Changer d'édition

Une taxe sur les boissons sucrées au Luxembourg ?
Luxembourg 2 min. 05.08.2022
Obésité

Une taxe sur les boissons sucrées au Luxembourg ?

Pour lutter contre le surpoids, notamment chez les enfants, l'idée d'une taxe sur les boissons sucrées n'est pas écartée par la ministre de la Santé luxembourgeoise.
Obésité

Une taxe sur les boissons sucrées au Luxembourg ?

Pour lutter contre le surpoids, notamment chez les enfants, l'idée d'une taxe sur les boissons sucrées n'est pas écartée par la ministre de la Santé luxembourgeoise.
Photo: Unsplash
Luxembourg 2 min. 05.08.2022
Obésité

Une taxe sur les boissons sucrées au Luxembourg ?

Diana ALVES
Diana ALVES
Plus de 16% des enfants de 9-10 ans étaient en surpoids en 2019/2020 dans le pays.

L'introduction d'une taxe sur les boissons sucrées et autres confiseries n'est pas totalement écartée par le gouvernement luxembourgeois.


Les enfants sous la menace du surpoids
Dommage collatéral de la pandémie sanitaire, la santé physique des plus jeunes serait mise à mal. Du moins, selon les pédiatres et nutritionnistes du pays. Un phénomène qui pourrait avoir des conséquences bien au-delà de la crise.

Interrogée à ce sujet par les députés Josée Lorsché et Marc Hansen (Déi Gréng), la ministre de la Santé reconnaît qu'il s'agit d'une stratégie adoptée par plusieurs Etats membres de l'Union européenne et qui «oblige les producteurs à revoir la quantité de sucre dans certaines boissons, par exemple».

Selon Paulette Lenert (LSAP), «différentes approches sont actuellement étudiées dans ce domaine pour voir dans quelles mesures elles peuvent être transposées au contexte luxembourgeois».

L'effet des confinements pas encore connu

Dans leur question, les députés ont également voulu savoir si le taux d'obésité infantile avait augmenté au Luxembourg pendant la pandémie de covid-19, comme dans les pays voisins. Selon Mme Lenert, l'effet des confinements successifs sur l'obésité infantile n'est pas encore connu. Mais si la tendance est la même qu'au cours des cinq dernières années, les nouvelles ne seront pas bonnes.


Le covid a aggravé l'état de santé des personnes obèses
Avec le confinement ou la peur d'être infectées en étant vulnérables, les personnes obèses se sont moins rendues à la clinique du CHL qui les prend en charge. Un retard qui peut pourtant avoir des conséquences sur leur état de santé.

La ministre de la Santé note que la prochaine étude européenne EHIS sur l'obésité, la nutrition et l'activité physique au Luxembourg, pour la période 2019-2024, ne sera pas rendue publique avant 2025. Pour l'instant, il n'est pas possible de tirer des conclusions sur les effets de la pandémie.

Or, la dernière édition de cette étude avait déjà révélé une augmentation de l'obésité au Luxembourg dans toutes les catégories d'âge, à l'exception du groupe des 35-44 ans et du groupe des 75 ans et plus.

Une hausse de l'obésité chez les enfants déjà avant 2020

En ce qui concerne les enfants et les adolescents, les données recueillies lors des visites médicales dans les écoles au cours des années précédant le premier confinement montrent également une «tendance à la hausse» du taux de surpoids et d'obésité. Ces données ont révélé, par exemple, une augmentation de l'obésité chez les enfants de plus de 12 ans.


«Le Nutriscore pourrait faire évoluer les mentalités»
Destiné à permettre aux consommateurs de comparer la valeur nutritionnelle des produits, le dispositif déjà en vigueur en Allemagne, en Belgique et en France deviendra bientôt réalité au Luxembourg. Avec comme ambition, notamment, de lutter contre l'obésité.

Un autre des constats qui interpelle concerne l'augmentation du nombre d'enfants en surpoids : 16,4 % des enfants de 9-10 ans étaient en surpoids en 2019/2020. Au cours de l'année scolaire 2015/2016, ce pourcentage était de 10,2 %.

Cet article est paru une première fois sur le site www.wort.lu/pt

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.
26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++