Changer d'édition

Vente de carburants au Luxembourg: Les coûts engendrés dépassent de loin les recettes
Trois litres de carburant sur quatre qui sont vendus au Luxembourg sont exportés.

Vente de carburants au Luxembourg: Les coûts engendrés dépassent de loin les recettes

Photo: Shutterstock
Trois litres de carburant sur quatre qui sont vendus au Luxembourg sont exportés.
Luxembourg 25.11.2016

Vente de carburants au Luxembourg: Les coûts engendrés dépassent de loin les recettes

Maurice FICK
Maurice FICK
La vente de carburants a des effets bien plus négatifs que positifs pour le Grand-Duché. L'étude du Dr. Ewringmann est sans équivoque: la vente des carburants rapporte 2,1 milliards d'euros par an tandis que son coût environnemental et en matière de santé s'élève à 3,5 milliards.

(MF) – La vente de carburants a des effets bien plus négatifs que positifs pour le Grand-Duché. L'étude du Dr. Ewringmann est sans équivoque: la vente des carburants rapporte 2,1 milliards d'euros par an tandis que son coût environnemental et en matière de santé s'élève à 3,5 milliards.

Le gouvernement veut abandonner le modèle de recettes fiscales basé sur la vente de carburants car «il n'est plus durable, ni d'un point de vue environnemental, ni au niveau fiscal». C'est la conclusion à laquelle parvient l'étude sur le tourisme à la pompe qui avait été commandée au printemps 2014 par le ministère du Développement durable au Dr Dieter Dieter Ewringmann et rendue publique ce vendredi.

L'étude relativise aussi bien le poids du «tourisme à la pompe» qui représente  seulement 4% des coûts externes, que celui des camions faisant un détour par le Luxembourg et qui représentent en réalité 3% des coûts externes.

En revanche, l'étude confirme le poids des exports de carburants puisque 75% des carburants routiers vendus au Luxembourg sont exportés. Le diesel représentant 84% de ces ventes. Sur les 25% de carburants consommés intramuros, 81% nourrissent les voitures en diesel.

Pas plus tard que ce vendredi, le Conseil de gouvernement a décidé de mettre un coup d'accélérateur dans le sens d'une «réduction graduelle, préparée et réfléchie de la vente des carburants fossiles». Des ventes qui ont déjà baissé au cours des trois dernières années de sorte que le pays a pu respecter ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour la période 2013-2105. 

Un groupe de travail interministériel a été mis sur pied pour suivre l'évolution des ventes de carburants et évaluer les mesures qui doivent permettre de réduire progressivement les ventes de produits pétroliers au Luxembourg tout en respectant l'Accord de Paris et en veillant aux recettes budgétaires. Ce groupe devra aussi réfléchir sur des modèles alternatifs. Une future taxe sur la mobilité électrique n'étant pas à exclure. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les vrais-faux 600 millions perdus
La différence entre les fiches techniques et les émissions polluantes réelles des véhicules aurait coûté 600 millions d'euros de trop aux conducteurs luxembourgeois depuis 2000, dit une étude de «Transport et Environnement».
Zum Themendienst-Bericht "Auto/Umwelt/Verbraucher/Ratgeber/" vom 7.Februar: Klimakiller oder Ökomobil? Autofahrer können leicht ausrechnen, wieviel Kohlendioxid ihr Fahrzeug durch den Auspuff bläst. (Die Veröffentlichung ist für dpa/gms-Themendienst-Bezieher honorarfrei.)  +++ +++
Autofestival 2018: Faut-il encore acheter des voitures diesel?
L'Autofestival démarre ce samedi 27 janvier au Luxembourg. Mais une question hante cette année les automobilistes: faut-il encore acheter des moteurs diesel? Nous avons posé la question au président de l'ADAL - l'Association des Distributeurs Automobiles Luxembourgeois -, Benji Kontz, et au ministre des Infrastructures, François Bausch. Et ils ne sont pas du même avis...
Nach dem Dieselskandal gibt es jetzt strengere Regeln und schärfere Kontrollen.