Changer d'édition

Une journée pour rassembler et fédérer les profs de français
Luxembourg 5 min. 24.11.2022
Enseignement

Une journée pour rassembler et fédérer les profs de français

Selon l'Institut français du Luxembourg, cette journée suscite un vif enthousiasme de la part des professeurs.
Enseignement

Une journée pour rassembler et fédérer les profs de français

Selon l'Institut français du Luxembourg, cette journée suscite un vif enthousiasme de la part des professeurs.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 5 min. 24.11.2022
Enseignement

Une journée pour rassembler et fédérer les profs de français

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Près de 200 professeurs de français enseignant aux quatre coins du Luxembourg se rassemblent au lycée Robert-Schuman ce jeudi 24 novembre. L'objectif: se rencontrer et échanger sur le métier.

«L'humour en classe, est-ce bien sérieux?» Ce jeudi 24 novembre, il ne sera pas demandé aux professeurs de français du Luxembourg de répondre à cette question de but en blanc, mais plutôt d'y réfléchir de manière constructive au cours d'ateliers. Entre 150 et 200 des quelque 500 enseignants de la langue de Molière que compte le Grand-Duché ont rendez-vous au lycée Robert-Schuman dans le cadre de la Journée internationale du professeur de français.


Le Luxembourg, l'eldorado des profs français
Mal payés et peu considérés, ils sont nombreux à quitter chaque année l'Education nationale. En Lorraine, la perspective de rejoindre le Grand-Duché séduit plus d'un enseignant...

Si l'événement en est à sa quatrième édition, c'est la première fois que l'Institut français du Luxembourg en chapeaute l'organisation, en étroite collaboration avec le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, l’association des professeurs de français du Luxembourg et l’Université du Luxembourg. De quoi permettre à la manifestation de prendre un peu d'ampleur. «Il s'agit d'une journée qui est organisée dans de nombreux pays où le français est enseigné, qui permet de valoriser le travail, le métier et l'engagement des professeurs», explique Maxime Dafri, directeur de l'Institut français.

Durant ces quelques heures, les professeurs auront l'occasion de se rencontrer, et d'échanger ensemble sur des techniques et des outils pédagogiques. «L'idée est de fédérer les enseignants et de, pourquoi pas, arriver à développer des partenariats inter-établissements», poursuit le directeur.

Apprendre dans un esprit comique

Après une conférence d'ouverture animée par Jean-Marc Defays, professeur à l'Université de Liège, les professionnels participeront à un atelier au choix. Au programme: du théâtre, mais également une session d'écriture créative sont notamment proposées. «Grâce à ce type d'activités, on montre qu'il n'y a pas que le cours académique pour apprendre une langue. Le côté plaisir et ludique a toute sa place dans l'apprentissage, et il fonctionne», souligne Laëtitia Masson, directrice du service des cours à l'Institut français.

Pendant cette journée, les professeurs auront l'occasion de réfléchir sur leurs méthodes d'enseignement au travers d'ateliers.
Pendant cette journée, les professeurs auront l'occasion de réfléchir sur leurs méthodes d'enseignement au travers d'ateliers.
Photo: Laura Bannier

Si le thème de l'humour en classe est spécifique au Luxembourg, il s'inscrit dans un sujet plus global: celui du professeur de français comme «créateur d'avenir». «En partant de cette thématique commune à tous les pays, on s'est posé la question de savoir ce qui donnait le goût d'apprendre le français au Luxembourg, ou il est un peu en perte de vitesse. On en a conclu que l'apprentissage dans un esprit comique pouvait être une des solutions», explique Laëtitia Masson qui souligne par ailleurs l'importance du choix d'une «thématique plus légère pendant cette période morose».

Au cours de la journée, l'accent sera mis sur l'oralité, notamment lors des cours de théâtre où des clés seront données aux professeurs pour enseigner différemment, de manière à décomplexer les élèves. «Une importance sera également attachée au rôle du numérique dans l'apprentissage du français grâce à l'intervention de Richard Bossuet de TV5 Monde, une chaîne qui propose énormément de ressources accessibles gratuitement pour les professeurs et les élèves», ajoute Maxime Dafri.

Le professeur est l'ambassadeur de la langue et de la culture francophone, mais également des valeurs telles que la démocratie et l'ouverture.

Maxime Dafri, directeur de l'Institut français du Luxembourg

Après avoir participé à ces ateliers, les professeurs assisteront à un spectacle de l'humoriste Julien Strelzyk en guise de soirée de clôture. «Il était important pour nous de faire le choix d'un artiste de la Grande Région, d'autant plus que Julien Strelzyk apporte une importance particulière à l'éducation», appuie Laëtitia Masson.


Quand le français slame, personne ne rame
Ozarm et Ayun ont une arme pour ne pas que les lycéens rament en français: le slam. Pour fêter la francophonie, les deux slameurs écument trois jours durant les côtes luxembourgeoises et emmènent dans leur barque autant de trésors que de mots. Ce mardi ils ont accosté le quai de l'Ecole internationale de Differdange.

À l'avenir, l'Institut français du Luxembourg espère bien pérenniser l'organisation de cette journée. «Le professeur est l'ambassadeur de la langue et de la culture francophone, mais également des valeurs telles que la démocratie et l'ouverture, on est donc très contents de pouvoir apporter notre soutien aux enseignants», sourit Maxime Dafri.

Un calendrier étoffé

Et la promotion de l'apprentissage du français ne s'arrête pas au 24 novembre. L'institution porte d'autres projets, parmi lesquels se trouve une exposition autour du film d'animation «Le Petit Nicolas: Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?», une production franco-luxembourgeoise distribuée par Tarantula distribution. «Nous souhaitons faire rentrer ce long-métrage dans les écoles par le biais de projections, mais également d'une exposition qu'on aimerait voir voyager entre les lycées», confie Laëtitia Masson.


Le français domine les offres d'emploi
En étudiant les annonces publiées dans le Luxemburger Wort, Fernand Fehler et Isabelle Pigeron-Piroth notent que la langue de Molière reste dominante sur le marché du travail. Cependant, la connaissance du luxembourgeois est de plus en plus prisée.

Le grand public aura, lui aussi, l'opportunité de profiter des actions de l'établissement lors du mois de la francophonie. Cet événement phare du calendrier se déroule tous les ans en mars, et les équipes de l'Institut français planchent d'ores et déjà sur la programmation de l'édition 2023. 

Alors que des ateliers slam seront proposés dans les écoles pour inviter les élèves à s'exprimer librement, des conférences seront accessibles à tout un chacun. «L'ouverture se déroulera en présence de Mohamed Mbougar Sarr, Prix Goncourt 2021. Au total, ce sont 20 à 30 événements qui attendent le grand public», indique Maxime Dafri. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'apprentissage de la langue officielle continue d'attirer les foules, pandémie ou non. Cette demande en hausse constante, conjuguée aux restrictions sanitaires liées au covid-19, pousse l'institut national des langues à se réinventer.
online.fr, INL, centre de langues,  Sprachenzentrum, Sprachen Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
C'est la journée internationale de la francophonie. A l'école internationale de Differdange mardi comme au Lënster Lycée à Junglinster ce mercredi, la francophonie se slame à voix haute avec la complicité d'Ozarm et Ayun.
Journées francophonies, ateliers slam pour les scolaires Ozarm & Ayun - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le nouvel Institut National des Langues (INL) de Luxembourg a été inauguré, ce vendredi 29 juin, après trois ans de travaux. L'occasion d'aborder un souci qui concerne directement les établissements d'enseignement: comment faire face à la pénurie actuelle d'enseignants en luxembourgeois, face à une demande d'apprentissage qui explose ?
Inauguration de l'Institut national des langues, Karin Pundel, le 29 Juin 2018. Photo: Chris Karaba
Evelyne Régniez, proviseur du Lycée Vauban
Tout nouveau proviseur du Collège et Lycée Vauban, Evelyne Régniez, arrive tout juste de Bruxelles pour diriger un «vaisseau» de 1.420 élèves. Les lycéens déménageront du quartier Limpertsberg vers le Campus francophone à Gasperich début 2018. En juin, au moment de postuler pour Luxembourg, elle a été séduite par les équipements du nouveau campus.
Evelyne Régniez, nouvelle proviseure du Lycee Vauban - Photo : Pierre Matgé