Changer d'édition

Une ligne de fracture se dessine autour du vote des étrangers
Luxembourg 2 min. 06.05.2015 Cet article est archivé
Enquête d'opinion PolitMonitor

Une ligne de fracture se dessine autour du vote des étrangers

Enquête d'opinion PolitMonitor

Une ligne de fracture se dessine autour du vote des étrangers

Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 06.05.2015 Cet article est archivé
Enquête d'opinion PolitMonitor

Une ligne de fracture se dessine autour du vote des étrangers

A un mois du référendum, aucune des trois questions soumises aux électeurs n'emporterait l'adhésion, à en croire les résultats d'un nouveau sondage PolitMonitor Luxemburger Wort / RTL publié mercredi.

PAR DOMINIQUE NAUROY

A un mois du référendum, aucune des trois questions soumises aux électeurs n'emporterait l'adhésion, à en croire les résultats d'un nouveau sondage PolitMonitor Luxemburger Wort / RTL publié mercredi.

Qu'il s'agisse du droit de vote conféré aux étrangers sous condition, du droit de vote à partir de seize ans ou de la limitation des mandats ministériels à dix ans, aucune proposition n'atteint la barre des 50%. 

Lors du précédent sondage, réalisé par TNS Ilres, seule la dernière question –la limitation des mandats – rassemblait une majorité potentielle. Ce n'est plus le cas et ce n'est pas la seule chute car la mesure en faveur du vote des étrangers aux législatives (qui concernerait quelque 35.000 résidents étrangers sur les 248.900 résidents étrangers comptabilisés en 2014) perd, également, quatre points auprès des résidents luxembourgeois qui s'étaient précédemment exprimés en sa faveur.

Il reste, cependant, un lot d'inconnues. Sur les trois questions (vote des étrangers, vote des jeunes, limitation des mandats), il existe à l'heure actuelle respectivement 7, 4 et 10% d'indécis. De quoi renverser éventuellement la vapeur pour la troisième question.

Quant à la seconde, le vote des étrangers, on peut s'interroger sur l'impact des récentes prises de position en sa faveur, qu'elles émanent de la scène culturelle luxembourgeoise, de l'archevêque ou du Premier ministre, intervenues les 27, 30 avril et 5 mai. Le sondage, lui, a été réalisé du 23 avril au 3 mai.

Nonobstant, une majorité écrasante de sondés estime que rien ne pourra lui faire changer d'avis d'ici la tenue du référendum.

TNS Ilres s'est enfin intéressé au regard que portent les sondés, Luxembourgeois ou étrangers, sur la signification des résultats liés à la question du droit de vote des étrangers.

Il en ressort que parmi les étrangers en faveur de ce droit (ils sont 78%), près des deux tiers (63%) jugeraient grave que le non l'emporte. Les Luxembourgeois en faveur de ce droit (40%) sont eux-mêmes une majorité (52%) à trouver grave que le non puisse l'emporter.

Mais, à l'inverse, les Luxembourgeois opposés à ce droit sont encore plus nombreux (59%) à trouver grave que ce droit puisse être établi. De quoi, dans tous les cas, dessiner une ligne de fracture dans un pays où, au soir du 7 juin, il est probable que d'autres solutions devront être apportées pour combler le déficit démocratique actuel.

Le sondage a été mené auprès de 1.179 personnes, dont 841 électeurs, de dix-huit ans et plus.


Sur le même sujet

Les réactions se multiplient sur Twitter, en majorité pour dénoncer le résultat du vote. Beaucoup de twittos auraient aimé voir le pays un peu plus ouvert, notamment sur la question du droit de vote aux étrangers.
People holding mobile phones are silhouetted against a backdrop projected with the Twitter logo in this illustration picture taken in  Warsaw September 27, 2013. Twitter Inc, the eight-year-old online messaging service, gave potential investors their first glance at its financials on Thursday when it publicly filed its IPO documents, setting the stage for one of the most-anticipated debuts in over a year. Picture taken September 27.  REUTERS/Kacper Pempel (POLAND - Tags: BUSINESS TELECOMS LOGO)
Le Luxembourg et ses résidents étrangers : la question du droit de vote à accorder à ces derniers dans le cadre des législatives est celle qui divise le plus le pays. Déficit démocratique, droit de vote, devoir électoral et tensions entre étrangers et Luxembourgeois au prisme des résultats dévoilés par une enquête d'opinion courant mai.
A quelques jours du scrutin
Dimanche, les Luxembourgeois vont aller aux urnes et répondre à trois questions dont une concerne le droit de vote des étrangers. Quelles sont les tendances et les positions des partis politiques? Voici le point sur le référendum du 7 juin.
La campagne officielle du référendum débute officiellement ce lundi. Le 7 juin, les Luxembourgeois – et uniquement les Luxembourgeois – sont appelés à se prononcer par oui ou par non sur trois questions précises.
23.2.2015 Luxembourg, Gasperich, Référendum, Ausländerwahlrecht ,Wahlen ,Politik  photo Anouk Antony
L'idée d'un droit de vote accordé aux étrangers pour les législatives n'emporte pas l'adhésion d'une majorité d'électeurs. Les réponses des sondés données dans le cadre de l'enquête TNS ILRES pour le Luxemburger Wort et RTL expliquent cette réticence.
Enquête d'opinion PolitMonitor
C'est une fracture qui se dessine au fur et à mesure des enquêtes d'opinion réalisées depuis novembre sur les trois questions du référendum à venir : si une nette majorité des résidents se prononce en faveur du vote des étrangers aux législatives, cette proposition ne séduit qu'une minorité des électeurs, ceux-là mêmes qui s'exprimeront le 7 juin.