Changer d'édition

«Une vingtaine de minutes» pour relier Esch à la capitale
Luxembourg 4 min. 21.10.2020

«Une vingtaine de minutes» pour relier Esch à la capitale

Si aucune estimation du coût de ce futur couloir multimodal n'a été avancée pour le moment, François Bausch doir lever le voile sur les détails du projet ce mercredi.

«Une vingtaine de minutes» pour relier Esch à la capitale

Si aucune estimation du coût de ce futur couloir multimodal n'a été avancée pour le moment, François Bausch doir lever le voile sur les détails du projet ce mercredi.
Photo: Chris Karaba/archive
Luxembourg 4 min. 21.10.2020

«Une vingtaine de minutes» pour relier Esch à la capitale

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
A l'horizon 2030, les deux principaux pôles d'activité du Luxembourg devraient être connectés par un tram rapide, des voies réservées au covoiturage ou bien encore une piste cyclable. De quoi «déplacer des personnes et non des voitures», selon le slogan de François Bausch.

Entre le développement attendu de l'Uni, la transformation des anciennes friches industrielles en nouveaux quartiers et la hausse prévisible de la population résidente d'ici à 2030, se déplacer entre le sud et le centre du Grand-Duché devrait être plus compliqué. Non seulement aux heures de pointe, «mais du matin au soir et dans les deux sens de circulation», assure François Bausch (Déi Gréng). Des prévisions qui poussent le ministre de la Mobilité à prévoir la mise en place d'un «couloir multimodal» entre le sud de la capitale et Esch-Belval.


C'est dans l'optique du passage du tram rapide reliant le Kirchberg à Belval que sont réalisés en ce moment les travaux à hauteur de la bretelle de Pontpierre sur l'A4
Pontpierre anticipe la venue du tram rapide
A l'horizon 2035, un tram rapide devrait relier le Kirchberg à Belval. Le réaménagement de la sortie Pontpierre, sur l'A4, représente un jalon dans le cadre du futur pôle multimodal installé à Foetz.

Dévoilé dans son intégralité ce mercredi, le projet doit non seulement comprendre la mise en service d'un tram rapide, mais aussi la création de «deux voies supplémentaires réservées aux bus et au covoiturage, une par sens de circulation» et d'«une voie express pour cyclistes», selon les indications d'ores et déjà livrées par le locataire de la place de l'Europe. Sans oublier l'introduction d'un système de gestion automatisée de la circulation, basée sur la gestion des flux en temps réel. Un concept qui se veut «cohérent» prenant en compte non seulement «toutes les infrastructures de transport», mais aussi leur interconnexion au sein des communes traversées.

Le schéma du fameux corridor multimodal reliant la capitale à Esch, présenté début octobre au sein de la commission de la Mobilité.
Le schéma du fameux corridor multimodal reliant la capitale à Esch, présenté début octobre au sein de la commission de la Mobilité.
Crédit: ministère de la Mobilité

Au vu de la complexité et des multiples chantiers à mener, ce projet ne se réalisera bien évidemment pas d'une seule traite, puisque la planification actuelle prévoit une circulation des rames du futur tram entre Luxembourg-Ville et le futur pôle d'échange Monkeler, à la sortie d'Esch-sur-Alzette, «d'ici 2028 ou 2029 au plus tard». A terme, le tracé devrait donc desservir les territoires des communes de Luxembourg-ville, Leudelange, Mondercange, Schifflange, Esch-sur-Alzette et Sanem, via notamment la desserte des quartiers à venir, dont celui d'Esch-Schifflange. Selon les estimations du ministère de la Mobilité, ce système devait permettre de relier les 62 hectares du site au Ban de Gasperich «en une vingtaine de minutes». 


01.12.06 travaux sur autoroute A4, Esch/alzette entre Lankhelz et distributeur Lallange,  photo: Marc Wilwert
Bausch s'explique sur la salve de travaux dans le Sud
Si les préconisations sanitaires du gouvernement plaident pour une poursuite durable du travail à domicile, la rentrée a, semble-t-il, sonné la fin de l'accalmie. Routes et autoroutes sont à nouveau saturées. Le ministre des Transports fait le point dans le Bassin minier.

Pour amener un réel changement d'habitude et donc «déplacer des personnes et non des voitures», selon le slogan de François Bausch, le concept prévoit la mise en place de plusieurs pôles multimodaux, desservis notamment par des bus à haut niveau de service. Des véhicules d'«une capacité comprise entre le bus et le tram »et circulant sur des voies spécifiques, dont la mise en service doit se faire «en parallèle de celle du tram rapide». Selon les plans actuels, ce nouveau système de transport en commun intégré aux lignes RGTR devrait desservir une zone comprise entre Pétange et Dudelange. Objectif annoncé: aménager le territoire d'une manière plus structurée et soutenir le développement économique de cet espace via la mise en place de plusieurs lignes dotées d'un cadencement fixé à moins de dix minutes aux heures de pointe.

Concept de liaisons multimodales présenté en juin 2018 par François Bausch, avec un premier schéma sur les lignes BHNS.
Concept de liaisons multimodales présenté en juin 2018 par François Bausch, avec un premier schéma sur les lignes BHNS.
Crédit= ministère de la Mobilité

Selon le planning avancé par François Bausch, le projet de loi sur ce projet devrait être présenté «d'ici décembre 2022». Considéré comme prioritaire, «au même titre que l'extension du tram de la place de l'Etoile vers le centre hospitalier», le texte n'a, pour l'heure, fait l'objet d'aucune estimation budgétaire. Adepte des phrases chocs, le vice-Premier ministre assure qu'«un kilomètre de tram le long d'une autoroute sera moins compliqué et moins coûteux qu'un kilomètre en centre-ville», référence aux quelque 150 millions dépensés pour la construction du seul tronçon entre la place de l'Etoile et la gare centrale. Sur un budget total de 565 millions d'euros pour la réalisation des 16,4 kilomètres du tracé entre le Findel et la Cloche d'Or.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Créer «un trait d'union» entre Esch et la capitale
Les détails du couloir multimodal qui reliera, à l'horizon 2030, les deux principales agglomérations du Luxembourg ont été dévoilés mercredi. Rejoindre l'Uni depuis la Cloche d'Or devrait alors prendre 26 minutes.
Bausch s'explique sur la salve de travaux dans le Sud
Si les préconisations sanitaires du gouvernement plaident pour une poursuite durable du travail à domicile, la rentrée a, semble-t-il, sonné la fin de l'accalmie. Routes et autoroutes sont à nouveau saturées. Le ministre des Transports fait le point dans le Bassin minier.
01.12.06 travaux sur autoroute A4, Esch/alzette entre Lankhelz et distributeur Lallange,  photo: Marc Wilwert
Pontpierre anticipe la venue du tram rapide
A l'horizon 2035, un tram rapide devrait relier le Kirchberg à Belval. Le réaménagement de la sortie Pontpierre, sur l'A4, représente un jalon dans le cadre du futur pôle multimodal installé à Foetz.
C'est dans l'optique du passage du tram rapide reliant le Kirchberg à Belval que sont réalisés en ce moment les travaux à hauteur de la bretelle de Pontpierre sur l'A4
Le tracé du futur tram rapide se dessine
Lancée en mars 2018, l'idée de relier directement le Kirchberg à Belval via Esch-sur-Alzette commence à prendre forme. Du moins, au sein du ministère de la Mobilité et des communes concernées, puisque le projet ne doit pas devenir réalité avant 2035.
Lokales, 1 Jahr Tram, Mobilität,Kirchberg. Foto: Gerry Huberty
«Le sud ne sera pas une cité dortoir de la capitale»
Alors que le processus de réhabilitation des anciennes friches de Schifflange et des Lentilles Terres Rouges a été lancé, Claude Turmes (Déi Gréng), ministre de l'Aménagement du territoire détaille le futur de ces sites.
Ehemaliges Stahlwerksgeländes Esch/Schifflange - ARBED - Esch-Schifflange - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort