Changer d'édition

«Une souche plus virulente du covid circule en prison»
Luxembourg 03.12.2021
Pandémie au Luxembourg

«Une souche plus virulente du covid circule en prison»

Serge Legil, directeur de l'administration pénitentiaire, appelle le ministère de la Santé à faire venir un Impfbus en prison.
Pandémie au Luxembourg

«Une souche plus virulente du covid circule en prison»

Serge Legil, directeur de l'administration pénitentiaire, appelle le ministère de la Santé à faire venir un Impfbus en prison.
Photo : Pierre Matgé
Luxembourg 03.12.2021
Pandémie au Luxembourg

«Une souche plus virulente du covid circule en prison»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Malgré les mesures sanitaires prises par l'administration pénitentiaire, le virus continue à se répandre parmi les détenus. La situation est d'autant plus préoccupante que la plupart d'entre eux ne sont pas vaccinés selon la direction.

Le virus se propage plus rapidement en prison. La faute au variant Delta+, cette souche est « 10 à 15% fois plus contagieuse que le variant Delta », fait remarquer Serge Legil, directeur de l'administration pénitentiaire ce matin au micro de 100,7. Il a indiqué que le centre pénitentiaire de Luxembourg comptait ce vendredi 31 cas positifs au covid, dont deux détenus ont été hospitalisés.


A prison guard locks a door at the new prison in Lutterbach, eastern France, on November 4, 2021. - The new prison in Lutterbach is set to host 520 prisoners. (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)
Le virus ne s'est pas échappé de Schrassig
Pas question pour les autorités d'alléger le dispositif de prévention covid au centre pénitentiaire de Luxembourg avant le 7 décembre. Vingt-trois détenus sont toujours positifs au virus.

«Au vu de la situation actuelle, l'ambiance n'est pas bonne et beaucoup ont peur», a indiqué le directeur. Mais cette angoisse ne pousse pas les détenus à la vaccination. Seuls, un peu plus d'un tiers des détenus ont reçu leur injection vaccinale. Le faible taux de vaccination en prison est notamment «tributaire des origines socioéconomiques des détenus». Et cela se remarque également avec les nouveaux entrants parmi lesquels 95% ne sont pas vaccinés.

Pour continuer à les sensibiliser à la vaccination, Serge Legil appelle le ministère de la Santé à faire venir un Impfbus en prison. Le contact avec d'autres soignants pourraient changer la donne, espère le directeur. Pour éviter la transmission du virus, les activités sportives ne sont plus pratiquées que dans des groupes constitués par étage.


D'ici un an, le pays comptera une prison de plus
Au 1er janvier prochain, l'administration pénitentiaire recevra les clés de la nouvelle maison d'arrêt de Sanem. Les premiers occupants ne sont attendus en cellule que pour l'automne 2022.

Serge Legil a également répondu aux critiques émises par l'association Eran, eraus... an elo sur le manque de masques en prison. Il a concédé que le centre pénitentiaire avait rencontré cette difficulté il y a deux semaines : «Pendant cette période, on ne pouvait que leur donner des masques en tissu». Parmi les mesures sanitaires en vigueur, les personnes souhaitant rendre visite à un proche en prison doivent être guéries, vaccinées ou testées. Une mesure qui devrait désormais s'appliquer aussi au personnel avec l'extension du dispositif CovidCheck au monde du travail

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

D'ici 2023, l'appareil devrait faire son entrée dans l'arsenal préventif mis en place au Luxembourg. Chaque jour dans le pays, la police intervient à deux ou trois reprises pour cause de violences domestiques.
Et voilà le virus qui refait parler de lui en prison. Suite à la détection de huit cas positifs parmi les prisonniers, le centre pénitentiaire a dû resserrer son dispositif sanitaire.
Gefängnis Schrassig - strafvollzug - En Dag mat engem Giichtchen - Prison - gefängniswärter - Gardien de Prison - Gefangener - prisonnier - untersuchungshaft - détention provisoire - U-Haft -    Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
A partir de 2023, les personnes incarcérées pourront bénéficier d'un suivi personnalisé et de modules de formation professionnelle. Un dispositif visant à limiter le risque de récidives.