Changer d'édition

«Une licence innovante en sciences infirmières»
Luxembourg 4 min. 25.08.2020 Cet article est archivé

«Une licence innovante en sciences infirmières»

Le covid-19 a démontré l'importance d'avoir suffisamment de personnel infirmier formé au Luxembourg et vivant également au pays.

«Une licence innovante en sciences infirmières»

Le covid-19 a démontré l'importance d'avoir suffisamment de personnel infirmier formé au Luxembourg et vivant également au pays.
Photo: Shuterstock
Luxembourg 4 min. 25.08.2020 Cet article est archivé

«Une licence innovante en sciences infirmières»

La crise sanitaire a placé le personnel soignant au centre de la lutte contre le covid-19. Anne-Marie Hanff, la présidente de l’Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL), monte à nouveau au créneau pour une réforme en urgence des modalités de formation de la profession.

Plus que jamais, la pandémie a mis l'accent sur la dépendance du pays à l'égard du personnel soignant frontalier. En effet, les soignantes venues de la Grande Région représentent deux tiers des 6.000 infirmières qui travaillent dans le pays. Une situation qui n'a pas manqué d'alerter le gouvernement, mais, à ce jour, il n'a formulé que des propositions. Notamment, la création d'une école spécialisée financée par la France et le Grand-Duché. 

Pour accélérer le processus, Anne-Marie Hanff, la présidente de l'Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL), reprend son bâton de pèlerin et exige la mise en œuvre d'«une formation de qualité». «Le domaine des soins doit devenir une priorité du gouvernement», insiste-t-elle.

Anne-Marie Hanff, dans la situation actuelle quelle est votre plus grande préoccupation?

Anne-Marie Hanff - «Le covid-19 a démontré l'importance d'avoir suffisamment de personnel infirmier formé au Luxembourg et vivant également ici pour être disponible en cas de crise. La pénurie de soignants a été exacerbée par la pandémie: les besoins en personnel ont augmenté, par exemple parce que la prise en charge de ces patients à domicile et à l'hôpital est plus intensive ou en raison de la multiplication des tests covid. 

Mais afin de pallier la pénurie de personnel, il ne faut cependant pas en déduire que les exigences doivent être revues à la baisse comme ce fut le cas dans l'Education nationale où toute personne titulaire d'un baccalauréat peut actuellement être admise comme enseignant. Ou comme à l'étranger, où il a été dit que les salariés qui ont perdu leur emploi peuvent passer du commerce de détail aux soins.»

Quelle réponse apportez-vous à ce problème?

A.-M. H: «Une bonne formation à elle seule ne suffit pas si les soignants ne sont toujours pas reconnus comme des professionnels qui pensent de manière indépendante et comme des experts en soins. Nous exigeons que les soins et l'avenir du secteur deviennent une priorité du gouvernement. 

Qu'un plan d'action contraignant soit élaboré par les six ministères en charge des soins: les services de la Santé, de la Sécurité sociale, de la Famille, du Travail, de l'Education nationale et de l'enseignement supérieur doivent se fixer des objectifs clairement définis et mesurables en coopération avec les acteurs du secteur et traiter essentiellement la question de la qualité dans laquelle les patients et les personnes nécessitant des soins devraient être pris en charge à l'avenir.

Nous nous rendons compte que nous ne pouvons pas faire correctement notre travail et nous rentrons chez nous avec la peur d'avoir oublié quelque chose d'important. Cette situation a été exacerbée par la pandémie, par exemple notamment dans les maisons de retraite médicalisées.

Anne-Marie Hanff a fait ses Bachelor et Master en sciences infirmières à l'Université de Witten/Herdecke et est actuellement inscrite en doctorat à Uni.lu.
Anne-Marie Hanff a fait ses Bachelor et Master en sciences infirmières à l'Université de Witten/Herdecke et est actuellement inscrite en doctorat à Uni.lu.
Photo: ANIL

Quel cursus préconisez-vous?

A.-M. H:  «Nous faisons campagne pour obtenir un baccalauréat en sciences infirmières depuis longtemps, depuis 25 ans. Il faut savoir que cette formation s'effectue sur deux années avant le baccalauréat, puis, après l'obtention du bac, se poursuit encore en BTS (Brevet de technicien supérieur) sur deux ans.

Cependant, le problème est que pendant les deux premières années les étudiants doivent terminer en même temps leur formation d'infirmier de base et le programme normal du secondaire. Le bac en poche, certains étudiants abandonnent la filière. Autre problème, le Lycée technique pour profession de santé (LTPR) manque de personnel enseignant.

Par ailleurs, les étudiants qui ont terminé leur BTS et qui souhaitent faire un baccalauréat à l'étranger ne sont pas reconnus pour les deux dernières années d'études supérieures au LTPS. C'est du pur bricolage: le LTPS, qui n'est pas une université, délivre un diplôme universitaire qui n'est pas conforme au processus de Bologne (rapprochement des systèmes d'études supérieures européens). A la suite du bac normal, nous préconisons donc une licence innovante en sciences infirmières, reconnue internationalement et pouvant être suivie d'un master.»

L'intégralité de l'interview est à retrouver en allemand dans l'édition du Luxemburger Wort de ce mardi

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cellule de crise réactivée, nombre de lits occupés surveillé de près et glissement vers une nouvelle phase dans l'organisation hospitalière. Face à la hausse attendue de nouveaux patients covid-19, les principaux acteurs s'organisent et cherchent à se renforcer avec une «cinquantaine de personnes».
Lokales, Corona-Virus Covid19,  Covid-Intensivstation CHDN Ettelbrück, ( schriftliches Einverständnis des Patienten zum publizieren des Bildes ) Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
L'établissement franco-luxembourgeois dédié aux professions de santé ne sortira pas de terre à Esch, ou ailleurs, de sitôt. Le rapport attendu par le gouvernement a pris six mois de retard, révèle jeudi Claude Meisch, ministre de l'Education nationale.
LTPS-Projet de simulation, Ettelbruck. Foto:Gerry Huberty
Elle savait que le poste ne serait pas de tout repos, mais à ce point... Devenue ministre de la Santé en février, la socialiste a traversé la crise covid sans faiblir. Et c'est encore avec énergie qu'elle entend lutter contre la reprise de l'infection. Mais qu'ont révélé en elle ces cinq mois intenses?
online.fr, Paulette Lenert, lsap, Politik, Gesundheitsministerin,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Portées au rang d'héroïnes dans la gestion des malades du covid-19, les infirmières espèrent désormais l'écoute des gouvernants. Petite piqûre de rappel des revendications (effectif, formation, déroulement de carrière), avec Anne-Marie Hanff, présidente de l'ANIL.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Pour la Journée internationale des infirmières, une sage-femme et une infirmière témoignent de leur travail quotidien. Suivez une journée de sourires, soins et obligations administratives dans la vie de Tanja et Marie.
Une infirmière du Centre hospitalier de Luxembourg a développé des masques-sourires. Une jolie façon de renforcer la communication non verbale dans l'hôpital et donner aux patients un sentiment positif même pendant cette période délicate.
Lokales,Smiling masks/CHL Onkologie-ITV Laura Silva. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Si la pandémie semble marquer quelque peu le pas ces derniers jours, l'idée d'accroître les personnels de santé continue de faire son chemin. Pour cela, Xavier Bettel plaide pour la mise sur pied d'une école spécialisée financée par Paris et le Grand-Duché.
visite aménagements Covid-19 au CHEM - Xavier  Bettel - Paulette Lenert - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les centres de soins avancés (CSA) ont été l'une des réponses du gouvernement pour remplacer les maisons médicales face à l'augmentation exponentielle du nombre de patients. Jeudi, le Luxemburger Wort a visité le CSA d'Ettelbruck. Reportage.
Les personnels de santé d'origine frontalière ont été invités, lundi, à s'installer au Grand-Duché pour être au plus près de leur lieu de travail. Hôteliers et particuliers ont joué le jeu en signalant leurs disponibilités au ministère des Classes moyennes.