Changer d'édition

Une rentrée sous contrôle
Luxembourg 14 3 min. 25.05.2020 Cet article est archivé

Une rentrée sous contrôle

La rentrée des classes du fondamental lundi s'est déroulée suivant des consignes strictes.

Une rentrée sous contrôle

La rentrée des classes du fondamental lundi s'est déroulée suivant des consignes strictes.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 14 3 min. 25.05.2020 Cet article est archivé

Une rentrée sous contrôle

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Crainte et contestée, la reprise des écoliers des classes du fondamental s'est finalement déroulée, comme prévu, lundi matin. Une organisation complexe, mais maîtrisée.

La cloche a sonné. Lundi matin, les quelque 50.000 enfants inscrits au fondamental ont repris le chemin de l'école. Un nouveau pas vers la normalité qui a toutefois demandé une réorganisation de A à Z. Car en période de pandémie, pas question d'accueillir les écoliers dans les conditions habituelles.

 Organisation du transport scolaire, gestion de l'accueil, désinfection des écoles et structures d'accueil... Cette nouvelle rentrée s'est apparentée à un véritable casse-tête, tant pour les politiques et les communes que pour les professionnels du secteur. 

Une réorganisation complexe qui a soulevé de nombreuses craintes et interrogations. Beaucoup de bruit pour pas grand-chose à en croire celui qui représente la fédération luxembourgeoise des services d'Education et d'accueil pour enfants (Felsea). «Petit à petit, les parents vont mieux comprendre et les craintes vont s'apaiser», assure Arthur Carvas pour qui ces doutes seraient essentiellement liés au manque de communication. «Nous sommes des professionnels et nous avons été consultés depuis des semaines pour savoir ce qu'il était envisagé pour ce 25 mai». 

Une rentrée en effet préparée depuis de longues semaines. «Dès mi-mars, nous avons eu la possibilité de poser des questions au ministère et nous avons été écoutés», assure Vera Agostini qui a accueilli lundi 102 élèves. La directrice des cycles maternel et primaire de l'école Over the rainbow affirme par ailleurs avoir été «gâtée» par l'Etat : «On a reçu des barrières en plexiglas, du gel hydroalcoolique, du scotch...».

Et si elle apparaît si sereine, c'est aussi parce que les équipes pédagogiques ont préparé les enfants, à distance et en amont. Des vidéos explicatives ont ainsi été envoyées aux parents. «Nous avons travaillé sur l'émotionnel. Nous avons montré les gestes.», explique-t-elle.

Mais seule la moitié des quelque 50.000 écoliers ont retrouvé leur classe habituelle lundi matin. Conformément au système d'alternance proposé par le gouvernement, les autres élèves ont pu rejoindre l'une des structures d'accueil, également aménagées. 

Pour adapter le nombre de places à cette nouvelle demande, «les foyers scolaires privés ont été invités à participer au système en alternance mis en place au niveau local», explique Myriam Bamberg, porte-parole du ministère de l'Education nationale. A ce jour, 44 participent.

En raison du manque de locaux, tous les enfants ne peuvent toutefois avoir une place. «Les familles monoparentales doivent avoir la priorité lors de la distribution des places disponibles.», rappelle la porte-parole. Quant aux parents d'un enfant de moins de 13 ans, il leur est encore possible de bénéficier du «congé pour raisons familiales».   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dispensé de masques jusqu'à 6 ans
A l'heure d'évoquer la reprise du fondamental et la réouverture des crèches, le 25 mai, le ministre de l'Education a limité l'obligation du port de la protection buccale dans le cadre scolaire. Et Claude Meisch d'annoncer aussi la réouverture de l'accueil en maison relais.
Stichwörter: Kind, Kinder, Betreuung, Kinderbetreuung, Crèche, Maison relais, Kindertagesstätte Chèques-Service, Sprachförderung / Foto: © Getty Images
Claude Meisch attendu au tournant
Dans dix jours retentira la sonnerie d'une rentrée inédite dans l'enseignement fondamental et les crèches. Le ministre de l'Education nationale devra répondre ce vendredi à 14h30 aux nombreuses questions ouvertes et aux inquiétudes parentales face au coronavirus.
Lokales, Coronavirus, Covid-19, Pressekonferentz Claude Meisch, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Ne pas stresser les enfants»
S'il se dit favorable à l'ouverture des écoles et des garderies, le psychologue Gilbert Pregno ne cache toutefois pas quelques inquiétudes qu'il explique au «Wort» dans une interview.
Der Psychologe Gilbert Pregno macht sich mit Blick auf die Wiedereröffnung der Betreuungsstrukturen und Schulen Sorgen um die kleinen Kinder und Kinder mit spezifischen Bedürfnissen.
Les communes face à leurs difficiles devoirs
Avant le 25 mai, et la reprise des cours des élèves du fondamental, les 102 communes vont devoir trouver les locaux, les personnels et les moyens de transport permettant la prise en charge des 6.000 jeunes fréquentant les écoles dont elles ont la charge. Un exercice rendu plus complexe encore en raison de l'épidémie.
Schoul Rentrée 2016-2017 - illustration - Photo : Pierre Matgé