Changer d'édition

Une nouvelle stratégie de mobilité dévoilée en 2022
Luxembourg 2 3 min. 27.02.2020

Une nouvelle stratégie de mobilité dévoilée en 2022

Luxembourg 2 3 min. 27.02.2020

Une nouvelle stratégie de mobilité dévoilée en 2022

Maurice FICK
Maurice FICK
Finalement les transports deviendront gratuits dans tout le pays dès ce samedi 29 février. En présentant l'événement- comparé au premier pas fait sur la lune - à la presse internationale, François Bausch a attesté que le MODU 3.0 est déjà dans les cartons du gouvernement.

Une conférence de presse de tous les superlatifs, savamment orchestrée par le ministère de la Mobilité au Neien Tramsschap a rappelé à la presse internationale ce vendredi que «le Luxembourg est le premier pays au monde où les transports publics seront gratuits !» a lancé François Bausch (Déi Gréng). Et comme au Luxembourg «les gens préfèrent sortir le samedi pour la fête» et que les années bissextiles sont rares, «la mesure n'entrera pas en vigueur le 1er mars comme annoncé jusqu'ici mais dès ce samedi 29 février», a glissé le ministre des Transports.

Sur le site internet dédié qui compte à rebours les heures restantes, l'événement est comparé au premier pas sur la lune, à la découverte de la gravité et à l'arrivée d'internet. Rien que ça ! Reste à voir si l'effet d'annonce soignant le «nation branding» portera de la même manière qu'en janvier 2019

Screenshot site mobilitigratuite.lu

La grande fête de la #freemobility démarre samedi à midi avec des concerts donnés à la gare centrale et dans les gares de Belval-Université, Pfaffenthal-Kirchberg et Ettelbruck. Les artistes prendront les transports en commun pour une grande soirée festive au Centre de remisage et de maintenance au Kirchberg. De nombreux artistes se produiront dans les immenses halls de remisage et de maintenance des trams entre 18 heures et minuit. Là aussi l'entrée est gratuite. La Ville de Luxembourg célébrera la gratuité de façon plus familiale dimanche en plein centre entre 11 heures et 16 heures

Un plan d'investissement jusqu'en 2035

Présentant le Luxembourg comme «laboratoire de la mobilité» qui est, de loin, le pays européen investissant le plus dans le rail (600 euros par habitant par an contre 378 euros pour le 2e, la Suisse), François Bausch prévoit que «les besoins de mobilité augmenteront de 20% d'ici 2025».   

A cette date, voire 2027, toutes les infrastructures incluses dans le concept général de la Mobilité durable MODU 2.0 seront réalisées mais le gouvernement compte bien ne pas s'arrêter en si bon chemin. C'est que le Luxembourg a maintenant un rang d'avant-garde à tenir. «Nous présenterons à mi-législature, c'est-à-dire en 2022, un nouveau plan complet d'investissement, incluant tous les modes de transport, et qui ira jusqu'en 2035», assure le ministre de la Mobilité.  

Fin 2023 seront achevés les 16,4 km de la ligne de tram actuellement en construction et qui permettra de relier l'aéroport du Findel à la Cloche d'Or. Mais des bureaux étrangers ont déjà été mandatés pour plancher sur les extensions futures de l'unique ligne de tram en direction du CHL, d'Esch-Belval ou d'une antenne au Kirchberg où des milliers d'habitants s'installeront dans le futur. Près de 2,5 millions d'euros ont déjà été prévus dans le budget de l'Etat cette année.

Présentation du réseau du tram à l'horizon 2035, selon le Modu 2.0.
Présentation du réseau du tram à l'horizon 2035, selon le Modu 2.0.
Crédit: ministère de la Mobilité et des Travaux publics

Parlons un peu du porte-monnaie justement. François Bausch rappelle que la gratuité coûte, par le manque à gagner des recettes de billets, 41 millions d'euros à l'Etat par an. Ils rentreront désormais dans les caisses «par les impôts». Durant dix ans (de 2008 à 2017), l'effort des contribuables a permis à l'Etat d'investir 2.162 millions d'euros dans le rail et les trains. Le prix de la stratégie ferroviaire est nettement plus salé pour les dix années suivantes (2018 à 2027): 3.907 millions d'euros.

La Ville de Luxembourg a aussi décidé de faire l'effort en rendant ses bus gratuits à partir de samedi.



Sur le même sujet

Le transport gratuit, formidable «produit d'appel»
L'annonce de la gratuité des transports publics, qui deviendra réalité ce 1er mars, a provoqué un battage médiatique sans précédent. Elle a, en réalité, permis de faire la promotion de la stratégie de mobilité du gouvernement et de l'image du pays à l'échelle du globe.
Lokales,Tram, Limpertsberg-Kirchberg. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Gratuité des transports, mode d'emploi
Dès le 1er mars, bus, trains et trams seront gratuits au Luxembourg. Une première mondiale qui ne va pas sans soulever plusieurs interrogations chez les usagers. Voici un tour d'horizon des tenants et aboutissants de cette mesure qui ne concerne pas les liaisons transfrontalières.
L'achat d'un ticket de transport: un geste que les usagers des CFL n'auront plus besoin d'accomplir dès le 1er mars pour les trajets intérieurs, à l'exception des voyages en première classe
Le ticket transfrontalier (bien) moins coûteux
Les tarifs transfrontaliers des bus et trains seront revus à la baisse au 1er mars 2020. Conséquence directe de la gratuité des transports au Grand-Duché, annonce le Verkéiersverbond, lundi. Si l'attractivité des transports en commun grimpe, elle fait craindre une saturation.
Une foule sur les quais où passent les trains transfrontaliers n'est pas une rareté, mais elle pourrait se multiplier en cas d'afflux de nouveaux voyageurs.
«A Luxembourg-Ville, les bus seront aussi gratuits»
«Oui, les bus de la Ville de Luxembourg seront aussi gratuits pour les usagers à compter du 1er mars 2020», assure Patrick Goldschmidt, échevin en charge de la circulation et des Autobus de la Ville de Luxembourg. Avant de glisser qu' «il n'y a pas eu de contacts avec le ministre» à ce sujet.
Des tarifs préférentiels ont déjà cours dans les Autobus de Luxembourg-Ville: les seniors paient par exemple leur abonnement annuel 100 euros pour autant de voyages qu'ils souhaitent.
Tram de Luxembourg: tous les détails
Le premier tronçon du tram de Luxembourg devrait être opérationnel au second semestre 2017. Ce mercredi, le ministre des Infrastructures, François Bausch a présenté tous les détails du projet, qui promet d'être ambitieux.