Changer d'édition

Une série de mesures pour freiner les prix de l'énergie
Luxembourg 3 min. 21.09.2022
Accord de principe suite à la tripartite

Une série de mesures pour freiner les prix de l'énergie

Les partenaires sociaux et le gouvernement sont finalement parvenus à un accord, après de longues heures de négociations.
Accord de principe suite à la tripartite

Une série de mesures pour freiner les prix de l'énergie

Les partenaires sociaux et le gouvernement sont finalement parvenus à un accord, après de longues heures de négociations.
Photo: SIP
Luxembourg 3 min. 21.09.2022
Accord de principe suite à la tripartite

Une série de mesures pour freiner les prix de l'énergie

Les discussions entre les partenaires sociaux et le gouvernement ont terminé tard ce mardi soir, au troisième jour de la tripartite. Elles ont accouché d'un paquet de mesures destinées à lutter contre l'inflation, mais sans report d'index.

(tb/m.m) Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) avait prévenu: s'il le faut, la tripartite durera plus que trois jours. Cela n'a finalement pas été nécessaire. Au terme de trois journées bien chargées, la tripartite a accouché d'un paquet de mesures destinées à limiter les impacts de la pression inflationniste sur les ménages et les entreprises.


(de g. à dr.) Claude Heiser, premier vice-président fédéral de la Confédération générale de la Fonction publique (CGFP) ; Romain Wolff, président de la Confédération générale de la Fonction publique (CGFP) ; Steve Heiliger, secrétaire général de la Confédération générale de la Fonction publique (CGFP) ; Robert Fornieri, secrétaire général adjoint, Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschafts-Bond (LCGB) ; Patrick Dury, président du Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschaftsbond (LCGB), vice-président de la Chambre des salariés (CSL) ;Christophe Knebeler, secrétaire adjoint, Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschaftsbond (LCGB) ; Nora Back, présidente de l'Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg (OGBL) ; Jean-Luc De Matteis, membre du bureau de l'Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg (OGBL) ; Frédéric Krier, membre du bureau exécutif de l'Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg (OGBL) ;Sylvain Hoffmann, directeur de la Chambre des salariés (CSL) ; René Winkin, directeur, Fédération des industriels luxembourgeois (FEDIL) ;Michèle Detaille, vice-présidente de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) et présidente, Fédération des industriels luxembourgeois (FEDIL) ; Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL
Plafonner les prix de l'énergie bloque les négociations
Les discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux ont été interrompues à midi et doivent reprendre ce mardi soir à 18 heures.

Pourtant, l'affaire était loin d'être pliée mardi en fin de journée, les discussions entre les partenaires sociaux et le gouvernement ayant été suspendues en raison d'un blocage sur le plafonnement des prix de l'énergie. Les débats ont repris à 18h et ont permis d'aboutir en toute fin de soirée à un accord de principe.

Un accord qui prévoit un paquet de mesures parmi lesquelles une «limitation de la hausse du prix de gaz à +15% par rapport à leur niveau actuel» et une «stabilisation des prix de l’électricité». Il est également prévu d'accorder une réduction de 15 cents/euros par litre de mazout.

La prime énergie prolongée

Parmi les autres mesures, une baisse temporaire du taux de TVA normal de 17 à 16%, du taux intermédiaire de 14 à 13% et du taux réduit de 8 à 7% est prévue.

Une nouvelle aide en matière énergétique pour les PME va également voir le jour, ainsi qu'une «modernisation de la bonification d’impôt pour investissements».

Notons encore qu'un subside sera accordé pour les bornes de recharge électrique accessibles au public et un coup de pouce supplémentaire sera donné pour passer du fioul/gaz vers l’électricité. 

Ce paquet prévoit encore que le taux du salaire social minimum soit adapté à l'évolution du salaire moyen et que la prime énergie, dont le délai pour introduire les demandes vient d'être allongé, soit prolongée l'année prochaine. L'allocation de vie chère sera également prolongée en 2023, afin de «venir en aide aux personnes les plus précaires», a indiqué Xavier Bettel sur les réseaux sociaux.

Des mesures pour un milliard d'euros

Au total, une enveloppe d'un milliard d'euros sera allouée à ces mesures. Une somme que le Premier ministre estime «bien investie, car c'est pour les citoyens», a-t-il commenté à l'issue de cette tripartite.


«Il serait irresponsable de ne pas trouver d'accord»
Les négociations tripartites se sont poursuivies lundi. Le gouvernement et les partenaires sociaux ont discuté jusque tard dans la soirée. Aucun accord n'a encore été conclu.

L'accord de principe trouvé ce mardi soir ne prévoit par contre pas de report ou d'annulation de tranches d'index, comme cela avait été le cas en mars, ce qui avait provoqué un rejet de l'accord par l'OGBL. Avant le début des négociations, la présidente de l'OGBL Nora Back avait indiqué que la position de son syndicat n'avait pas changé concernant l'index.  Sollicité mardi soir, Frédéric Krier, membre exécutif de l'OGBL, s'est dit satisfait des mesures annoncées. «Nous avons obtenu le rétablissement normal de l'index et des mesures qui permettent d'éviter des hausses énormes de la facture énergétique.»

Une nouvelle tripartite se réunira cependant si trois tranches indiciaires tombent en 2023. Rappelons que dans son pire scénario, le Statec prévoit jusqu'à 5 indexations en moins d'un an, comprenant celle de juillet 2022 qui a été repoussée à avril 2023.

L’accord de principe trouvé ce mardi soir doit encore être rédigé puis validé par les différentes parties. 

Le Premier ministre espère signer cet accord la semaine prochaine, afin que les mesures soient mises en place dès le début du mois d'octobre. A priori, les différents acteurs doivent signer l'accord mercredi prochain.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet