Changer d'édition

Une grève des femmes pour dénoncer les inégalités
Luxembourg 2 min. 25.02.2020 Cet article est archivé

Une grève des femmes pour dénoncer les inégalités

La plateforme d’action JIF Luxembourg a dévoilé les principales actions qui auront lieu dans le cadre de la première grève nationale des femmes, prévue le 7 mars prochain.

Une grève des femmes pour dénoncer les inégalités

La plateforme d’action JIF Luxembourg a dévoilé les principales actions qui auront lieu dans le cadre de la première grève nationale des femmes, prévue le 7 mars prochain.
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 2 min. 25.02.2020 Cet article est archivé

Une grève des femmes pour dénoncer les inégalités

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
A l'initiative de JIF Luxembourg, le premier débrayage national des femmes aura lieu le 7 mars. Une manifestation qui vise à épingler le manque d'investissement des hommes dans de nombreux domaines notamment dans le partage des tâches quotidiennes.

«Attirer l'attention sur les inégalités persistantes qui existent dans tous les domaines de la vie». Pour tous les membres de «Journée internationale des femmes» (JIF) Luxembourg, il s'agit de dénoncer une situation qui perdure depuis de nombreuses décennies. 

Ce premier «lock-out» s'intègre dans un programme plus vaste qui a été lancé depuis octobre 2019. Il s'agira d'ailleurs du point d'orgue des manifestations menées au cours des dernières semaines.  


Avant le cortège du 8 mars, les femmes ont été appelées à faire grève le 7 mars.
Les femmes appellent à la grève nationale
La plateforme «Journée internationale des femmes», qui regroupe une vingtaine d'organisations œuvrant pour l’égalité entre les sexes, lance un appel au premier débrayage des femmes au Luxembourg. Une opération qui vise à mettre en avant le manque d’investissement des hommes dans de nombreux domaines.

Et pour cette «première», les organisatrices ont tenu à épingler le phénomène du «care». Un terme qui regroupe entre autres de multiples tâches comme nettoyer, cuisiner, faire la lessive, le repassage, s'occuper des courses, soigner, éduquer,... 

«Nous revendiquons un partage égalitaire de ces travaux car ce sont surtout les femmes qui sont responsables de cette besogne», estime Line Wies qui entend lutter contre les préjugés encore en vigueur selon lesquels les «femmes sont génétiquement prédestinées» à ces tâches. Une idée encore très largement répandue dans la  société. 

Pour faire passer son message JIF Luxembourg compte bien mettre l'accent sur cette grève. Hasard du calendrier, cette journée de protestation aura lieu un samedi mais cela ne devrait pas empêcher les femmes de mener des actions symboliques aussi bien au sein de la sphère privée que professionnelle comme le fait de porter le badge de la manifestation ou de pratiquer la grève du zèle. 

Outre la grève, le défilé programmé dans les rues de la capitale permettra de mettre à jour les revendications du mouvement: plus d'argent (égalité salariale, imposition plus juste,..), plus de temps (choix de la flexibilité, congé de parentalité,...) et plus de respect (reconnaissance sociale du care, lutte contre la discrimination,...).  

Il y a un an, une marche similaire avait été organisée dans les rues de la Ville, elle avait regroupé autour de 350 personnes. Bien loin du succès de l'initiative suisse de juin 2019 où plus de 500.000 femmes s'étaient retrouvées dans la rue et des 5.000 femmes qui avaient manifesté dans les rues de Bruxelles en mars dernier. 


Lokales.Action de solidarité féministe pour la Journée Internationale des Femmes,place d'Armes. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
Une vague mauve dans les rues de Luxembourg
Entre deux averses, ce vendredi 8 mars, un cortège de plus de 300 «Gilets mauves» a arpenté l'avenue de la Gare en direction du centre-ville, pancartes en main, pour défendre les droits des femmes.

Pour le rendez-vous de ce samedi 7 mars, le collectif ne se fixe aucun objectif chiffré. Si les organisatrices espèrent atteindre le cap du millier de personnes, «on veut avant tout susciter le débat et attirer l'attention», rappelle Line Wies. 


Sur le même sujet

Weinstein jugé coupable d'agression sexuelle
Le producteur déchu a été condamné ce lundi pour viol mais il a évité une condamnation pour les accusations les plus graves. Un verdict en demi-teinte qui constitue cependant une victoire pour le mouvement #MeToo.
NEW YORK, NEW YORK - FEBRUARY 24: Harvey Weinstein enters a Manhattan court house as a jury continues with deliberations in his trial on February 24, 2020 in New York City. On Friday the judge asked the jury to keep deliberating after they announced that they are deadlocked on the charges of predatory sexual assault. Weinstein, a movie producer whose alleged sexual misconduct helped spark the #MeToo movement, pleaded not-guilty on five counts of rape and sexual assault against two unnamed women and faces a possible life sentence in prison.   Spencer Platt/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
La première grève des femmes aura lieu en 2020
Une douzaine d'organisations syndicales, politiques et militantes veulent faire du 7 mars prochain le jour J pour la première mobilisation sociale féminine du pays. A l'heure actuelle, le soutien du gouvernement est timide.
La marche organisée par l'Orange Week en 2019 avait mobilisé plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux élus.
La timide grève des femmes belges
Ce vendredi 8 mars, les femmes de Belgique se sont mobilisées, comme au Luxembourg, pour faire entendre leurs voix. Cette première grève des femmes a rassemblé entre 4.000 et 15.000 personnes à Bruxelles selon les versions.
A woman holds a placard during a women's strike in the streets of Brussels, on March 8, 2019, marking the International Women's Day. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / various sources / AFP) / Belgium OUT