Changer d'édition

Une semaine de la mobilité gratuite, mais pas pour tous
Luxembourg 13.09.2019

Une semaine de la mobilité gratuite, mais pas pour tous

Les 12.000 usagers frontaliers français se sentent à nouveau mis sur la sellette.

Une semaine de la mobilité gratuite, mais pas pour tous

Les 12.000 usagers frontaliers français se sentent à nouveau mis sur la sellette.
Photo: Dominique Nauroy
Luxembourg 13.09.2019

Une semaine de la mobilité gratuite, mais pas pour tous

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Tous les transports en commun seront gratuits, du 16 au 22 septembre sur le sol luxembourgeois. Mais cette mesure ne s'appliquera pas aux trajets transfrontaliers.

Si la semaine européenne de la mobilité, qui se déroule du 16 au 22 septembre, s'axe cette année sur les déplacements à pied, le gouvernement a tout de même décidé de tester la gratuité des transports avant le saut fatidique du 1er mars 2020.

Ainsi, durant toute cette semaine, tous les transports en commun seront gratuits dans tout le pays. Malheureusement, cette décision ne s'applique pas pour tous. Les frontaliers par exemple, ne pourront pas totalement en profiter, selon l'association des voyageurs du TER Metz-Luxembourg, qui s'est renseignée à ce sujet.

Des billets différents

Les bus transfrontaliers, mais aussi les trains qui passent la frontière, ne sont en effet pas concernés par cette mesure. En tout cas pour ce mois de septembre - les abonnements frontaliers étant revus à la baisse pour le 1er mars prochain -. Seuls les déplacements effectués sur le sol luxembourgeois seront touchés.

Une décision qui s'explique par l'impossibilité d'éditer des billets différenciés pour la partie française, belge ou allemande, selon Mobilitéit.lu. Une différenciation qui, selon l'association de voyageurs français, «existe déjà pour les titulaires de certains abonnements annuels comme les "Student pass regio" et les "M pass regio" alors pourquoi pas pour les autres?»

Une remise de 70%, sur la partie française du billet uniquement, sera consentie pour les voyageurs du TER Grand Est le 21 septembre, journée européenne de la mobilité. Une maigre consolation, alors que cette initiative se veut «européenne».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le retour du piéton au cœur de la mobilité
Il faut que l'espace urbain change pour que les villes appartiennent à nouveau aux humains et tolèrent les voitures. Et non le contraire. C'est le propos du ministre François Bausch en préambule de la Semaine de la mobilité, axée sur les déplacements à pied.