Changer d'édition

Vers l'élimination des drogues en prison
Luxembourg 2 min. 13.01.2021 Cet article est archivé

Vers l'élimination des drogues en prison

Pour lutter contre le fléau de la drogue en prison, le Centre pénitentiaire de Schrassig se dotera d'une brigade canine dès le début de l'année prochaine.

Vers l'élimination des drogues en prison

Pour lutter contre le fléau de la drogue en prison, le Centre pénitentiaire de Schrassig se dotera d'une brigade canine dès le début de l'année prochaine.
Photo: LW / archives
Luxembourg 2 min. 13.01.2021 Cet article est archivé

Vers l'élimination des drogues en prison

Le ministère de la Justice entend lutter contre la présence, le trafic et l'abus de stupéfiants en milieu carcéral. Bien que cet objectif apparaisse plutôt irréaliste, une série de recommandations en ce sens a été présentée par l'Ombudsman aux députés ce mercredi.

(ASdN) - Eliminer la drogue en prison. Tel est l'objectif de la ministre de la Justice Sam Tanson (Déi Gréng), à suite de la publication d'un rapport sur le sujet en décembre 2020. Mais si le projet semble ambitieux, pour l'Ombudsman et auteur du document Claudia Monti, il est surtout utopique. 

«Une prison 100% clean est irréaliste !», a-t-elle d'emblée affirmé ce mercredi face aux députés. Mais si les «dysfonctionnements graves sont rares», pas question pour autant de rester les bras croisés. Des mesures sont ainsi déjà en place. 


Présentation du dispositif IONSCAN 600
Schrassig teste un détecteur de drogues
Dans le but de lutter contre la présence, le trafic et l'abus de stupéfiants en milieu carcéral, un outil électronique de détection de substances a été présenté mardi au centre pénitentiaire de Luxembourg.

A titre d'exemple, le Centre pénitentiaire de Schrassig se dotera ainsi dès 2022 de ses propres chiens renifleurs, «capables de détecter plus d'une vingtaine de substances illicites», précise le site de la Chambre. Et ce, dans le but de «rendre les contrôles plus efficaces». 

En plus de ces «approches novatrices» déjà mises en place, la médiatrice a formulé 51 recommandations. Parmi les différents points évoqués, l'un d'eux aurait particulièrement «attiré l'attention» des députés. Selon les experts, endiguer la présence de drogues en prison passerait ainsi par un «équilibre difficile» entre une politique d’éradication des stupéfiants et la possibilité, pour les détenus de recevoir des visites, de participer à des formations ou encore des activités sportives «importantes pour permettre une réinsertion» une fois leur liberté retrouvée. 

Pas de tribunal spécialisé

Selon l'Ombudsman, les modalités de contrôle des visiteurs doivent également être précisées. L'objectif étant d'éviter que ces derniers puissent rapporter, d’une manière ou d’une autre, des stupéfiants au sein de la prison. Un règlement grand-ducal en ce sens se trouve en cours de finalisation, précise le site de la Chambre. 


Gefängnis Schrassig - strafvollzug - En Dag mat engem Giichtchen - Prison - gefängniswärter - Gardien de Prison - Gefangener - prisonnier - untersuchungshaft - détention provisoire - U-Haft -    Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Pas de fouille intégrale aux visiteurs en prison
Lors d'une visite dans un centre de détention, si une personne refuse de se soumettre au contrôle de ses vêtements et de ses poches après un signal du portique détecteur métaux, l'accès au détenu lui est refusé.

Parmi les autres points abordés, les plus importants concernent l’application de peines alternatives ou un recours privilégié à des travaux d’intérêt collectif et un encadrement efficace après la sortie de prison qui éviterait qu’un toxicomane sevré retrouve ses mauvaises habitudes. La recommandation de l’Ombudsman visant à la création d’un tribunal spécialisé dans le domaine des stupéfiants n'a en revanche trouvé ni l’appui de la ministre ni de la majorité des députés.

Actuellement, quelque 200 détenus à Schrassig seraient toxicomanes sur une capacité totale de 597 lits. A en croire les responsables, les stupéfiants les plus détectés et utilisés en prison sont des cannabinoïdes. Autrement dit, des produits contenant du THC, de la CBD ou encore du THCV.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Lors d'une visite dans un centre de détention, si une personne refuse de se soumettre au contrôle de ses vêtements et de ses poches après un signal du portique détecteur métaux, l'accès au détenu lui est refusé.
Gefängnis Schrassig - strafvollzug - En Dag mat engem Giichtchen - Prison - gefängniswärter - Gardien de Prison - Gefangener - prisonnier - untersuchungshaft - détention provisoire - U-Haft -    Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les équipements promis aux hommes du GRIP après les révoltes dans les murs de la prison de Schrassig se font toujours attendre, se plaint l'association des agents pénitentiaires. Ce n'est pas tout à fait vrai, lui répond l'Administration pénitentiaire.
En janvier 2019, 287 surveillants étaient employés dans les centres de détention de Schraßig et de Givenich,  des centres qui comptaient en moyenne 658 détenus en 2018.
Des détails sur la révolte derrière les barreaux de Schrassig ont été révélés ce vendredi devant la commission de la Justice. Le ministère répond partiellement aux revendications de prisonniers touchés par les conséquences du coronavirus.
Gefängnis Schrassig - strafvollzug - En Dag mat engem Giichtchen - Prison - gefängniswärter - Gardien de Prison - Gefangener - prisonnier - untersuchungshaft - détention provisoire - U-Haft -    Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Dans le but de lutter contre la présence, le trafic et l'abus de stupéfiants en milieu carcéral, un outil électronique de détection de substances a été présenté mardi au centre pénitentiaire de Luxembourg.
Présentation du dispositif IONSCAN 600
Tous les murs du célèbre centre de rétention luxembourgeois pourraient être abattus dès 2023 pour faire place à un établissement pénitentiaire moderne constitué de plusieurs petites unités. Rien n'est ficelé mais des réflexions sont bien engagées.
Centre Penitentiaire Schrassig, Prison, Foto Lex Kleren
La ministre de la Justice, Sam Tanson (Déi Gréng) rejette les critiques du syndicat des gardiens de prison. L'AAP craint que l'embauche des personnels prenne du retard alors que la nouvelle prison de Sassenheim ouvre ses grilles en 2022. Pour l'État, 352 employés de prison seront bien recrutés.
Lok , Sanem , Neues Gefängnis Uerschterhaff , Gefängnis für Untersuchtungshäftlinge , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort