Changer d'édition

Vents contraires pour le Plan Energie-Climat
Luxembourg 4 min. 12.02.2020

Vents contraires pour le Plan Energie-Climat

Le Plan Climat-Energie entre dans une phase de consultation de six semaines, à compter du 12 février.

Vents contraires pour le Plan Energie-Climat

Le Plan Climat-Energie entre dans une phase de consultation de six semaines, à compter du 12 février.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 12.02.2020

Vents contraires pour le Plan Energie-Climat

Les ministres de l'Energie et de l'Environnement viennent de présenter le dispositif retenu pour diminuer l'impact environnemental du pays. Certains parlementaires réclament des éclaircissements.

(pj avec Annette WELSCH) Début décembre, le Plan national énergie et climat avait été dévoilé. Occasion pour les deux ministres Déi Gréng de l'énergie, Claude Turmes, et de l'environnement, Carole Dieschbourg, de rehausser les ambitions du Luxembourg en matière de réduction d'émission de gaz à effet de serre (-55%d'ici 2030), d'efficacité énergétique (+ 40-44% en dix ans) et d'emploi des énergies renouvelables (+25% sur la même période). Le tout tient désormais en un document adopté par le dernier conseil de gouvernement.

Ces 200 pages traduisent, à l'échelle du Grand-Duché, la mise en œuvre des objectifs de l'UE. Toutefois, les deux ministres impliqués dans sa conception sont allés -parfois- au-delà des demandes européennes. Mais, mardi, en commission de l'Environnement, ce plan «Generatioun Klima» est loin d'avoir fait l'unanimité des députés participants. A commencer par Martine Hansen (CSV) qui regrette un manque de clarté sur la méthode à suivre pour atteindre les objectifs fixés. 


Lokales, Dritter Klimamarsch in Luxemburg - Youth for Climate Luxembourg, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'engagement climatique passe au degré supérieur
Face à l'urgence, le Luxembourg a décidé de rehausser ses objectifs environnementaux. Ainsi, d'ici 2030, le pays n'entend plus réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% mais de 55%. Une loi va bientôt fixer la voie pour y arriver.

Pour la cheffe de fraction d'opposition, il manque aussi des précisions sur les programmes à venir de rénovation des bâtiments ou la réforme des primes au logement. Rien non plus sur le caractère contraignant ou non des objectifs fixés pour certains secteurs (agriculteurs, transports, industrie).

De plus, Martine Hansen reproche aux ministres impliqués de n'avoir retenu aucune des mesures avancées par le député Claude Wiseler (CSV) à l'occasion du débat sur le climat organisé à la Chambre en décembre dernier. Un sectarisme balayé d'une phrase : «Voilà pour le respect du Parlement».

Elargir le champ des aides

Dans le pacte Energie-Climat, il est souvent question d'accompagnements financiers pour aider à la transition énergétique, à l'amélioration de l'isolation des logements, etc. Mais qu'en sera-t-il de ces coups de pouce sur l'ensemble de la population? Le texte parle bien des compensations proposées aux classes les plus basses, mais rien sur les autres catégories. De fait, les élus craignent que certains résidents -de bonne volonté pourtant-se retrouvent lésés.

Pour le nouveau chef de fraction LSAP, Georges Engel, la question est essentielle. Et le socialiste de rappeler : «En ce qui concerne les mesures sociales, nous avons convenu qu'elles ne devraient pas être seulement accessibles aux 10% de ménages bénéficiant de l'allocation de vie chère. On a parlé de revenu médian ou même plus». Dans cet espoir, il attend le retour des ministres qui ont promis de tenir les députés informés dès que des chiffres sur les primes ou les rénovations de maisons seraient disponibles.

Le Plan Climat-Energie ambitionne d'améliorer l'efficacité énergétique de 40 à 44% d'ici 2030. Cela passera par un vaste programme d'isolation des bâtiments.
Le Plan Climat-Energie ambitionne d'améliorer l'efficacité énergétique de 40 à 44% d'ici 2030. Cela passera par un vaste programme d'isolation des bâtiments.
Photo : Dupont

Parmi les points du nouveau pacte, l'instauration de nouvelles taxes sur le prix des carburants n'a pas manqué d'alimenter le débat des parlementaires. En contrepoint aux protestations des professionnels du Groupement pétrolier luxembourgeois, certains députés rappellent : «Le trafic des camions représente les trois quarts des ventes de carburant. Il est fortement pollué par le bruit, les particules et le volume du trafic, donc nous devons faire pression pour le réduire». 

Pour leur part, les Pirate et Marc Goergen en tête, invitent le gouvernement à augmenter le prix du diesel au-delà d'un certain niveau, «à partir de 100 litres». De fait, selon le député Piraten, «les petites gens ne devraient pas payer pour le trafic de camions.».


Les énergies renouvelables gagnent du terrain
Le Luxembourg sera en mesure d'atteindre les 11% d'énergies renouvelables dans sa consommation en 2020. Le ministre Claude Turmes l'affirme au vu du développement de l'éolien et du photovoltaïque sur le pays.

Incitation plutôt que sanction. C'est dans ce sens que Max Hahn (DP) souhaite voir s'orienter l'application des objectifs environnementaux du Luxembourg. Pour l'élu, il sera donc utile de bien introduire les compensations sociales en lien avec les mesures climatiques dans la prochaine réforme fiscale annoncée pour 2021. 

Pour Déi Lénk, David Wagner a la dent plus dure: «Si nous avions un salaire minimum décent, nous n'aurions pas besoin d'une indemnité de vie chère, de bureaux sociaux ou de crédits d'impôt», tonne le député.

900 millions d'euros de retombées

Face aux critiques, le ministre de l'Energie n'a pas manqué de répondre. A commencer par cette remarque : «Avec un plan de 200 pages, on peut difficilement nous accuser de ne pas avoir de détails». De plus, il a tenu à rappeler combien les actions retenues par «Generatioun Klima» pouvaient non seulement être positives pour l'environnement mais aussi pour l'économie nationale.

Ainsi, l'ensemble des mesures pourraient ainsi augmenter le produit intérieur brut (PIB) de 900 millions d'euros au cours des dix prochaines années, a indiqué le ministre Turmes. «Ce n'est pas beaucoup, mais la protection du climat va néanmoins créer un peu plus d'emplois et un peu plus de puissance économique»


Sur le même sujet

Les eurodéputés prennent la défense des pollinisateurs
Face à la menace qui pèse autour des abeilles et autres insectes qui jouent un rôle dans la biodiversité, le Parlement européen a demandé mercredi à la Commission d'interdire l'usage intensif des pesticides. Au Luxembourg, un plan national a été acté.
85% des plantes à fleurs sont pollinisées par les abeilles, les papillons et les scarabées
L'État booste la restauration des forêts qui ont souffert
Pour atteindre ses objectifs climatiques, le gouvernement a besoin de forêts saines, raison pour laquelle les frais de restauration des zones atteintes par les dégâts de bostryche ou de chablis seront pris en charge à 100%, annonce jeudi l'exécutif.
L'inventaire phytosanitaire réalisé cet été dans les forêts montre que seuls 13,4 % de tous les arbres sont sains, contre encore 31,8 % l'an passé.
«50 actions pour 2050»
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dévoilé ce mercredi un ambitieux programme qui a pour ambition de devenir neutre en carbone d'ici 2050.
View of a gas flare in Anelo, Argentina, in the Vaca Muerta Formation, on November 28, 2019. - Vaca Muerta is an enormous non-conventional oil and gas deposit nestled in a geologic formation. It occupies over 30,000 square kilometers in the states of Neuquen, Rio Negro, La Pampa and Mendoza and provides 43% of the total oil production and 60% of the gas production of Argentina. (Photo by Emiliano Lasalvia / AFP)