année passée.

L'année 2016 compte moins d'adultes violents envers les enfants avec 7 cas recensés (12 en 2015). 5 enfants ont été agressés par un membre de leur famille.

Ces expulsions font suite le plus souvent à de la violence psychique (219 cas) des coups et blessures volontaires (190 cas) à de la violence physique sans blessure (64 cas) ou à des menaces de mort (49 cas).

363 enfants (dont 306 mineurs) vivent actuellement dans une famille touchée par la violence domestique.

Riicht Eraus, le service d'aide aux auteurs de violences domestiques, a traité 453 dossiers en 2016. Le service a traité les 256 dossiers d'expulsion qui concernent 231 personnes. 33 auteurs étaient des récidivistes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

"Être violent n'a rien à voir avec le contexte social ou professionnel"
Non, la violence conjugale n'est pas en déclin au Luxembourg. Et cela n'a rien à voir avec la classe sociale. Il est urgent d'éduquer les jeunes, selon la directrice de l'association Femmes en détresse, Andrée Birnbaum, qui nous a accordé un entretien à l'occasion de la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes.