Changer d'édition

Vers un nouveau cadre légal pour les plans sociaux?
Luxembourg 3 min. 12.02.2020

Vers un nouveau cadre légal pour les plans sociaux?

Dans le cadre du plan social chez Delphi, l'OGBL avait en face de lui «de simples exécutants» à défaut «des vrais décideurs»

Vers un nouveau cadre légal pour les plans sociaux?

Dans le cadre du plan social chez Delphi, l'OGBL avait en face de lui «de simples exécutants» à défaut «des vrais décideurs»
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 3 min. 12.02.2020

Vers un nouveau cadre légal pour les plans sociaux?

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Les récentes expériences des négociations poussent les syndicats à militer pour une refonte de la loi sur la réorganisation des entreprises. Tant l'OGBL, Aleba que le LCGB pointent des «faiblesses», notamment sur la question des licenciements abusifs.

Quel est le point commun entre HSBC Private BankRBC Luxembourg et Delphi? Les trois sociétés ont connu un plan social au cours des derniers mois. Une tendance qui est à la hausse, selon certaines sources syndicales qui jugent que les employeurs profiteraient de «faiblesses de la loi» pour négocier des conditions moins contraignantes. 

OGBL, Aleba et LCGB pointent ainsi du doigt dans le texte de 2006 (article L. 166-2 du Code du Travail) la durée restreinte des négociations, l'absence d'obligation d'un plan préalable de maintien dans l'emploi ou encore la définition floue de la notion de licenciement économique abusif. Ainsi, pour Michelle Cloos, secrétaire centrale OGBL, «négocier un plan social en 15 jours de calendrier (...) ne permet pas de faire tout ce qui est possible pour justement éviter le plan social».


Les inégalités sociales, le logement ou encore la réforme fiscale figurent au cœur des préoccupations de la nouvelle présidente de l'OGBL
L'OGBL poursuivra ses combats en 2020
Lors de sa première réunion du Comité national en tant que présidente, Nora Back a dévoilé mardi les principaux chevaux de bataille du syndicat majoritaire pour l'année nouvelle. Les inégalités sociales, le logement ou encore la réforme fiscale figurent au cœur de ses préoccupations.

Un point de vue partagé par le LCGB et l'Aleba, qui soulignent pour le premier que cette durée de 15 jours inclut «la période dite d'information-consultation entre les partenaires sociaux et l'employeur», tandis que le second plaide pour que «les syndicats soient présents dès le premier licenciement pour raison économique».

En amont de cette étape, les syndicats réclament l'obligation légale de «s'assurer qu'il existe bien la possibilité de négocier d'abord un plan de maintien dans l'emploi». Autrement dit, que les premières discussions préalables portent sur toutes les alternatives au licenciement proprement dit. Car, ce qui n'est à l'heure actuelle «qu'un simple outil» dans un cadre légal «flou» laisse «libre cours à l'interprétation». Selon les syndicats, l'obligation devrait incomber à l'entreprise de prouver qu'elle a vraiment tout fait pour maintenir l'emploi.

«Cynisme»  

Autre point à éclaircir, la notion légale de «licenciement économique abusif» doit être «étendue» et «renforcée» selon les représentants salariaux. «La protection des travailleurs est insuffisante», lance Michelle Cloos, qui dénonce certains licenciements économiques comme «une simple décision stratégique destinée à générer davantage de profits ou à faire remonter le prix d'une action».

Une situation qualifiée de «cynique» par la représentante OGBL, et qui nécessite selon Robert Fornieri «de la clarté» législative et «des moyens pour pouvoir réagir». Il juge qu'à l'avenir, il devrait incomber à l'entreprise d'«apporter la preuve d'une difficulté économique réelle et tangible». Pour Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, les changements doivent intervenir «urgemment» car, dans le secteur financier, «de plus en plus d'employeurs contournent la loi sur les plans sociaux au profit de conventions d'entreprises beaucoup moins protectrices pour les salariés».


Le plan social prévoit le licenciement de 243 salariés sur un total de 514 employés à Bascharage
243 salariés sur le carreau chez Delphi Technologies
Après plusieurs mois de négociations compliquées, un plan social a été signé ce mercredi chez l'équipementier automobile basé à Bascharage. Ce nouveau coup dur pour l'industrie luxembourgeoise est la conséquence directe d'une réorganisation de l'entreprise au niveau mondial.

Si toutes ces revendications «ont déjà été soumises à l'ancien ministre du Travail (Nicolas Schmit (LSAP), ndlr)», rappelle le secrétaire général adjoint du LCGB, elles restent sur la table. «Les discussions devraient se poursuivre en 2020 dans la même lignée, et nous continuerons à défendre nos positions, jusqu'à ce que des solutions soient dégagées», ajoute Fornieri. Contacté, le ministère du Travail n'a pas été en mesure d'avancer un calendrier précis.


Sur le même sujet

243 salariés sur le carreau chez Delphi Technologies
Après plusieurs mois de négociations compliquées, un plan social a été signé ce mercredi chez l'équipementier automobile basé à Bascharage. Ce nouveau coup dur pour l'industrie luxembourgeoise est la conséquence directe d'une réorganisation de l'entreprise au niveau mondial.
Le plan social prévoit le licenciement de 243 salariés sur un total de 514 employés à Bascharage
Mais qui est la nouvelle patronne de l'OGBL?
Pour la première fois depuis sa création, le syndicat sera présidé par une femme: Nora Back. Un choix fait à 97,5% par les délégués nationaux, vendredi. L'ancienne secrétaire générale prend la succession d'André Roeltgen. Portrait d'une quadra engagée.
POL, Interview Nora Back, OGBL, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'OGBL attend plus des prestations sociales
A quelques jours de son congrès national, le syndicat a fait le point sur les dossiers chauds. Le président André Roeltgen tient, notamment, à rappeler au gouvernement sa promesse de revaloriser les prestations familiales en fonction du taux d'évolution du salaire médian.
André Roeltgen vivra son dernier congrès OGBL en tant que président les 6 et 7 décembre.
Démonstration de force réussie
OGBL, LCGB et CGFP ont réussi à unir leurs forces, mardi soir. Plus de 1.500 personnes se sont rassemblées pour marquer leur opposition au souhait patronal d'abandonner le Comité permanent du travail et de l'emploi, et plus largement remettre en cause le dialogue social.
Politik, CGFP, LCGB, OGBL Protestkundgebung, Boycott Patronal du Dialogue Social, Wolff Romain, Patrick Dury et André Roeltgen   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
RBC licencie 305 de ses salariés au Luxembourg
RBC Investor & Treasury Services s'apprête à réduire de 18% ses effectifs au Grand-Duché dans le cadre d'un plan de licenciement. La Banque Royale du Canada, dont la filiale est basée à Belval, venait pourtant d'enregistrer un résultat record de 5,7 milliards d'euros.
Le dialogue social à la sauce patronale
Cette fois, le dialogue social entre le patronat luxembourgeois et les syndicats est bien rompu. L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) propose une nouvelle façon d'avancer en obligeant le ministre du Travail à prendre ses responsabilités.
Wirtschaft,CdP Fedil,Nicolas Buck,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Plan social confirmé chez State Street
Les syndicats ont annoncé ce mercredi la signature du programme de licenciement de 101 salariés d'ici 2020, par la filiale luxembourgeoise de la banque américaine.