Changer d'édition

Vers un gouvernement Gambie II
Luxembourg 2 min. 15.10.2018 Cet article est archivé

Vers un gouvernement Gambie II

De g. à dr.: Xavier Bettel (DP), Felix Braz (déi Gréng), Etienne Schneider (LSAP).

Vers un gouvernement Gambie II

De g. à dr.: Xavier Bettel (DP), Felix Braz (déi Gréng), Etienne Schneider (LSAP).
Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 15.10.2018 Cet article est archivé

Vers un gouvernement Gambie II

Lors du débat sur RTL qui a rassemblé les têtes de liste peu après 23h30 dimanche, les candidats n'ont pas annoncé de nouvelle coalition, mais les Verts et le DP ne rejetaient pas l'idée de poursuivre celle qui a dirigé le pays pendant cinq ans.

"Nous n'avons pas atteint l'objectif que nous nous étions fixé", a déclaré Claude Wiseler au commencement du débat sur RTL. Le CSV, qui reste le parti majoritairement plébiscité dans le pays, veut participer à la formation du gouvernement. Exclure le CSV serait "inacceptable".

Pour Xavier Bettel (DP), le résultat de ce scrutin est clair: le gouvernement en place a été approuvé. Même si des changements surviennent au sein de la coalition, cela ne change pas le résultat purement mathématique, selon lequel les trois partis de la coalition (DP, LSAP et déi Gréng) obtiennent 31 sièges à la Chambre des députés. 

Pour Etienne Schneider, ces résultats sont une grande défaite pour le "challenger" CSV. La tête de liste socialiste ne voit pas où il devrait y avoir un mandat de gouvernement. Il considère d'autre part qu'il est prématuré de parler de coalition. Son parti a perdu trois sièges mais le vote le désigne deuxième parti du pays.

Pas d'alliance entre le CSV et les Verts pour Braz

Felix Braz (Déi Gréng) voit son parti comme grand gagnant de ce scrutin. Il n'estime pas envisageable une coalition avec le CSV, qui ne correspondrait pas au souhait des électeurs, selon lui. Pour Felix Braz il n'y a qu'une seule option: celle de poursuivre cette coalition à trois partis. Ce vote est une confirmation du gouvernement Gambie, pour Felix Braz. 

Gast Gybérien (ADR) pose quant à lui la question de la légitimité du LSAP au sein du gouvernement, alors que les socialistes ont perdu trois sièges. Quant aux résultats de son parti, il les regarde à la fois avec "un oeil rieur et l'autre qui pleure". Il se réjouit d'obtenir un siège dans le Nord, mais le résultat de la circonscription Est ne l'enthousiasme guère. Il considère que le CSV a commis "une grave erreur" en refusant une éventuelle coalition avec l'ADR lors de la campagne électorale. Ce qui ne laissait selon lui pas d'alternative aux électeurs.

Etienne Schneider voit dans les jours à venir de difficiles négociations sur la création d'une coalition. Il s'agit d'examiner les programmes des uns et des autres et d'en faire ressortir les points communs.

Felix Braz considère que la poursuite du gouvernement Gambie est la seule façon de former "une coalition  avec un gagnant". Il  refuse catégoriquement une tripartite avec le CSV et le DP. Xavier Bettel veut pour sa part en discuter avec son parti. 

(Par Pierre Leyers, traduction et adaptation: AF)


Sur le même sujet

Dimanche, les électeurs luxembourgeois éliront leurs nouveaux députés et déclencheront la formation d'un nouveau gouvernement. Un clic sur leur photo et vous découvrirez qui sont les 8 têtes de liste nationales. Mais quels candidats sont vraiment premier-ministrables?
PolitMonitor / Elections législatives
Fini le ménage à trois. C'est un mariage inédit entre le CSV et Les Verts, auquel s'attendraient le plus les électeurs luxembourgeois s'ils devaient voter ce dimanche. A part les fidèles du DP, plus personne ne voit aujourd'hui le parti de Xavier Bettel avoir des chances de rester au gouvernement.
Un mariage entre le CSV qui sera emmené par Claude Wiseler (à gauche) et le parti des Verts qu'incarne le ministre du Développement durable, François Bausch, est de plus en plus attendu par les électeurs au vu de ce nouveau sondage.
Et si les élections législatives avaient lieu dimanche prochain? Dans le Nord comme dans l'Est, le DP serait le grand perdant. Il perdrait un siège à l'Est. Le LSAP dans le Nord. Le tout au profit du CSV. C'est ce que révèle le nouveau sondage PolitMonitor réalisé par le Luxemburger Wort, RTL et TNS Ilres.
Trois ans après les élections législatives de 2013, le DP apparaît aujourd'hui comme le grand perdant.
Selon un sondage du Tageblatt, la coalition DP, LSAP et Déi Gréng n’obtiendrait plus de majorité. Si aujourd’hui des élections avaient lieu, les partis du gouvernement perdraient pas moins de 6 sièges.
Chambre des Députés - Séance publique - Heure de question au Gouvernement  - Affaire Bettel-Kemmer - Etienne Schneider - Xavier Bettel - Photo : Pierre Matgé