Changer d'édition

Une troisième vague prédite pour le printemps
Luxembourg 2 min. 28.02.2021

Une troisième vague prédite pour le printemps

L'introduction des tests rapides pourrait être un facteur de ralentissement de l'épidémie, en détectant au plus tôt les cas.

Une troisième vague prédite pour le printemps

L'introduction des tests rapides pourrait être un facteur de ralentissement de l'épidémie, en détectant au plus tôt les cas.
Photo : dpa
Luxembourg 2 min. 28.02.2021

Une troisième vague prédite pour le printemps

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Un groupe d'experts luxembourgeois prévoit que l'épidémie covid ne va pas cesser d'augmenter pendant les trois prochains mois. Un scénario mathématique qui ne demande qu'à être contrecarré par de nouvelles règles sanitaires.

Le nombre quotidien de personnes infectées par le covid-19 pourrait tripler d'ici le mois de mai. L'hypothèse est envisagée dans le dernier rapport de la Task Force Research-Luxembourg. «Les projections indiquent un nouveau pic possible de cas quotidiens d'environ 500 cas par jour, en mai», y indiquent les chercheurs réunis dans ce groupe de travail. Quand actuellement la moyenne tourne autour des 200 infections dépistées quotidiennement... 


Retour sur un an de crise covid
Comment le gouvernement a réagi face à l'épidémie de Covid-19 ? Quelles mesures ont été mises en place aux moments-clés de la première et de la deuxième vague ? Revivez ces événements qui ont bousculé notre quotidien au travers d'une chronologie interactive détaillée.

Une perspective qui se justifierait au vu de la part croissante prise par les nouveaux variants du virus dans le pays. La souche britannique (désormais prépondérante au Grand-Duché) viendrait ainsi booster la reprise virale déjà constatée depuis le début de l'année.

Ainsi, les analystes de la Task Force estiment que «la situation épidémique actuelle évolue vers une épidémie potentielle alimentée par les variants de virus les plus contagieux». Leur rapport constate ainsi que «les cas quotidiens montrent une tendance continue à la hausse malgré la fermeture des écoles au cours des deux dernières semaines, ce qui devrait diminuer les interactions et donc les infections». D'où leur scénario pessimiste.

Se basant sur la progression actuelle et extrapolant les suites sanitaires de l'épidémie selon des modèles mathématiques, les chercheurs estiment donc le «rebond» plus qu'envisageable. Et cela malgré la progression de la campagne vaccinale, qui à ce jour a permis l'administration de 36.071 doses anti-covid (en deux mois). D'où l'appel de la Task Force au renforcement des mesures sanitaires dont la révision doit survenir avant le 14 mars prochain. Elle réclame aussi plus de réductions dans les interactions physiques entre personnes.

De plus, l'étude insiste sur la nécessaire participation de chacun aux tests de dépistage à grande échelle. Ce fameux Large Scale testing (LST) que le gouvernement a choisi de prolonger jusqu'à l'été. Autant de gestes qualifiés d' «essentiels dès maintenant pour supprimer cette reprise potentielle de l'épidémie». Sachant que, jusqu'à présent, plus de 2,1 millions de tests ont déjà pu être menés au Luxembourg durant cette première année de crise.

L'analyse confirme donc ce que le responsable de la direction de la Santé, le Dr Jean-Claude Schmit avait craint en début de semaine. Autant dire qu'un tel scénario ne devrait guère pousser le gouvernement à se montrer plus souple sur les mesures sanitaires. N'en déplaise, notamment, à la Fédération des cafés et restaurants qui exigeait que les terrasses rouvrent au plus vite. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Il y a un an, le signalement du premier cas de covid a obligé résidents et frontaliers à profondément adapter leurs habitudes. Que nous devions restreindre nos contacts sociaux ou être obligés de porter un masque. Des changements vécus différemment par tout un chacun. Témoignages.
Le ministère de la Santé vient d'ouvrir une liste d'attente pour les personnes invitées à bénéficier du vaccin anti-covid et qui n'ont pas répondu au premier appel.
This picture shows vials of the AstraZeneca Covid-19 vaccine at a pharmacy in Paris on February 25, 2021. - Private practitioners in France started vaccinating vulnerable patients between 50 and 64 at their medical offices on February 25, as part of a new stage in the country's Covid-19 vaccination campaign. (Photo by Christophe ARCHAMBAULT / AFP)
Jusqu'alors fermement opposé à l'introduction de tout dispositif qui autoriserait les personnes vaccinées à avoir plus de droit que les autres, le Luxembourg met un peu d'eau dans son vin en évoquant, vendredi, sa volonté de «poursuivre les réflexions».
Initiée quelques mois avant le début de la pandémie pour tenter de pallier les lacunes actuelles, la table ronde Santé a initié à ce jour 13 projets, tous voués à réformer le système actuel. Tour d'horizon des changements à venir.
La ministre de la Santé luxembourgeoise assure qu'aucune obligation du port de ce type de protection n'est pour l'heure envisagée. Mais d'autres parties de l'Europe ont déjà adopté le FFP2 dans leur quotidien.
22.02.2021, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Lehrerin mit FFP2-Maske unterrichtet in einer ersten Klasse an einer Grundschule mit Wechselunterricht. Nach einem zweimonatigen Lockdown haben ab dem 22. Februar in mehreren Bundesländern wieder Schulen und Kitas unter bestimmten Hygienekonzepten geöffnet. So findet an Schulen zum Beispiel Wechselunterricht statt. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++