Changer d'édition

Une piste de plus pour les apprentis motards
Luxembourg 2 min. 19.08.2020 Cet article est archivé

Une piste de plus pour les apprentis motards

C'est juste derrière la station de contrôle technique à Esch-sur-Alzette qu'est prévu le troisième terrain d'entraînement et d'examen pour motocyclistes.

Une piste de plus pour les apprentis motards

C'est juste derrière la station de contrôle technique à Esch-sur-Alzette qu'est prévu le troisième terrain d'entraînement et d'examen pour motocyclistes.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 19.08.2020 Cet article est archivé

Une piste de plus pour les apprentis motards

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Deux terrains d'entraînement et d'examen à disposition des motocyclistes existent actuellement au Grand-Duché, l'un à Ingeldorf (Diekirch), l'autre au Findel. La SNCA ambitionne la réalisation d'un troisième, qui serait situé à Esch-sur-Alzette. De quoi combler un vide géographique.

Avec Esch-sur-Alzette, Differdange, Dudelange, Pétange et Sanem, le sud du Grand-Duché compte cinq des six communes parmi les plus peuplées du pays. Or actuellement, les apprentis motocyclistes désireux de passer leur permis ne peuvent le faire qu'au Findel et à Ingeldorf, près de Diekirch. Cherchez l'erreur!

A ces deux infrastructures existantes, la Société nationale de circulation automobile (SNCA) entend adjoindre d'ici peu une troisième piste. Celle-ci serait située juste derrière la station de contrôle technique à Esch-sur-Alzette. Aux dires de François Bausch (Déi Gréng) dans une réponse parlementaire, ce site est celui qui «présente le meilleur potentiel».


Lokales, Illustration, Verkehr, Mobilität, Stau, Rückspiegel, Motorradfahrer gut sichtbar, Motorrad überholt Spur in der Mitte  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'interfile reste bannie pour les motards
Contrairement à la Belgique et à la France, le Luxembourg n'autorise pas les motocyclistes à se faufiler entre les voitures dans les embouteillages. Selon François Bausch, ministre de la Mobilité, il n'y a pas lieu d'introduire cette pratique «pour des raisons de sécurité routière».

«Le projet est actuellement à l'étude, nous faisons des analyses au niveau des métrés pour voir si c'est réalisable», explique Manuel Ruggiu, directeur opérationnel de la SNCA. «S'il s’avère que le résultat n'est pas concluant, il faudra trouver une autre solution mais toujours dans le sud», ajoute le responsable. 

A contrario, si le terrain de 70-75 mètres de longueur sur une trentaine de largeur est aménageable, «nous pourrons alors entamer la saison 2021 à Esch», assure-t-on.

Cette troisième piste sera censée gommer la discrimination dont sont victimes les apprentis motards du sud du pays, obligés de se déplacer au moins jusqu'au Findel pour passer la partie «manœuvre» de leur permis deux-roues. «Elle répondrait à une demande des moto-écoles basées dans le sud» en vue d'une répartition géographique plus équitable. Avec, à l'arrivée, des gains de temps considérables et plus de facilités logistiques pour ces sociétés.

Pour Manuel Ruggiu, «il convient de distinguer permis moto et immatriculations»
Pour Manuel Ruggiu, «il convient de distinguer permis moto et immatriculations»
Photo: Pierre Matgé

Par contre, il n'est nullement question de congestion sur les terrains d'Ingeldorf et du Findel. «Avec une moyenne établie à grosso modo un millier de permis moto délivrés par an (soit neuf examens par jour sur chacun des deux terrains), la fréquentation à elle seule ne justifie pas la création d'un troisième site», précise Manuel Ruggiu. Ce n'est donc pas une question de capacité, dans la mesure où les deux spots existants restent en mesure d'absorber le flux.

23.554 immatriculations au 1er janvier

Ce chiffre de 1.000 permis moto délivrés chaque année peut paraître énorme «dans un pays où on croise nettement moins de motards que dans des villes comme Paris ou Bruxelles». Mais, ajoute le directeur opérationnel de la SNCA, «il convient de distinguer permis moto et immatriculations», car nombreux sont celles et ceux à disposer du précieux sésame sans pour autant s'en servir ou de manière très sporadique.

Au 1er janvier 2020, le parc luxembourgeois totalisait 23.554 motos immatriculées, compris les 125 cc (mais hors trois-roues et cyclomoteurs). Soit un engin pour 26 résidents environ. Un chiffre qui est en hausse constante année après année; 2018 marquant le franchissement du seuil des 20.000 unités. Un total qui reste néanmoins près de dix fois inférieur à celui des voitures particulières. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Contrairement à la Belgique et à la France, le Luxembourg n'autorise pas les motocyclistes à se faufiler entre les voitures dans les embouteillages. Selon François Bausch, ministre de la Mobilité, il n'y a pas lieu d'introduire cette pratique «pour des raisons de sécurité routière».
Lokales, Illustration, Verkehr, Mobilität, Stau, Rückspiegel, Motorradfahrer gut sichtbar, Motorrad überholt Spur in der Mitte  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le déconfinement a marqué la reprise de la circulation routière au grand dam de tous ceux qui avaient pris goût au calme. Avec les beaux jours, les motos sillonnent à nouveau le pays et la police veille à ce que les deux-roues ne crachent pas trop de décibels.
Biken macht Spass. Aber muss der Lärm sein?
Réservés depuis le 18 mars aux seuls déplacements essentiels, les trajets en deux-roues dans le cadre d'une activité de loisirs redeviennent autorisés, indique jeudi le ministère de la Mobilité. Une décision adoptée après une forte mobilisation.
Selon un rapport du Statec publié ce jeudi sur la période 2015-2018, les motards blessés ou décédés sont principalement des hommes de 45 à 54 ans et résidents au Luxembourg.
La majorité des accidents de moto a lieu au mois de juillet, les vendredis et en plein jour.
Les autorités du pays lancent une campagne de sensibilisation jusqu'au 15 mai prochain contre l'insécurité routière des motocyclistes, afin de réduire le nombre des deux-roues victimes de la route.
Le gouvernement lance un plan d'action en 13 mesures pour mieux sécuriser les deux-roues sur route.
Depuis l'année dernière, six voitures électriques font partie de la flotte de la police luxembourgeoise. Mais les véhicules à deux roues intéressent également les autorités luxembourgeoises. Qui s'inspirent d'un modèle allemand.