Changer d'édition

Usage thérapeutique: Cannabis: un projet pilote de deux ans
Luxembourg 2 min. 08.11.2017

Usage thérapeutique: Cannabis: un projet pilote de deux ans

Usage thérapeutique: Cannabis: un projet pilote de deux ans

Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 08.11.2017

Usage thérapeutique: Cannabis: un projet pilote de deux ans

Le Luxembourg a fait un pas mardi vers la légalisation du cannabis à usage thérapeutique, avec l'annonce de la mise en place d'un dispositif pilote de deux ans.

(SW) - Le Luxembourg a fait un pas mardi vers la légalisation du cannabis à usage thérapeutique, avec l'annonce de la mise en place d'un dispositif pilote de deux ans.

En pratique, la consommation de cannabis thérapeutique sera exceptionnelle et limitée, dans le cadre du traitement de pathologies lourdes telles que la sclérose en plaques et le cancer.

«Cela doit être une condition exceptionnelle dans un cadre sécurisé et contrôlé», a expliqué la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, lors d'une conférence de presse.

Ce dispositif pilote sera mis en place pour évaluer le nombre de patients bénéficiaires et les indications de prescription.

«Nous estimons qu'il (le recours au cannabis médical) devrait être limité à certains spécialistes comme des oncologues, des neurologues et des médecins internes», a affirmé la ministre.

«Nous ne voulons pas distribuer le cannabis à des fins thérapeutiques mais plutôt nous tourner vers les médecins pour qu'ils identifient les possibles bénéficiaires de ce produit», a précisé Mme Mutsch.

Cette dernière va aussi discuter du remboursement du cannabis à usage médical avec le ministre de la Sécurité Sociale.

«Chez nos voisins allemands, les frais relatifs à l'acquisition de cannabis médical sont remboursables par les caisses de maladie à condition de répondre à des critères très spécifiques», a rappelé la ministre.

Le gouvernement luxembourgeois avait déjà donné son accord de principe fin octobre.

Mme Mutsch entend lui présenter d'ici la fin de l'année des amendements à la loi actuelle sur la vente de substances médicamenteuses et la lutte contre la drogue. Ensuite, le projet de loi devrait passer entre les mains des députés pour une série de débats avant un vote.

Quid des frontaliers?

Le Luxembourg autorise déjà depuis 2012 des médicaments à base de cannabinoïdes.

Mais la question des 177.000 frontaliers qui souhaiteraient se faire prescrire du cannabis médical se pose également.

«La situation est complexe mais même le cannabis médicinal reste du cannabis», a souligné le coordinateur national chargé du dossier des drogues au sein du ministère de la Santé, le Dr Alain Origer.

«Si quelqu'un se fait prescrire du cannabis médicinal au Luxembourg et consomme ce produit à l'étranger, il risque d'être soumis à la loi sur les stupéfiants de son pays», a prévenu le médecin.

L'Allemagne vient de légaliser l'usage du cannabis médical tandis qu'en Belgique la consommation non médicale est tolérée à usage personnel.

En France en revanche, la consommation de cannabis est illégale.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ventes d'alcool: des mesures plus restrictives?
Interdire la vente d’alcool aux mineurs et limiter la vente de boissons alcoolisées dans les stations essence. Voici deux idées évoquées par le ministre de la Santé, Etienne Schneider, lors de la présentation des points-clés de l'accord de coalition concernant le volet «santé» aux députés, ce mardi 15 janvier.