Changer d'édition

Une prime aux soignants ne suffit pas
Luxembourg 2 min. 20.04.2020

Une prime aux soignants ne suffit pas

Selon l'OGBL, la reconnaissance actuelle du personnel de santé et de soins est justifiée, mais elle ne change rien aux conditions de travail

Une prime aux soignants ne suffit pas

Selon l'OGBL, la reconnaissance actuelle du personnel de santé et de soins est justifiée, mais elle ne change rien aux conditions de travail
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 20.04.2020

Une prime aux soignants ne suffit pas

Afin de tirer les bonnes leçons de la crise, il faut écouter les salariés du secteur de la santé estime l'OGBL ce lundi. Le syndicat salue l'idée d'une aide financière, mais souligne que le plus important est de fournir de bonnes conditions de travail dans un secteur au rôle vital pour la société.

(ota) - Une prime c'est bien. De bonnes conditions de travail, c'est encore mieux. Tel est en résumé le principal message délivré par l'OGBL, ce lundi, au cours d'une conférence de presse virtuelle. Pitt Bach, le secrétaire central du syndicat Santé, Services sociaux et éducatifs, a estimé qu'«il faut écouter les gens du secteur qui sont en première ligne dans la crise sanitaire, et surtout pas se rabattre sur des sociétés privées externes si nous voulons tirer les bonnes leçons de cette période difficile».  

Cet argumentaire fait écho aux voix qui s'élèvent pour le versement d'une prime à ceux qui travaillent dans le domaine de la santé, notamment au travers d'une pétition publique déposée à la Chambre. Pour Pitt Bach, «tous ceux qui permettent de faire fonctionner le système la méritent, des femmes de ménage, aux administratifs jusqu'au personnel de santé». Selon le secrétaire central, l'accent ne doit pourtant pas être mis sur cette gratification. «Car nous n'avons pas besoin d'un pansement, mais bien d'une réforme de fond en comble. Un pourboire ne nous permettra pas d'acheter de meilleures conditions de travail.» 


Politik, Ankündigungen von Bettel bezüglich Corona, Covid-19, Chambre, Cercle cité, Foto: Lex Kleren/ Luxemburger Wort
«La crise est loin d'être terminée»
Pour sa première séance plénière au sein du cercle municipal vendredi, les parlementaires ont débattu de la stratégie de sortie de crise que leur a présentée le Premier ministre. Lequel en a profité pour glisser l'annonce d’une nouvelle aide pour les entreprises.

La situation actuelle illustrerait parfaitement «le manque criant de personnel», estime Pitt Bach. Faire appel aux préretraités ou aux étudiants en temps de crise via la création d'une réserve sanitaire, en est la preuve la plus flagrante. En temps normal, nous fonctionnons avec le minimum absolu, rappelle le syndicaliste. De plus, avec le poids administratif toujours plus grand, les tâches essentielles auprès du patient qui sont difficiles à quantifier mais qui sont pourtant essentielles sont dépréciées.  


CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
Etudiants hier, en renfort aujourd'hui
Les étudiants du Lycée technique des professions de santé (LTPS) sont mobilisés pour donner un coup de main dans la lutte contre le covid-19. Tous ceux qui suivent une spécialisation sont d'ores et déjà sur le terrain pour un stage pour le moins inédit.

Pour pallier ce manque de personnel, le syndicat demande la révision des mécanismes des dotations et notamment la manière dont ils sont calculés. «Dans le secteur hospitalier, il n'y pas de standard en matière de répartition de personnel», souligne d'ailleurs Pitt Bach. Il demande ainsi, «non pas un minimum, mais une répartition de manière juste qui permette d'assurer des soins de qualité». Cette dotation standard pourrait, par exemple, être liée au nombre de lits d'une part, et aux personnels qualifiés nécessaires par service d'autre part. 

Selon l'OGBL, le volet éducatif est un autre facteur essentiel pour répondre au manque de personnel. Il faut rendre le secteur attractif, rappelle Pitt Bach. L'accès doit être simplifié et adapté aux standards internationaux de bachelors et masters. Là encore, les conditions de travail semblent primordiales, «lors d'un stage, l'étudiant ne doit pas être démotivé par une situation problématique sur le terrain», prévient-il. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A chaque pays sa façon d'alléger le confinement
Si, lundi, le secteur de la construction est autorisé à reprendre le travail au Grand-Duché, chaque Etat adopte d'autres règles, d'autres modes et d'autres dates pour envisager un retour à la normale.
TOPSHOT - People walk past a mask and eyes stapled to a tree in Melbourne on April 20, 2020, as the southern Australian state of Victoria recorded just one new case of coranavirus overnight. - Vicotria has recorded 1,329 confirmed cases with 15 deaths. (Photo by William WEST / AFP)
A reprise des chantiers, protection renforcée
Si, dès le 20 avril, le secteur de la construction redémarre au Luxembourg, le ministre du Travail a redit combien il comptait sur les chefs d'entreprise et les salariés pour que la sécurité sanitaire soit privilégiée.
Employees wearing face masks work at a construction site of a bridge in Wuhan in China's central Hubei province on March 24, 2020. - China announced on March 24 that a lockdown would be lifted on more than 50 million people in central Hubei province where the coronavirus first emerged late last year. (Photo by STR / AFP) / China OUT
La réserve sanitaire se constitue au pas de course
Infirmiers, médecins spécialistes mais aussi agents administratifs. Tous les professionnels disponibles et tous les volontaires prêts à soutenir le secteur de la santé et des soins doivent se manifester rapidement sur la plateforme govjobs.lu