Changer d'édition

Une très faible surmortalité enregistrée au Luxembourg
Luxembourg 2 min. 17.11.2022
En septembre dernier

Une très faible surmortalité enregistrée au Luxembourg

La surmortalité, c'est le nombre de décès, toutes causes confondues, mesuré pendant une crise par rapport à ce qui pourrait être observé dans des conditions «normales».
En septembre dernier

Une très faible surmortalité enregistrée au Luxembourg

La surmortalité, c'est le nombre de décès, toutes causes confondues, mesuré pendant une crise par rapport à ce qui pourrait être observé dans des conditions «normales».
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 17.11.2022
En septembre dernier

Une très faible surmortalité enregistrée au Luxembourg

Simon MARTIN
Simon MARTIN
1,5% de décès supplémentaires ont été recensés en septembre par rapport aux moyennes de la période allant de 2016 à 2019. C'est bien moins qu'en 2020.

Présenté début octobre, un rapport de l'OCDE a analysé la manière dont le Luxembourg a géré la pandémie. Dans celui-ci, on y apprend notamment que le Luxembourg a enregistré une surmortalité inférieure de 60% à la moyenne des pays de l'OCDE, qui rassemble la plupart des pays développés et démocratiques du monde.


Le sous-variant d'Omicron BQ.1.1 pas encore détecté
Alors que les contaminations dues à BQ.1.1 augmentent de plus en plus en France, ce nouveau sous-variant d'Omicron n'a pas encore atteint le Grand-Duché. Mais la présence de BQ.1 est quant à elle attestée depuis sept semaines.

Qu'entend-on par surmortalité? Le terme fait tout simplement référence au nombre de décès, toutes causes confondues, mesuré pendant une crise, la pandémie de covid-19 en l'occurence, par rapport à ce qui pourrait être observé dans des conditions «normales». Le pourcentage de surmortalité est ainsi mesuré en comparant le nombre de personnes décédées au cours d'une période donnée pour comparer cette donnée à une base de référence historique des années précédentes, dans une période qui n'a pas été affectée par la pandémie.

Un exercice auquel s'est prêté Eurostat, qui a comparé le nombre moyen de décès survenus au cours de chaque mois pendant la période 2016-2019 pour comparer cela avec le mois de septembre 2022. Les résultats ont permis d'avoir un aperçu de la mortalité du covid-19 qui, faut-il le rappeler, tue encore. Bien moins qu'au plus fort de la crise toutefois, surtout au Luxembourg. 

En effet, c'est au Grand-Duché que l'on retrouve le taux de surmortalité le plus faible de toute l'Europe 1,5% de décès supplémentaires constatés en septembre par rapport à la période 2016-2019. C'est bien moins que le taux de 5,8% enregistré en 2020 mais un peu plus qu'en 2021, où la surmortalité affichait un taux de 1,3%. 

Le Grand-Duché n'est toutefois pas le meilleur élève européen. En effet, en Slovaquie, un taux négatif de -1,8% a été enregistré. Cela signifie que moins de décès ont été constatés en septembre 2022 que durant la période de référence. Il s'agit du seul pays du continent à avoir réalisé cette prouesse. Pour le reste, les autres pays accusent toujours des indicateurs relativement élevés, preuve en est que le virus a complètement changé la donne. 


Schnelltests sind ein wichtiges Mittel im Kampf gegen das Virus.
Le déclin du nombre de cas positifs se poursuit
Le nombre de cas positifs au covid-19 et d'admissions à l'hôpital continue de baisser au Luxembourg.

En Belgique, on parle ainsi d'une surmortalité de 5,8%, en France, ce même taux grimpe à 7% et monte même à 14,8% en Allemagne. Mais c'est surtout en Islande (21,5%), en Finlande (17,2%), en Grèce (16,9%) et en Estonie (15,7%) que les décès sont bien plus nombreux qu'auparavant.

Pour rappel, le Statec indiquait qu'en 2021, 4.489 décès avaient été enregistrés parmi la population du Grand-Duché. Un chiffre qui était donc en légère diminution de 120 décès par rapport à 2020. L'espérance de vie à la naissance au Luxembourg a été peu affectée par la crise sanitaire et s'élève à 84,8 ans pour les femmes et à 80,3 ans pour les hommes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Initiée par l’OMS, la campagne mondiale pour sensibiliser le grand public à la sécurité et au bon usage des médicaments se tient du 7 au 13 novembre au Luxembourg.
Pandémie au Luxembourg
À partir des enregistrements vocaux de plus de 200 patients infectés par le covid-19, les chercheurs du LIH ont mis au point une technologie permettant de distinguer et de surveiller les patients symptomatiques et asymptomatiques.
L'étude du LIH est la première à utiliser des enregistrements vocaux pour diagnostiquer les symptômes du covid-19.
Après une surmortalité constatée en 2020 en raison du virus, la situation s'est globalement apaisée en 2021, comme l'indique le Statec dans une étude publiée ce jeudi.
Covid patient being treated in a Luxembourg hospital ward in 2020
Si 2020 a été une année noire au Luxembourg, avec 326 décès de plus qu'un an auparavant, le Statec estime que cela est principalement dû à l'épidémie virale. Avec un «excès de mortalité» constaté notamment chez les plus de 75 ans.
Wi , Pompes Funebres , Maison Platz , Thierry Graul , Corona , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Depuis le début de l'épidémie au Luxembourg, seul le mois d'avril a enregistré une surmortalité modérée par rapport aux moyennes des années précédentes. Le Statec parle d'une centaine de décès supplémentaires, entre mi-mars et fin avril.
Flowers are laid on funeral urns in Pere Lachaise cemetery, in Paris on June 7, 2020, as the cemeteries reopened from June 2, during the second phase of the easing of lockdown measures taken to curb the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. (Photo by FRANCOIS GUILLOT / AFP)