Changer d'édition

Une femme sur trois est victime de violence au Luxembourg
Luxembourg 19 7 min. 07.12.2022
Orange Week

Une femme sur trois est victime de violence au Luxembourg

Dans le cadre de l'Orange Week, un signal a été donné cette année encore à Esch-sur-Alzette contre la violence envers les femmes.
Orange Week

Une femme sur trois est victime de violence au Luxembourg

Dans le cadre de l'Orange Week, un signal a été donné cette année encore à Esch-sur-Alzette contre la violence envers les femmes.
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 19 7 min. 07.12.2022
Orange Week

Une femme sur trois est victime de violence au Luxembourg

Amélie SCHROEDER
Amélie SCHROEDER
La violence à l'égard des femmes reste un problème majeur dans le monde en 2022. Au Grand-Duché aussi, les femmes sont exposées à la violence physique et psychologique. Même une sur trois.

Une femme sur trois au Luxembourg a été victime de violence en 2020. Que ce soit dans la sphère privée, au travail ou dans la rue, la violence est le fil rouge de la vie de nombreuses femmes. Dans le monde entier, elles sont encore exposées quotidiennement à la violence. Le Luxembourg ne fait pas exception à la règle.


Féminicide au Luxembourg - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le féminicide, une réalité qui reste encore trop tue
Au Luxembourg, s'il existe bien quelques chiffres sur les homicides conjugaux, aucune statistique plus affinée ne permet de quantifier le phénomène de manière plus précise. Ce qui constituerait, pour certains, une véritable entrave à son éradication.

Cette année encore, le slogan «Orangez votre monde» attire l'attention sur ce problème. Depuis le 25 novembre et jusqu'à samedi prochain se déroule la sixième édition de l'Orange Week.

Plus de 50 événements ont eu lieu dans ce cadre. Anik Raskin, chargée de direction du conseil national des femmes de Luxembourg, se montre satisfaite du déroulement de l'Orange Week jusqu'à présent.

Les visages de la violence

«La violence envers les femmes a de nombreux visages. On pense automatiquement à la violence domestique», détaille Anik Raskin. Mais l'éventail des violences auxquelles les femmes sont exposées est bien plus large. La violence psychologique ou physique et le harcèlement sexuel en font partie.

De nouvelles formes de violence, dans lesquelles les femmes sont harcelées numériquement et subissent une pression psychologique, se sont également répandues avec le développement des médias numériques. L'envoi de «Dick Pics» par exemple, relève du harcèlement sexuel et peut être dénoncé. Mais souvent, ce type de harcèlement est toléré et l'auteur s'en sort impunément, selon la chargée de direction du conseil national des femmes de Luxembourg.

Il est toutefois difficile de dire à quels problèmes les femmes sont concrètement confrontées au Luxembourg selon elle. Il y a un consensus général sur la violence physique et domestique, car les gens «peuvent s'en faire une idée». C'est là qu'il est le plus facile de sensibiliser les gens.

Pour les personnes concernées, il est difficile de rassembler les preuves nécessaires. «Si les femmes ont déjà le courage de porter plainte en cas de violence psychique ou domestique ainsi que de harcèlement sexuel, cela échoue souvent au niveau des preuves». C'est alors la parole de l'une contre la parole de l'autre. Dans le cas de la violence physique, les preuves ne posent qu'un problème limité.

La violence, nous l'avons toutes vécue.

Anik Raskin, chargée de direction du conseil national des femmes de Luxembourg

Ici, c'est plutôt la psychologie de l'homme qui fait obstacle. Les femmes sont parfois tellement manipulées qu'elles ne ressentent plus la violence comme telle. Ou ont peur de la nommer comme violence. «C'est mon problème. Je m'en sortirai toute seule. Ce n'était pas si grave. Ce sont toutes des pensées qui empêchent les femmes d'être actives et de se défendre», déplore Anik Raskin.

Pourtant, presque toutes les femmes ont déjà subi des violences. Que ce soit une main qui glisse trop vers le bas lors d'une salutation ou du harcèlement sexuel dans la rue. L'étude, recueillie en 2020, ne surprend qu'à moitié. Selon la chargée de direction du conseil national des femmes de Luxembourg, il manque des chiffres concrets.


Photo: Shutterstock
Deux tiers des résidentes ont subi des violences
Psychologiques, sexuelles, physiques ou encore économiques, les violences faites aux femmes prennent plusieurs formes, et concernent la plupart de ces dernières, selon des chiffres dévoilés par le Statec.

Les actes de violence domestique sont régulièrement inclus dans les statistiques de la police. Ainsi, en 2021, la police a été appelée 917 fois pour des faits de violence domestique. Mais il serait également important d'établir des chiffres différenciés afin de donner aux femmes concernées le sentiment de ne pas être seules.

Les offres d'aide ne sont pas suffisamment efficaces

En collaboration avec le gouvernement, une ligne d'assistance a été mise en place au début de la pandémie, soutenue par différentes organisations. Les personnes concernées ont ainsi pu bénéficier d'une aide lorsqu'elles ont été victimes de violences domestiques.

Selon Anik Raskin, il faut toutefois compter un à deux ans avant qu'une ligne d'assistance ne s'établisse. L'explosion des chiffres de la violence domestique en 2020 a montré que les femmes ne pouvaient pas être suffisamment aidées entre leurs quatre murs. Cette année-là, la police a dû intervenir 943 fois en raison de la violence envers les femmes. Pendant le lockdown, de nombreuses victimes se sont retrouvées plus ou moins sans protection face aux agresseurs.

A la question de savoir si la politique en fait assez pour protéger les femmes, Anik Raskin répond qu'on n'en fait jamais assez. Les actes de violence contre les femmes persistent. Pendant la pandémie, on s'est rendu compte que même la loi luxembourgeoise, qui était pourtant très bien placée au niveau international, ne protégeait pas suffisamment les femmes. «Le féminicide doit absolument être inscrit dans le code pénal. Il est inadmissible que des personnes soient assassinées du seul fait qu'elles sont des femmes.»

Il n'y a pas de chiffres qui montrent la violence contre les femmes trans au Luxembourg. Cependant, il serait étrange que la situation soit différente ici que dans d'autres pays, selon Anik Raskin. Au Luxembourg aussi, il existe des associations qui confirment très clairement que certains groupes sont beaucoup plus exposés à la violence.

De même que les femmes handicapées doivent plus souvent faire face à des expériences de violence. D'un point de vue purement subjectif, la chargée de direction du conseil national des femmes de Luxembourg a le sentiment que la société n'est pas suffisamment sensibilisée à ce sujet.

Il y a encore un grand potentiel d'amélioration

Anik Raskin émet également des critiques à un autre niveau. Un homme viole des filles et est dénoncé par quatre jeunes femmes. Il avoue les faits au tribunal, mais s'en tire néanmoins avec une peine avec sursis. L'affaire a fait l'objet de nombreux et longs débats publics. «Est-ce le signal que l'on veut donner?»

Le problème des refuges pour femmes est également connu depuis un certain temps. Les listes d'attente ne diminuent pas. En cas d'urgence, les femmes et leurs enfants doivent trouver refuge dans ces logements. Mais cela ne fonctionne que sur le papier, car la durée maximale de séjour est de trois mois. Actuellement, 70 femmes attendent une place dans un hébergement d'urgence. Et jusqu'à ce qu'une telle place se libère, elles sont exposées à la violence à la maison.

Dans ce contexte, il serait important de trouver une solution à long terme. Anik Raskin préconise par exemple la construction de logements sociaux. Selon elle, un certain pourcentage de logements doit être réservé aux femmes en détresse, car celles-ci n'ont pratiquement aucune chance sur le marché du logement traditionnel. Pourtant, ces femmes ont un travail et un salaire.

Les hommes aussi peuvent être féministes

Pendant longtemps, le féminisme a été un terme à connotation plutôt négative. Il s'accompagnait de la peur du changement et de l'abandon des normes ancestrales. Mais depuis quelques années, la prise de conscience de cette problématique a évolué. De plus en plus, le regard sur la masculinité évolue par rapport aux générations précédentes.


D’une conversation Facebook à l’enfer d'une maison à Esch
Une histoire digne d’un thriller a mis en scène un ouvrier du bâtiment portugais et une jeune Brésilienne au Luxembourg. La fin aurait pu être tragique mais le dénouement a été tout autre.

La plate-forme de la journée internationale des femmes (JIF) rassemble des personnes qui veulent faire bouger les choses et rompre avec les anciennes normes. Les hommes s'impliquent également dans les groupes de discussion afin d'échanger sur l'égalité en général et sur la violence envers les femmes qui en découle.

Anik Raskin parle d'une base fondamentale du féminisme qui s'intègre lentement mais sûrement dans la société. Même si les opinions peuvent parfois diverger et s'il existe des différences dans la mise en œuvre, on défend en fin de compte les mêmes principes. Mais ce qui manque, selon elle, ce sont des solutions plus concrètes et contraignantes. Et c'est une question de volonté politique.

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un certain profil-type des victimes ainsi que des auteurs a pu être dégagé dans ce rapport qui note une baisse des interventions policières et des expulsions des auteurs.
Lokales, Rapport annuel 2021 du Comité de Coopération entre les Professionnels dans le domaine de la lutte contre la violence, Taina Bofferding, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le Statec a analysé la victimation en matière de violence sexuelle, physique et psychologique au Luxembourg. Le nombre de personnes ayant été victimes de violence a augmenté ces dernières années.
Les violences faites aux femmes sont loin d'être un phénomène marginal au Luxembourg, comme le prouve une enquête révélée ce mardi par le Statec. Selon ce document, 20% des femmes de 16 à 74 ans ont subi une forme de violence sexuelle, physique ou psychologique.
D'ici 2023, l'appareil devrait faire son entrée dans l'arsenal préventif mis en place au Luxembourg. Chaque jour dans le pays, la police intervient à deux ou trois reprises pour cause de violences domestiques.