Changer d'édition

Vœux de la Chambre des salariés: Jean-Claude Reding: "Le progrès social est brisé"
Le président de la CSL accuse la politique "économique néolibérale de ces 25 dernières années"

Vœux de la Chambre des salariés: Jean-Claude Reding: "Le progrès social est brisé"

Guy Jallay
Le président de la CSL accuse la politique "économique néolibérale de ces 25 dernières années"
Luxembourg 8 08.01.2018

Vœux de la Chambre des salariés: Jean-Claude Reding: "Le progrès social est brisé"

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Lundi au Cercle Cité, le président de la Chambre des salariés a mis en garde contre les inégalités croissantes et a appelé les hommes politiques à adopter une politique économique plus sociale.

(mig trad. ChB) - Lundi au Cercle Cité, le président de la Chambre des salariés a mis en garde contre les inégalités croissantes et a appelé les hommes politiques à adopter une politique économique plus sociale.

En présence du Premier ministre, Xavier Bettel, et du président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo, Jean-Claude Reding a souligné dans son discours les inégalités croissantes en Europe, les divergences dans la société et le danger de la radicalisation.

Pour lui, la politique économique néolibérale de ces 25 dernières années est en cause: "Les riches sont devenus plus riches, les pauvres plus pauvres et les classes moyennes ont le sentiment légitime de perdre pied. Le progrès social est brisé", a-t-il déclaré.

Au niveau national, Jean-Claude Reding a appelé à une politique salariale expansionniste et une augmentation du salaire minimum, "parce qu'on ne peut pas vivre correctement au Luxembourg avec le salaire minimum actuel et parce que l'écart salarial continue de se creuser."

La pauvreté et les inégalités augmentent

"27% des familles ont du mal à joindre les deux bouts", insiste Reding. "C'est un problème structurel qui nécessite une réponse structurelle." 

Le président de la CSL a aussi appelé à l'adaptation automatique des prestations familiales à l'inflation, une mesure qui aurait dû entrer en vigueur selon l'accord conclu avec le gouvernement au 1er janvier 2018.