Changer d'édition

«Une quarantaine ne peut être prise sur le congé légal»
Luxembourg 2 min. 25.02.2020

«Une quarantaine ne peut être prise sur le congé légal»

«Une quarantaine ne peut être prise sur le congé légal»

Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 25.02.2020

«Une quarantaine ne peut être prise sur le congé légal»

Une banque de la Place impose à ses salariés, qui ont voyagé dans une région touchée par le coronavirus, de rester à la maison en prenant des congés, sait l'Aleba qui crie au scandale. Le syndicat appelle les délégués du personnel à «mettre les employeurs face à leurs responsabilités».

(MF) – La crainte des effets du coronavirus fait dévisser les marchés financiers, placer sous contrôle sanitaire des Luxembourgeois à Tenerife et prendre des précautions inattendues à l'Ecole européenne. Mais elle crée aussi le malaise dans des entreprises. «Certains employeurs ont pris les devants. Mais pas à l'avantage des salariés! Tandis que d'autres n'ont pas encore pris de précautions», pose Sandra Carvalho, chargée de communication de l'Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance.

Suite à «un voyage effectué par des salariés la semaine passée en Lombardie», une banque installée au Luxembourg que le syndicat ne cite pas, impose à ses salariés «de rester à la maison pendant au moins entre 14 et 24 jours». L'ennui c'est que ces jours doivent être pris sur les congés légaux, précise l'Aleba dans un communiqué daté de ce mardi soir. 


«Il n'y a pas lieu de paniquer» au Luxembourg
Jusqu'ici aucun cas de malade atteint par le coronavirus n'est avéré au Luxembourg où seuls deux patients sont toujours en quarantaine. Alors que l'étau se resserre, le ministère de la Santé se distancie des mesures préventives prises dans deux écoles ce lundi.

C'est «totalement inacceptable!» aux yeux du syndicat. Il est d'avis que les employeurs qui veulent imposer une quarantaine à leurs salariés «doivent octroyer un congé extraordinaire, ou une dispense de travail» pour toute la période passée en quarantaine. 

Comme le soulignait il y a moins de 24 heures la Direction de la Santé, «il n'y a pas lieu de paniquer» pour l'heure, pose l'Aleba. Mais face aux demandes répétées de ses délégués du secteur financier, elle leur demande de «mettre les employeurs face à leurs responsabilités» vu la situation qui devient «préoccupante». 

Comment? En diffusant des processus d'hygiène clairs et en mettant à la disposition des salariés des masques et du gel désinfectant «pour limiter la propagation de la maladie». Autre solution qui «ne nuit ni au salarié, ni à l'employeur: la possibilité de télétravailler».

Contactés par nos soins, ni l'OGBL, ni le LCGB n'ont donné leur position sur la question d'éventuelle quarantaine à charge du salarié.


Sur le même sujet