Changer d'édition

Une tripartite en pleine remontée de fièvre
Luxembourg 4 min. 13.12.2021 Cet article est archivé
Social

Une tripartite en pleine remontée de fièvre

A l'heure où l'activité reprend des couleurs, le gouvernement va-t-il se montrer généreux?
Social

Une tripartite en pleine remontée de fièvre

A l'heure où l'activité reprend des couleurs, le gouvernement va-t-il se montrer généreux?
AFP
Luxembourg 4 min. 13.12.2021 Cet article est archivé
Social

Une tripartite en pleine remontée de fièvre

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Ministres, syndicats et patronat ont rendez-vous ce lundi après-midi pour une nouvelle rencontre. Alors que le virus fait à nouveau trembler l'économie, le gouvernement va tout de même devoir faire face à de nombreuses attentes sociales.

Xavier Bettel et six ministres : voilà ceux qui auront en face d'eux les représentants de l'OGBL, LCGB, CGFP et UEL à l'occasion du nouveau rendez-vous organisé ce 13 décembre au château de Senningen. La voilà donc cette tripartite tant réclamée par les syndicats ces derniers mois, repoussée par le gouvernement, sans urgence aux yeux du patronat. Le dernier rendez-vous de la sorte remontait à juillet 2020. Et même si le Premier ministre avait tenu à réunir les partenaires sociaux à l'approche de son dernier discours sur l'état de la Nation, 2021 ne pouvait s'achever sans cette grand-messe sociale.


Jobverlust, Arbeitslos, Arbeitslosigkeit, Job, Arbeit, Stelle, Corona-Krise
Le chômage confirme son recul
Avec 224 demandeurs d'emploi de moins d'un mois à l'autre, le chômage au Luxembourg continue à régresser. Reste toutefois que l'Adem se préoccupe des chômeurs longue durée qui peinent à retrouver un poste.

Du côté du gouvernement, l'ordre du jour comprendra un retour sur les études menées autour des programmes de développement des compétences des salariés réclamés lors de la dernière tripartite. Les syndicats apprécieront, certes, mais pour les représentants des salariés ce lundi doit permettre d'aborder d'autres sujets. Et notamment une révision possible du régime fiscal. 

Le ministre des Finances Pierre Gramegna (DP) -bientôt remplacé- a déjà mis au placard toute idée de grande réforme fiscale. Mais certains ajustements ne seraient-ils pas possibles? Concernant les bas et moyens revenus, ou l'établissement d'une fiscalité moins pesante sur les familles monoparentales par exemple.

Et si ce n'est via une diminution de l'impôt, l'Etat ne serait-il pas en mesure de soutenir le pouvoir d'achat des ménages les plus impactés par cette crise. Les baisses de revenus (notamment lié aux mises en chômage partiel) ou les dépenses supplémentaires liées à l'envol du prix de l'énergie et des carburants ont affecté bien des foyers. Les finances publiques n'étant pas au plus mal, y compris après vingt-et-un mois délicats, d'aucuns réclament un rattrapage du montant des allocations familiales. Leur valeur n'a pas suivi l'évolution du coût de la vie ces dernières années, la compensation pourrait représenter une hausse d'un peu plus de 7%.   


Tourismus,Stad Luxemburg,Führung. Foto:Gerry Huberty
La pandémie impacte peu le revenu des ménages
La pandémie n'a pas creusé davantage les inégalités de revenus d'après le Statec dans son rapport publié jeudi. Mais selon son étude, le risque de pauvreté existe pour certaines catégories de la population.

Mais pour l'heure, il n'a été question que de revaloriser, au 1er janvier 2022, l'allocation de vie chère. Pas d'annonce sur un possible gonflement sur salaire minimum. D'autres aides ne peuvent-elles être engagées alors que l'inflation, elle aussi, menace de se prolonger dans les mois à venir?

Dans leurs attributions diverses, les ministres Dan Kersch (Travail), François Bausch (Mobilité et Travaux publics) Franz Fayot (Economie), Claude Meisch (Education) et Lex Delles (Classes moyennes) devront aussi répondre des prochains ajustements de la loi Covid. Celle-ci sera débattue à la Chambre cette semaine, et le texte inclut l'élargissement à toutes les entreprises du CovidCheck pour la mi-janvier. La mesure continue de déranger les syndicats, un ajustement est-il concevable?


A nurse pushes a resident in her wheelchair at the SenVital elderly home in Kleinmachnow outside Berlin May 28, 2013. Facing an acute shortage of skilled applicants among its own workforce, German institutions in the care sector increasingly turn to southern European countries to hire trained nursing staff who are willing to work abroad despite the langue barrier in order to escape unemployment at home. The SenVital home for the elderly outside Berlin has accepted five qualified nurses from Spain as their staff, providing eight months of language training and additional care schooling needed to attain the German nursing concession.  Some 100 Spaniards applied for the ten vacancies SenVital had advertised across its various houses.  REUTERS/Thomas Peter (GERMANY  - Tags: HEALTH BUSINESS EMPLOYMENT)
Un premier licenciement après refus du CovidCheck
Une soignante qui n'acceptait pas de se plier au contrôle de son état sanitaire avant de prendre son service a été mise à la porte des Hôpitaux Robert-Schuman. Une exception qui pointe le flou de la loi.

Au vu de l'affolement des compteurs d'infections, difficile d'imaginer toutefois un assouplissement. Par contre, des discussions sur les ''effets'' pour les employés du public comme du privé qui ne disposeraient pas d'un pass sanitaire valide peuvent être envisagées durant les trois heures d'échanges qui ont été prévues à l'agenda du jour.

Secoué par les tensions nées dans la société autour de la gestion de crise, le gouvernement Bettel aborde sans doute cette rencontre avec une boule au creux de l'estomac. Certes, les sondages créditent toujours l'exécutif d'une bonne cote de popularité, mais gare à ne pas écorner cette bonne image en refusant toutes les propositions syndicales mises sur la table. Mais gare aussi, prévient l'union des entreprises luxembourgeoises, à ne pas jouer inconsidérément au père Noël à l'approche des fêtes.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.