Changer d'édition

«Une fermeture à minuit aurait été préférable»
Luxembourg 3 min. 22.12.2021 Cet article est archivé
Secteur Horeca

«Une fermeture à minuit aurait été préférable»

Depuis vendredi dernier, le système 2G s'applique au secteur Horeca. A partir de ce samedi, seules les personnes qui ont reçu leur dose de rappel n'auront pas besoin de se faire tester.
Secteur Horeca

«Une fermeture à minuit aurait été préférable»

Depuis vendredi dernier, le système 2G s'applique au secteur Horeca. A partir de ce samedi, seules les personnes qui ont reçu leur dose de rappel n'auront pas besoin de se faire tester.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 22.12.2021 Cet article est archivé
Secteur Horeca

«Une fermeture à minuit aurait été préférable»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Malgré les nouvelles restrictions imposées aux bars et aux restaurants, le secrétaire général de l'Horesca préfère voir le verre à moitié plein. Pour lui, le secteur a évité de justesse une fermeture et peut compter sur les aides de l'Etat.

Le Luxembourg ne suivra pas l'exemple néerlandais avec la fermeture des magasins non essentiels et des cafés, bars et restaurants. Un soulagement pour François Koepp, secrétaire général de l'Horesca qui estime qu'une fermeture totale a été «évitée de justesse». 


A partir du 13 juin, jusqu'à 10 personnes pourront être servies à la même table. En terrasses comme   en intérieur si l'établissement respecte le protocole "covid check".
Bars et restaurants passent en mode «2G+»
Avec les annonces ce mercredi du gouvernement, la restauration reçoit un nouveau coup de massue. L'ensemble du secteur devra fermer ses portes à partir de 23h. En plus, les clients n'ayant pas reçu de troisième dose devront s’acquitter d’un test rapide.

Face à la menace de la propagation du variant Omicron, il comprend que le gouvernement préfère «prévenir que guérir» en prenant dès à présent de nouvelles mesures. Surtout si cela permet d'éviter de fermer les commerces, et ainsi de pouvoir continuer à travailler. «Les employeurs veulent que leurs salariés gardent la main et pas qu'ils abandonnent, sinon c'est la mort subite des entreprises.»

Une nouvelle positive, donc, pour François Koepp qui préfère voir le bon côté des choses. Autre mesure de satisfaction, que les restrictions soient compensées par des aides. L'Etat couvrira à 100% leurs charges d'exploitation, contre 75% actuellement, pour les mois de décembre 2021, et de janvier et février 2022. A cela, s'ajoute une aide de relance fixée à 1.250 euros par salarié.

Des coups de pouce qui sont bienvenus pour les entreprises du secteur, durement touchées depuis le début de la pandémie. Certaines d'entre elles ont perdu en moyenne près de 30% de leur chiffre d'affaires, note François Koepp. «Nous sommes à bout avec les nerfs, pas seulement avec les finances», souligne le secrétaire général.


A waiter checks a customer's Covid-19 health pass in a bar of the Spanish Basque city of San Sebastian on December 15, 2021, as it becomes mandatory in the Basque Country in restaurants, bars, sports centres, hospitals, gyms, nursing homes and at indoor cultural events. (Photo by ANDER GILLENEA / AFP)
Une application à la carte pour CovidCheck
Elle est en pratique dans le domaine des loisirs depuis vendredi. La version 2G du CovidCheck assortie d'un contrôle d'identité peine cependant à se mettre en place uniformément dans les établissements luxembourgeois.

Car, depuis l'instauration du système 3G (testé, vacciné ou guéri) dans le secteur Horeca, la fréquentation y a baissé de près de 40% dans les cafés et 25% dans les restaurants, fait savoir François Koepp. Un constat qui s'est établi grâce à une étude menée sur 120 établissements luxembourgeois. 

Cette diminution s'est encore accentuée depuis vendredi dernier avec l'accès restreint aux personnes guéries ou vaccinées pour le secteur Horeca et les lieux de loisirs. Le nouveau système «2G+» - où les personnes qui n'ont pas reçu de troisième dose devront se faire tester - demandera un «effort logistique» pour assurer qu'il y ait assez de tests. Mais François Koepp ne critique pas cette mesure qui aurait pu selon lui intervenir il y a déjà un mois.

Son principal bémol concerne en réalité l'horaire de fermeture imposé à 23 h pour les cafés, restaurants et discothèques. Une mesure amère pour le monde de la nuit qui réduit considérablement leurs activités. Par ailleurs, le secrétaire général considère qu'il aurait été mieux de n'imposer une fermeture qu'à partir de minuit pour la restauration. «Car en le faisant une heure plus tôt les gens ont tendance à prendre encore un dernier verre chez quelqu'un où il n'y a pas de mesures sanitaires», estime François Koepp. Ce dernier aurait souhaité une fermeture après minuit pour le réveillon du 31 décembre.

Pour rappel, les nouvelles mesures présentées ce mercredi par le gouvernement  doivent être votées ce vendredi par les députés avant une mise en application ce week-end. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Principalement concernés par les nouvelles restrictions sanitaires, les secteurs de l'Horeca et de l'événementiel peuvent désormais faire la demande du chômage partiel pour les mois de décembre et janvier. Elle peut même être rétroactive.
Jusqu'ici responsable d'une seule infection, le variant Omicron est désormais à l'origine de cinq cas positifs dans le pays. Sa contagiosité fait craindre une reprise épidémique fulgurante, ce qui a poussé l'exécutif à décider de nouvelles mesures.
A medical worker performs a PCR test on a woman who wanted to be tested for Covid-19 at East Boston Neighborhood Health Center in Boston, Massachusetts on December 20, 2021. - Boston Mayor Michelle Wu announced that starting January 15, 2022, guest and employees, in the Boston will be required to show proof of vaccination against Covid-19 in order to enter some indoor spaces, including dining venues, bars and nightclubs, fitness centers and any indoor entertainment venues.  The new city mandate also requires all city employees to be vaccinated with at least one dose by January 15, and two doses by February 15. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
Aides aux bars et restaurants
Le secteur ne sait toujours pas si les aides promises jusqu'au 31 décembre seront prolongées pour 2022. Et alors que de nombreux clients hésitent à franchir le seuil des établissements ou annulent leurs réservations de fin d'année, cafetiers, restaurateurs et hôteliers tremblent.
ARCHIV - 17.03.2020, Baden-Württemberg, Stuttgart: Ein Kellner räumt einen Tisch in einem Restaurant ab. Können Minijobber auf Bezahlung pochen, wenn ihre Arbeit während der Lockdownphasen in der Corona-Pandemie nicht gebraucht wurde? Das will das Bundesarbeitsgericht am Mittwoch grundsätzlich klären.(zu dpa "Pandemie als Betriebsrisiko? - Urteil zu Minijobbern erwartet") Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Si un nouveau confinement devait survenir, une entreprise sur dix du secteur de l'hôtellerie et de la restauration pourrait mettre la clé sous la porte. C'est le constat alarmant que tire François Koepp, le secrétaire général de l'Horesca.
Wirtschaft, Vorbereitungen zu Wiedereröffnung Terrassen und Resturants, Luxemburg, Covid-19, Corona, Cafe des Capucins, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort