Changer d'édition

Une protection offerte à chaque écolier
Luxembourg 3 min. 24.04.2020 Cet article est archivé

Une protection offerte à chaque écolier

Jugé difficile à faire supporter aux écoliers, le masque est délaissé au profit du tour de cou ajustable.

Une protection offerte à chaque écolier

Jugé difficile à faire supporter aux écoliers, le masque est délaissé au profit du tour de cou ajustable.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 3 min. 24.04.2020 Cet article est archivé

Une protection offerte à chaque écolier

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Chaque jeune effectuant sa rentrée le 25 mai disposera d'un tour de cou lui permettant de se couvrir bouche et nez si besoin. C'est une des promesses du ministre de l'Education au président du Syvicol. Pas de quoi rassurer le représentant des 102 communes du pays.

Pas de masques pour les petits écoliers. Claude Meisch, ministre de l'Education l'a annoncé ce vendredi. En guise de protection, garçons et filles invités à retourner en classe de fondamental d'ici un mois recevront un foulard tour de cou. «Plus facile à supporter et à manipuler pour des enfants», a assuré celui dont les épaules supportent le poids de cette reprise des cours alors que le covid-19 sévit encore. L'annonce a été faite au président du Syvicol, Emile Eicher (CSV) qui y souscrit bien volontiers.

Pour le représentant des 102 communes luxembourgeoises, les deux heures de réunion de ce 24 avril ont au moins servi à éclaircir ce point. Après libre aux bourgmestres ou aux familles d'équiper autrement garçons et filles qui reprendront le chemin des cours. Mamer, par exemple, a déjà fait savoir qu'elle proposerait un masque par jour de classe à chaque enfant. «Voilà qui peut apporter une solution à une tranche d'âge, mais le ministre n'a pour l'instant rien à proposer de satisfaisant pour ce qui est des protections à procurer aux bambins qui seront accueillis dans nos crèches», relativise le président du syndicat intercommunal.


Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask
Qui veut vraiment de la rentrée des classes?
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.

Il évoquera cette avancée, lundi, non seulement avec ses collègues élus de l'ensemble du territoire mais aussi des représentants des syndicats enseignants.

Car la rentrée, qui effraie nombre de Luxembourgeois encore, est loin d'être actée. Une avancée: Claude Meisch a assuré que les écoles (à la charge des villes et villages) n'auraient pas à proposer d'accueil des enfants avant 8 heures, chaque matin. Autre information : les cours n'auront lieu que par demi-classe, et sur la seule matinée (de 8h à 13h). «Cela demande de réorganiser tout le transport scolaire, mais c'est plus clair ainsi», positive Emile Eicher.


Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort
Claude Meisch veut rassurer les parents d'élèves
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).

Un président du Syvicol plus inquiet pour ce qui est de la nécessité de trouver suffisamment de salles de classe libres pour accepter des cours en demi-effectif, chacun avec son espace de travail afin de limiter le nombre d'élèves accueillis en un même point, et limiter donc les risques de contagion. «Dans certains endroits, on sait que ce sera impossible d'avoir un agrément. Les espaces qui sont encore éventuellement disponibles n'étant pas faits pour accueillir un enseignant et ses élèves.»

Mardi prochain, le ministre de l'Education retrouvera son interlocuteur. Mais Emile Eicher ne cache pas ses doutes d'une rentrée compromise aux dates souhaitées. Il faut aussi régler les questions d'hygiène, avoir la certitude de disposer d'un nombre d'enseignants suffisant, de mettre en place un suivi pédagogique pour les écoliers malades, fragiles ou vivant dans un environnement vulnérable face au virus, ou savoir comment agir en maisons relais, etc.

«Du presque impossible à résoudre», résume la voix des 102 communes du pays. Mais Claude Meisch, mathématicien de formation, ne recule pas devant l'équation. Alors, patience.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le retour annoncé des élèves de dernière année de secondaire le 4 mai prochain ne plaît pas à l'UNEL et au SEW/OGBL qui demandent vendredi la mise en place d'une dispense de présence physique jusqu'à la fin de l'année. Tout en demandant la possibilité de rencontrer les enseignants.
Lokales, Escher Lyzeum, Lycée de garçons, Examen, Abi Abschluss Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Depuis deux semaines, la Ligue luxembourgeoise d’hygiène mentale se propose d'apporter des explications aux interrogations les plus courantes des résidents face au covid-19. Une plateforme internet est désormais disponible en trois langues.
Ill woman using mobile phone at home.
Alors que les premiers élèves doivent retourner dans leur établissement scolaire dans une dizaine de jours, de nombreux citoyens se sont mobilisés pour retarder ce début de retour à la normale. Des demandes adressées à la commission des Pétitions, qui s'est tenue ce mercredi.
Colin, 10 years old, whose school was closed following the Coronavirus outbreak, does school exercises at home in Washington on March 20, 2020. - As millions of families hunker down amid the coronavirus crisis, the sudden reality of schooling from home risks widening the education gap between those with the means and support to keep up with lessons, and those who risk falling behind. (Photo by Eric BARADAT / AFP)
D'ici lundi, les 102 communes débuteront la distribution des masques à l'ensemble des habitants du Luxembourg. Mais avant d'arriver, les personnels du CGDIS ont reçu pour mission d'assurer le dispatching de ces précieuses protections.
Le ministre de l'Education nationale a livré, ce jeudi, les premiers détails de la réouverture annoncée des établissements d'enseignement. Elle se fera par étapes entre le 4 et le 25 mai et les élèves iront en classe une semaine sur deux en portant obligatoirement un masque dans l'enceinte de l'école.
Remise en route des chantiers dès lundi, retour à l’école tout au long du mois de mai et fin de l’interdiction des rassemblements au mois de juillet, voici la chronologie des événements qui vous attendent.