Changer d'édition

Vendredi, Luxspace vise les étoiles
Luxembourg 1 3 min. 15.06.2020 Cet article est archivé

Vendredi, Luxspace vise les étoiles

Une fois en orbite, ESAIL devrait ressembler à cela.

Vendredi, Luxspace vise les étoiles

Une fois en orbite, ESAIL devrait ressembler à cela.
Illustration : Pierre Carril
Luxembourg 1 3 min. 15.06.2020 Cet article est archivé

Vendredi, Luxspace vise les étoiles

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
ESAIL, le troisième satellite produit par la société de Betzdorf devrait décoller de Kourou, ce 19 juin à 3h50 du matin. Sa mission : la détection des navires en mer depuis l'espace pour le compte de l'Agence spatiale européenne.

«L'espace vous apprend la patience.» Et Jochen Harms sait de quoi il parle, lui le directeur général de Luxspace. Prenez ce satellite, ESAIL, que la firme luxembourgeoise a entièrement fabriqué :  «Le contrat date d'il y a cinq ans. Son lancement initial était prévu en août dernier. Le décollage a été reporté pour mars 2020. Avec CargoLux, nous l'avons livré en Guyane française en février... Nous sommes mi-juin, et il va enfin quitter la Terre». Sauf contrordre d'ici vendredi, 3h50 heure du Grand-Duché.

Le CEO de Luxspace suivra le départ via une retransmission en direct. En live depuis Kourou, à 7.360 km du Luxembourg. Ce sera forcément un moment de stress, mais l'avantage c'est que cet instant n'est plus sous notre responsabilité. Par contre, quelques minutes plus tard, une fois son orbite atteinte il faudra que le microsatellite "made in Betzdorf" assure. C'est le plus grand que nous ayons jamais construit, confie non sans fierté Jochen Harms. Plus d'une centaine de kilos pour ESAIL contre 30 kg pour les deux modèles qui l'ont précédé sur les tables d'assemblage luxembourgeoises.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Surtout, il s'agit là d'une première commande pour l'Agence spatiale européenne. Clairement, l'attente qualitative n'était pas la même que lors de la fabrication des deux premiers satellites pour le compte d'un opérateur commercial US. Mais pas le temps de se reposer sur ses lauriers pour la firme fondée en 2004, déjà il faut préparer le Triton-X. «Un modèle plus avancé au niveau technologique, dédié à l'observation de la Terre et surtout bien moins cher pour nos clients.»

En attendant ESAIL en aura fait des rotations autour de la planète bleue. Lui, sa mission consiste à repérer les bateaux en fonction de leurs émissions radio. Ainsi, l'engin spatial permet aux autorités maritimes et gouvernementales ainsi qu'à l'industrie de surveiller les pêcheries, de gérer la flotte, de protéger l'environnement ou de contrôler la sécurité. «De quoi rendre les mers plus sûres», résume le directeur général. 


SES CEO Steve Collar, Foto Lex Kleren
L'OGBL appelle Bettel à revoir sa position sur SES
Dans son accord de coalition signé en décembre 2018, le gouvernement mettait en évidence l'importance des formations et les reconversions de compétences. Mais dans ce dossier, le syndicat estime que le Premier ministre «oublie ses engagements en faveur du maintien de l'emploi».

A l'heure où SES connait un trou d'air social, et où l'affaire du satellite Luxseosys fait pleuvoir des critiques sur le rôle de l'ancien ministre de l'Economie (Etienne Schneider), Luxspace passe entre les gouttes de l'actualité. Il n'empêche qu'avec une cinquantaine de sociétés gravitant dans le business ou la recherche spatiale, le Grand-Duché  commence à se faire une jolie réputation au milieu des Etats historiques liés à la conquête de l'espace. «Nous comptons pour le moment une soixantaine d'employés, mais nous avons des projets de développement» , lance d'ailleurs son responsable.

Photo : DR

Au passage, il est à souligner que Luxspace n'a pas cessé de fonctionner ces derniers mois. Le télétravail constituant une parade active contre la propagation du virus à l'heure du pic de l'épidémie. «Cela a retardé un peu certaines avancées de projets, mais je le répète : l'espace impose un autre rapport au temps. Et puis, nous avions à cœur de ne pas solliciter le gouvernement pour des aides aux salaires de nos employés. Nous préférons que l'Etat nous encourage sur nos initiatives». En attendant, place au décompte. Five, four, three, two, one... Ignition!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En raison de conditions météorologiques défavorables, le tir de la fusée européenne Vega prévu la nuit dernière depuis le Centre spatial de Kourou a été reporté «d'au moins 72 heures». A son bord, le troisième satellite produit par la société Luxspace de Betzdorf.
La Crew Dragon s'est arrimée dimanche sans encombre à la station spatiale internationale, avec deux astronautes de la Nasa à bord. Une étape cruciale pour cette mission qui marque le retour des lancements américains après neuf an d'interruption.
This NASA photo obtained May 31, 2020 shows a SpaceX Falcon 9 rocket carrying the company's Crew Dragon spacecraft launched from Launch Complex 39A on NASA�s SpaceX Demo-2 mission to the International Space Station with NASA astronauts Robert Behnken and Douglas Hurley onboard, at 3:22 p.m. EDT on May 30, 2020, at NASA�s Kennedy Space Center in Florida. - The Demo-2 mission is the first launch with astronauts of the SpaceX Crew Dragon spacecraft and Falcon 9 rocket to the station as part of the agency�s Commercial Crew Program. (Photo by Bill INGALLS / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/BILL INGALLS/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Regardez bien au-dessus de vous, la nuit, vous risquez d'observer une ribambelle de points blancs sagement alignés. Il s'agit des nouveaux engins lancés par SpaceX.
Jeff Bezos, patron d'Amazon et de la société spatiale Blue Origin, veut participer à la nouvelle conquête de la Lune, en présentant un projet d'alunisseur pour y transporter véhicules et équipements en 2024.
WASHINGTON, DC - MAY 09: Jeff Bezos, owner of Blue Origin, speaks about outer space before unveiling a new lunar landing module called Blue Moon, during an event at the Washington Convention Center, May 9, 2019 in Washington, DC. Bezos said the lunar module will be used to land humans the moon once again.   Mark Wilson/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==