Changer d'édition

Une société française aux manettes du futur système d'alerte
Luxembourg 3 min. 05.12.2022
Une plateforme nationale

Une société française aux manettes du futur système d'alerte

Si les échanges entre l'État et les opérateurs «vont bon train», la mise en œuvre totale du nouveau système d'alerte nécessitera tout de même un certain délai.
Une plateforme nationale

Une société française aux manettes du futur système d'alerte

Si les échanges entre l'État et les opérateurs «vont bon train», la mise en œuvre totale du nouveau système d'alerte nécessitera tout de même un certain délai.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 05.12.2022
Une plateforme nationale

Une société française aux manettes du futur système d'alerte

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Baptisé «LU-Alert», le futur système d'alerte luxembourgeois mise sur une solution multicanale derrière laquelle se cache Intersec, une entreprise française.

Décrié durant les inondations de juillet 2021, le système d'alerte luxembourgeois suit son cours. GouvAlert se mue en LU-Alert, et cherche à faire oublier les mauvais souvenirs des conséquences d'une population non préparée à l'arrivée d'une catastrophe majeure. Présentée ce lundi 5 décembre, cette future version du dispositif se veut «globale et multicanale».


Les alertes inondations font des vagues
Les chefs de file CSV, ADR, déi Lénk et Piraten souhaitent que la Chambre lance une étude indépendante sur la gestion des intempéries afin d'identifier les «éventuels manquements», précisent-ils dans une lettre publiée mercredi.

Depuis mai 2022, des tests successifs des sirènes, mais également de l'application mobile GouvAlert et de l'envoi de SMS zonaux ont été conduits. L'objectif de ces sessions d'essai visait l'amélioration des moyens de communication existants utilisés pour alerter la population en cas d'événement majeur en en testant les fonctionnalités et l'efficacité. Ça, c'est pour la première étape de la refonte du système d'alerte. La seconde, elle, consiste au développement «d'un système d'alerte national, moderne et cohérent doté de nouvelles technologies accessibles».

Les citoyens ont pu faire part de leurs retours suite à ces différents tests permettant de mettre en évidence plusieurs problèmes. Alors que le son émis par les sirènes n'est entendu que par une seule partie de la population, les SMS, eux, font l'objet d'un certain délai de réception, «parfois long», souligne le gouvernement. Signes supplémentaires qu'une refonte du système était bel et bien nécessaire.

Des infrastructures à mettre en place

À quoi ressemblera donc cette future solution d'alerte à la population? Il convient d'abord de noter que toutes les autorités nationales désirant alerter la population pourront y procéder «de manière efficace et efficiente, et multicanale». Comprendre ici que les réseaux sociaux, une application mobile, des SMS géolocalisés ou encore «des messages envoyés par diffusion cellulaire» seront utilisés pour prévenir les citoyens et leur permettre de se préparer à un évènement difficilement prévisible et susceptible de présenter une menace.


Am Sonntagmorgen piepste das Handy bei mehreren Tausend Bewohnern im Süden Luxemburgs.
Des SMS tests du système d'alerte national sans prévenir
Les personnes qui se trouvaient dimanche dans le sud ont peut-être reçu un message d'avertissement sur leur téléphone portable. Le test s'adressait aux fournisseurs de téléphonie mobile.

Pour pouvoir concevoir ce système, le gouvernement luxembourgeois a lancé un marché public en mars 2022, dont l'attribution a eu lieu en septembre, au bénéfice de l'entreprise Intersec SA. Cette dernière a notamment procédé à la mise en place du système d'alerte français baptisé FR-Alert. Les opérateurs de réseau mobile sont également mis à contribution par l'exécutif, puisqu'ils devront «procéder à la mise en place des infrastructures nécessaires pour s'assurer de leur interopérabilité avec la plateforme nationale».

Si les échanges entre l'État et les opérateurs «vont bon train», la mise en œuvre totale du nouveau système d'alerte nécessitera tout de même un certain délai lié à «la complexité des prérequis techniques» que demande la mise en place d'une telle plateforme. Malgré tout, le gouvernement estime que LU-Alert sera opérationnel avant la fin de l'année 2023.

Après avoir procédé à l’amélioration de l’outil existant, notamment l’application mobile, nous devons mettre en œuvre une stratégie d’alerte qui porte sur le long terme.

Taina Bofferding, ministre de l'Intérieur

«Je me réjouis des efforts réalisés par les nombreux acteurs qui interviennent dans la construction de ce projet d'alerte qui permettra, en fin de compte, de sauver des vies», a souligné le Premier ministre Xavier Bettel (DP). Pour le ministre d'Etat, l'aspect multicanal est essentiel afin de réduire les risques, à la fois pour les personnes et pour les biens.


Fallait-il sonner l'alarme dans les communes?
Les récentes inondations ont montré les failles du système d'alerte luxembourgeois. Résultat: plus de 120 millions de dégâts. Raison pour laquelle une partie de l'opposition réclame des modifications rapides du dispositif et l'audience des ministres responsables.

De son côté, Taina Bofferding (LSAP) a estimé qu'il était «important que le gouvernement se dote d'un système d'alerte et d'information efficace qui nous permet d'alerter de manière rapide et efficiente», en particulier suite à l'impact des phénomènes tels que les inondations. Pour la ministre de l'Intérieur, dont le ministère a coordonné la refonte du système d'alerte, la vision d'avenir est importante. «Après avoir procédé à l’amélioration de l’outil existant, notamment l’application mobile, nous devons mettre en œuvre une stratégie d’alerte qui porte sur le long terme», a expliqué la femme politique. 

Une fois opérationnel fin 2023, le futur système d'alerte ne procédera à aucun moment à la collecte, à l'enregistrement, à la conservation, modification, consultation ou utilisation de données personnelles des destinataires des messages.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Comme chaque premier lundi du mois, le gouvernement teste son nouveau système d'alerte à la population, destiné à être enclenché en cas de catastrophe naturelle ou d'incidents graves.
Régie , Virgule , Vorstellung Virgule Online Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Nouveau test du système d'alarme
Dans le cadre de la refonte du système d'alerte à la population, le gouvernement procédera à un nouveau test mensuel du réseau de sirènes.
L'objectif des tests est de s'assurer de la fonctionnalité des différents canaux d'alerte, d'identifier les points d'amélioration éventuels et, surtout, de sensibiliser les citoyennes et citoyens d’avoir recours aux différents canaux d'alerte.
Dans le cadre de ce test, le gouvernement souhaite apporter une attention toute particulière aux réfugiés ukrainiens.