Changer d'édition

Unité spéciale de la police: près de 300 missions par an

Unité spéciale de la police: près de 300 missions par an

Luxembourg 14.03.2012

Unité spéciale de la police: près de 300 missions par an

Prise d'otages, enlèvements, arrestation d'individus dangereux, filatures, protection rapprochée, escorte de transport de fonds, de détenus dangereux, exploitation vidéo et audio, négociation, ou neutralisation d'explosifs: l'unité spéciale de la police intervient pour des opérations à haut risque.

L'unité spéciale de la police (USP) effectue entre 250 et 300 interventions par an.

Il peut s'agir de missions aussi variées que prise d'otages, enlèvements, arrestation d'individus dangereux, filatures, protection rapprochée, escorte de transport de fonds, de détenus dangereux, exploitation vidéo et audio, négociation, ou bien neutralisation d'explosifs. Des opérations à haut risque.

En intervention, les membres de l'unité spéciale portent un équipement de sécurité impressionnant. Leur gilet pare-balles pèse jusqu'à 17 kg. Il est fait de fils d'aramides, comme le kevlar, combiné à des plaques de protection qui stoppent les tirs de fusil.

Le casque pare-balles est équipé d'un système de communication intégré pour rester en contact avec le commandement. Une deuxième arme se cache dans un gilet et menottes et chargeurs de réserve se portent à la ceinture.

L'USP compte 56 membres sur-entraînés affectés à plein temps à l'unité, à l’exception de certains négociateurs et tireurs d'élite. Les missions peuvent durer une heure ou même plusieurs mois.

Les observations et interventions représentent 66% des missions, contre 34% pour les opérations de protection, comme les protections rapprochées et les escortes de détenus dangereux.

Les intervention les plus marquantes de l'USP

Parmi les intervention les plus marquantes de l'USP:

En 2000, un individu extrêmement violent et instable prend en otage 45 enfants et 3 educatrices dans une école précoce de Wasserbillig. Pour sauver la vie de ces jeunes otages (de 4 à 7 ans), l’homme, armé d’un pistolet, d’une grenade et d’un couteau, est finalement abattu.

En 2002, le fils d’un homme d’affaires suédois est enlevé. L'USP parviendra à arrêter les kidnappeurs.

En 2003, l'unité procède à l'arrestation et au démantèlement d'une cellule d'Al-Quaida au Luxembourg.