Changer d'édition

Ursula von der Leyen verdit son discours
Luxembourg 3 min. 16.07.2019 Cet article est archivé

Ursula von der Leyen verdit son discours

La candidate à la succession de Jean-Claude Juncker avait beaucoup à perdre... et à gagner, ce 16 juillet au matin devant le Parlement européen.

Ursula von der Leyen verdit son discours

La candidate à la succession de Jean-Claude Juncker avait beaucoup à perdre... et à gagner, ce 16 juillet au matin devant le Parlement européen.
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 16.07.2019 Cet article est archivé

Ursula von der Leyen verdit son discours

L'Allemande Ursula von der Leyen a promis aux eurodéputés, ce mardi 15 juillet, de faire du climat l'une des priorités de son mandat si elle est élue. Ce soir, les parlementaires auront à voter sur sa nomination à la tête de la Commission européenne.

(AFP) - Devant l'hémicycle du Parlement européen de Strasbourg, Ursula von der Leyen a multiplié les engagements, ce mardi 15 juillet, pour tenter de convaincre les indécis. A commencer par les élus doutant de ses engagements en faveur de l'environnement.

Cette proche de la chancelière Angela Merkel, désignée pour prendre les commandes de la Commission européenne,  a besoin d'obtenir la majorité absolue de 374 voix pour être élue ce soir.


Christophe Hansen, Charles Goerens, Tilly Metz, Nicolas Schmit, Monica Semedo et Isabel Wiseler feront des choix divers pour désigner le futur président de la Commission européenne.
Le Luxembourg ne choisit pas von der Leyen
Seuls deux eurodéputés luxembourgeois voteront pour Ursula von der Leyen ce mardi. Lors d'une conférence de presse, les six parlementaires élus ont fait connaître leur point de vue sur le choix qu'ils feront pour désigner la ou le successeur au poste de Jean-Claude Juncker.

Or, nombre d'eurodéputés ont aussi été frustrés par la façon dont elle a été désignée. Après un sommet de trois jours à Bruxelles, les dirigeants de l'UE l'ont choisie le 2 juillet dernier, faisant fi des candidats présentés par le Parlement européen.

Répondant à la forte mobilisation ces derniers mois des citoyens, et notamment des jeunes, pour la défense du climat, la ministre de la Défense allemande a promis un «green deal» pour l'UE dès les 100 premiers jours de son mandat, si elle est élue. 

Réduction des émissions de CO2

Elle a notamment confirmé son soutien à la neutralité carbone en 2050. Cet engagement sera inscrit dans la «première loi européenne sur le climat». 

Ursula von der Leyen a aussi soutenu un objectif plus ambitieux de réduction des émissions CO2 de 50% en 2030, voire de 55%. 

Prête à un report du Brexit

La «candidate désignée» a aussi affirmé être «prête» à un nouveau report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, actuellement fixée au 31 octobre. Cette déclaration étant accueillie par les huées des eurodéputés britanniques pro-Brexit. 

Ursula von der Leyen a défendu son programme pendant deux heures devant un Parlement européen de Strasbourg plein à  craquer.
Ursula von der Leyen a défendu son programme pendant deux heures devant un Parlement européen de Strasbourg plein à craquer.
AFP

Dans le lot des bonnes intentions dévoilées, la possible remplaçante de Jean-Claude Juncker a ajouté sa volonté de mettre en place un droit d'asile européen, la reconnaissance du droit d'initiative du Parlement européen, une convention pour l'avenir de l'Europe, un système de réassurance chômage européen pour aider les pays en crise. 


Le regard luxembourgeois sur les leaders européens
Rentrée chargée pour six eurodéputés luxembourgeois. Les votes se succèdent et les représentants des quatre partis ont peu le temps de souffler. Entre deux réunions, ils ont déjà pu se forger une opinion sur le nouvel organigramme européen.

Même si son discours a été fortement applaudi par l'ensemble des élus, son élection reste incertaine. Certes, le PPE, formation de droite à laquelle elle appartient et qui constitue la principale force de l'Assemblée de Strasbourg, a promis qu'il voterait pour elle. Mais cela ne saurait suffire.

Les libéraux-centristes de Renew Europe (108 élus), formation à laquelle appartiennent notamment les élus français partisans du président Macron, étaient plutôt positifs. En revanche, les socialistes (154 élus) ne se sont pour l'instant engagés à rien. 

Verts et extrême gauche disent non

Ironie de l'histoire, dans le camp des sociaux-démocrates, ce sont précisément les compatriotes de Mme von der Leyen, le SPD qui sont les plus virulents contre sa candidature. Et ce alors que l'Allemagne n'a pas présidé la Commission depuis 52 ans.

Les Verts (74 élus) et l'extrême gauche (GUE/NGL, 41 élus) ont d'ores et déjà exclu de voter pour Mme von der Leyen.

Des soutiens embarrassants

Les eurosceptiques sont, de leur côté, plus partagés. Les Conservateurs et réformistes (CRE, 62 élus, dont ceux du PiS polonais) restent flous sur leur vote. Leur attitude pourrait en tous les cas être déterminante. Ils pourraient faire pencher la balance en sa faveur mais ce soutien serait embarrassant pour la prochaine présidente de la Commission. 

En revanche, le groupe d'extrême droite «Identité et Démocratie» (73 membres, dont ceux de la Ligue italienne, du Rassemblement national RN français et de l'Afd allemand) ne votera pas en sa faveur. La candidate s'est déclarée «soulagée» de ne pas bénéficier de leurs voix.


Sur le même sujet

Pour la première fois, la Commission européenne aura une femme à sa tête. Le eurodéputés en ont décidé ainsi, mardi 16 juillet, à Strasbourg. Mais celle qui succède à Jean-Claude Juncker est loin d'avoir fait l'unanimité.
Seuls deux eurodéputés luxembourgeois voteront pour Ursula von der Leyen ce mardi. Lors d'une conférence de presse, les six parlementaires élus ont fait connaître leur point de vue sur le choix qu'ils feront pour désigner la ou le successeur au poste de Jean-Claude Juncker.
Christophe Hansen, Charles Goerens, Tilly Metz, Nicolas Schmit, Monica Semedo et Isabel Wiseler feront des choix divers pour désigner le futur président de la Commission européenne.
L'Allemande, candidate à la présidence de la Commission européenne, a passé mercredi son grand oral, examen crucial à l'issue incertaine qui l'a vue promettre qu'il y aurait autant de femmes que d'hommes aux manettes de l'Europe.
German Defence Minister Ursula von der Leyen arrives to attend the weekly cabinet meeting at the Chancellery in Berlin on July 3, 2019. - After three days of bitter wrangling, German Defence Minister Ursula von der Leyen was named to replace Jean-Claude Juncker at the head of the European Commission for the next five years. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP)
La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, candidate des 28 dirigeants de l'UE pour prendre la tête de la Commission européenne, a rencontré ce jeudi matin à Bruxelles le président sortant Jean-Claude Juncker.
Outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (R) meets with German Defence minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen in Brussels on July 4, 2019. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
La ministre allemande, candidate des États membres pour prendre la tête de la Commission européenne, a déclaré mercredi qu'elle se donnait deux semaines pour dévoiler les grandes lignes souhaitées pour l'UE au cours des cinq prochaines années. Elle rencontrera ce jeudi Jean-Claude Juncker.
German Defence Minister Ursula von der Leyen speaks to journalists during the first plenary session of the newly elected European Assembly at the European Parliament on July 03, 2019 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Les députés européens élus fin mai ont pris officiellement possession de leur siège mardi à Strasbourg, lors d'une session inaugurale marquée par la manifestation de plusieurs milliers de Catalans et par la démonstration d'hostilité d'élus britanniques dans l'hémicycle.
British MEPs Brexit Party turn their backs during the European anthem ahead of the inaugural session at the European Parliament on July 2 , 2019 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)