Changer d'édition

Une nouvelle directrice pour le Centre de recherche spatiale
Luxembourg 2 min. 31.01.2022 Cet article est archivé
Changement pour l'ESRIC

Une nouvelle directrice pour le Centre de recherche spatiale

La chimiste Kathryn Hadler prend la direction du European Space Resources Innovation Centre.
Changement pour l'ESRIC

Une nouvelle directrice pour le Centre de recherche spatiale

La chimiste Kathryn Hadler prend la direction du European Space Resources Innovation Centre.
Photo: Imperial College London
Luxembourg 2 min. 31.01.2022 Cet article est archivé
Changement pour l'ESRIC

Une nouvelle directrice pour le Centre de recherche spatiale

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La chimiste Kathryn Hadler dirigera à partir d'avril le European Space Resources Innovation Centre, dont le siège est au Luxembourg.

La chimiste Kathryn Hadler prendra la direction de l'European Space Resources Innovation Centre (ESRIC) à partir du 1er avril prochain. L'Agence spatiale luxembourgeoise (LSA) et le Fonds national de la recherche (FNR) l'ont annoncé lundi dans un communiqué de presse. «Kathryn Hadler rejoindra l'ESRIC pour diriger le développement futur du Centre, faire progresser les découvertes scientifiques et le développement technologique dans le domaine de l'utilisation des ressources in situ (ISRU) et affirmer la position de l'ESRIC et du Luxembourg dans le domaine des ressources spatiales», a expliqué la Luxembourg Space Agency (LSA) ce lundi. Jusqu'à présent, l'ESRIC était placé sous la direction de Mathias Link, directeur par intérim. 


Kleos étoffe son dispositif spatial
Alors qu'un lancement est prévu dans les prochains jours, la firme luxembourgeoise a d'ores et déjà signé un nouveau contrat avec son partenaire Isispace. Un troisième groupe de satellites sera donc envoyé dans l'espace.

Depuis sa création en 2020, le centre de recherche est situé au Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST). L'Agence spatiale européenne (ESA) est un partenaire stratégique et des partenaires industriels comme Airbus et Air Liquide font également partie de l'aventure. L'année dernière, un programme a été mis en place pour soutenir les jeunes start-up dans le domaine des ressources spatiales et les convaincre de s'installer au Luxembourg.

Bientôt 30 employés

L'ESRIC, qui emploie actuellement 12 personnes, devrait passer à 30 employés. Kathryn Hadler, une spécialiste du traitement des minéraux, était jusqu'à présent chargée de cours à l'Imperial College de Londres. Elle vient maintenant au Luxembourg dans le cadre du programme «PEARL Chair» du FNR. Le fonds de recherche a annoncé lui avoir accordé 3,7 millions d'euros sur cinq ans pour soutenir ses recherches. «Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère en ce qui concerne l’exploration spatiale humaine et robotique au-delà des orbites terrestres basses», explique Kathryn Hadler. 


Telekommunikation
L'armée reprend les commandes de LUXEOSys
Le satellite d'observation luxembourgeois n'a pas encore décollé qu'il fait déjà (beaucoup) parler de lui. Après les interrogations sur son coût, voilà que sa gestion vient de changer de mains.

«Pour que les hommes puissent voyager plus loin et rester plus longtemps dans l'espace, il faut développer des systèmes permettant la vie humaine et le ravitaillement des engins spatiaux en utilisant des ressources trouvées localement. C’est pour ces raisons que l'ISRU est désormais un élément clé de la stratégie des agences spatiales dans le cadre de l'exploration spatiale. En tant que nouveau système d'utilisation des ressources, il est essentiel que l'ISRU soit exemplaire en termes de pratiques dans l'extraction des ressources, basée sur les concepts d'optimisation des processus de bout en bout, de circularité des matériaux, de zéro déchet et de restauration des environnements vierges.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Non, il n'est pas prévu que le Grand-Duché envoie un spationaute à bord de la station spatiale internationale. Par contre, des étudiants luxembourgeois auront la chance de voir leur expérience être menée 400 km au-dessus de leur tête. Il faut juste qu'elle tienne dans une boite...
Backdropped by Earth's horizon and the blackness of space, a portion of the International Space Station is featured in this image provided by NASA and photographed by a crew member on the International Space Station while space shuttle Endeavour remains docked with the station Monday Feb. 15, 2010. (AP Photo/NASA)
Avant d'expédier deux astronautes sur l'unique satellite naturel de la Terre, la NASA y enverra en 2023 un robot en mission de reconnaissance. Et c'est à Luxembourg que l'équipe d'Ispace conçoit ce rover aussi léger qu'intelligent.
Annoncée en novembre 2019, la création d'un «centre d'innovation européen pour les ressources spatiales» se concrétisera d'ici la fin de l'année via la mise en place d'un nouveau département au sein du LIST. La nouvelle structure ambitionne de devenir «un pôle d'excellence en Europe».
C'est un signe fort envoyé à l'industrie spatiale européenne. L'accord signé mercredi entre l'Agence spatiale européenne et le Grand-Duché donne naissance au «Centre européen d'innovation pour les ressources spatiales» qui s'implantera au Luxembourg.
Les agences spatiales américaine et allemande viennent de signer un accord de coopération avec leur homologue luxembourgeois. L'échange d'informations entre les deux structures pourrait bénéficier au projet de retour de l'homme sur la lune.
A Washington, l'Agence spatiale luxembourgeoise vient de signer deux accords de coopération majeurs.