Changer d'édition

La politique climatique passe entre les gouttes
Luxembourg 3 min. 12.11.2021 Cet article est archivé
Classement mondial

La politique climatique passe entre les gouttes

A plusieurs reprises ces dernières années, les jeunes Luxembourgeois ont rappelé la nécessité d'agir contre le réchauffement de la planète.
Classement mondial

La politique climatique passe entre les gouttes

A plusieurs reprises ces dernières années, les jeunes Luxembourgeois ont rappelé la nécessité d'agir contre le réchauffement de la planète.
Photo Archives : Guy Wolff
Luxembourg 3 min. 12.11.2021 Cet article est archivé
Classement mondial

La politique climatique passe entre les gouttes

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Grand-Duché pointe à 18ème place du dernier Climate Change Performance Index. A l'international, les efforts luxembourgeois en matière de lutte contre le réchauffement climatique sont salués.

Pas la peine de chercher le Grand-Duché sur les plus hautes marches du podium de l'indice Climate Change Performance Index (CCPI). D'ailleurs, aucun pays n’apparaît dans les trois premières places attribuées par ce classement. Ainsi en ont décidé le NewClimate Institute et les ONG Germanwatch et Climate Action qui établissent depuis 16 ans ce palmarès. Et la raison en est -tristement- simple : aucun Etat n'est suffisamment performant dans les catégories du CCPI pour justifier pareil rang. Et c'est ainsi que le Luxembourg se retrouve à la 18ème place, coincé entre la France et les Pays-Bas.


Ce que le Grand-Duché attend de la COP26
Si le Luxembourg a fixé sa feuille de route en matière de protection du climat, il entend aussi faire pression sur les partenaires rassemblés pour la 26e Conférence sur les changements climatiques qui vient de débuter, ce 1er novembre en Ecosse.

N'empêche, aux yeux de Carole Dieschbourg (Déi Gréng), il n'y a pas lieu de bouder son plaisir à l'heure de découvrir l'actualisation du classement. Le Luxembourg a gagné quatre places, se félicite ainsi la ministre de l'Environnement. Une représentante du gouvernement qui, actuellement, négocie l'accord final de la COP26 à Glasgow

Au total, l'indice a analysé quatre facteurs : consommation d'énergie, émissions de gaz à effet de serre (GES), recours aux énergies renouvelables et politique climatique. Et c'est dans ce dernier domaine, que d'une année à l'autre, le Grand-Duché a semble-t-il le mieux évolué au milieu des actions des 63 nations analysées en plus du bilan de l'Union européenne. Même si aux yeux de Greenpeace Luxembourg il reste beaucoup à faire, le ministère de l'Environnement préfère rappeler les initiatives vertes engagées ces dernières années. 

Un programme dans lequel on retrouve citées : l'adoption de la loi sur le climat en décembre 2020, la rédaction d'objectifs climatiques nationaux clairs, la fixation d'un niveau plus bas d'émissions de GES d'ici 2030 (de -40 à -55% par rapport à 2005) et la précision des objectifs GES par secteur d'activité : la ligne est maintenant tracée.

En comparaison, le Luxembourg pourra se trouver «bon élève» par rapport aux quatre derniers de ce classement mondial. Quatuor de fin dans lequel figurent Canada, Iran, Arabie saoudite et Kazakhstan qui restent bien trop dépendants des combustibles fossiles polluants pour espérer figurer plus avant. 


Le GIEC lance une «alerte rouge» pour l'humanité
Dans leur dernier rapport publié lundi, les experts climats de l'ONU estiment que le réchauffement de la planète devrait atteindre le seuil des +1,5°C autour de 2030, soit dix ans plus tôt que leurs dernières prévisions. Les catastrophes naturelles devraient se multiplier.

Cependant, il convient de regretter que pas plus que les trois pays les plus ''vertueux'' de la planète (dans l'ordre Danemark, Suède et Norvège), le Luxembourg n'obtient de résultats suffisants pour respecter les engagements de l'accord de Paris. Autrement dit, la globalité de ses actions ne suffit pas à permettre à maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 1,5°C ou même de 2°C.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour Greenpeace Luxembourg, le gouvernement s'est engagé sur des objectifs ambitieux pour la protection de l'environnement. Mais l'ONG encourage Bettel et ses ministres à veiller à ce que chacun dans la société tienne les engagements pris, y compris l'Etat.
Le site sidérurgique de Differdange dispose du premier parc solaire flottant du Luxembourg. Soit 6.777 panneaux assurant l'équivalent électrique des besoins de 3.200 habitants.
A partir de 10h, ce vendredi, un cortège de manifestants s'élancera dans les rues de Luxembourg-Ville pour tenter de faire entendre leur voix en faveur de la défense de l'environnement. Explications des enjeux avec l'une des porte-paroles de Youth for climate Luxembourg.
A climate activists has "Act Now" written on her face as she joins student and youth activists outside the Houses of Parliament in London on May 24, 2019 to demand action to tackle climate change. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Le Luxembourg sera en mesure d'atteindre les 11% d'énergies renouvelables dans sa consommation en 2020. Le ministre Claude Turmes l'affirme au vu du développement de l'éolien et du photovoltaïque sur le pays.