Changer d'édition

Une étude sur la réduction du temps de travail
Luxembourg 2 min. 29.04.2022
Au Luxembourg

Une étude sur la réduction du temps de travail

De nombreuses études montrent que réduire le temps de travail a un impact positif sur la santé et réduit les cas d'épuisement professionnel.
Au Luxembourg

Une étude sur la réduction du temps de travail

De nombreuses études montrent que réduire le temps de travail a un impact positif sur la santé et réduit les cas d'épuisement professionnel.
Photo: Getty Images/Maskot
Luxembourg 2 min. 29.04.2022
Au Luxembourg

Une étude sur la réduction du temps de travail

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Le ministre du Travail et de l'Emploi Georges Engel (LSAP) entend fournir des données objectives afin de débattre sur la possibilité de réduire le temps de travail au Luxembourg.

Le sujet est dans l'air du temps, surtout depuis la crise du covid. Travailler moins pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle, tel est le souhait de nombreux travailleurs aujourd'hui. En Europe, plusieurs pays ont lancé des initiatives pour tenter de trouver la formule magique à cette équation. 


Le respect des gestes barrières a permis aussi de limiter la propagation d'autres infections cet hiver. Moins de cas de grippe et de gastro-entérite par exemple.
Pourquoi la semaine de 4 jours n'est pas une si bonne idée
Sur papier, la démarche a de quoi séduire. Dans les faits, syndicats et ministère s'accordent sur les impacts négatifs d'une telle mesure.

En Suède, le pays a testé la journée de travail de six heures, avec un certain succès puisque les travailleurs ont augmenté leur productivité et que la mesure, malgré qu'elle soit coûteuse, a eu un impact également sur la qualité du travail.

D'autres pays ont plutôt opté pour la semaine de quatre jours, à l'instar du Royaume-Uni qui a lancé un projet pilote en janvier. La mesure a aussi séduit la Belgique, qui veut tester la possibilité pour les travailleurs de prester leurs 38 heures hebdomadaires en quatre jours, au lieu de cinq, pour un salaire équivalent.

«Nous devons réagir»

La réflexion entamée dans le pays voisin a poussé le Luxembourg à se pencher également sur la question. «Le Luxembourg ne peut pas se permettre de ne pas réagir. Nous devons garantir l’attractivité de notre marché du travail», a expliqué Georges Engel ce jeudi à la Chambre, en réponse à une question parlementaire élargie du député Dan Kersch (LSAP).

Le député souligne dans sa question que plusieurs pays voisins ont déjà un temps de travail hebdomadaire inférieur au Grand-Duché, où le régime légal est de 40 heures par semaine. En Belgique, il est de 38 heures et de 35 heures en France. Le député note également que «la numérisation pose la question d'une répartition équitable des gains de productivité entre employeurs et salariés».

Chiffres à l'appui, le ministre a confirmé que les Luxembourgeois travaillaient plus d'heures sur une année que leurs voisins. En 2019, le Statec relevait qu'un employé à temps plein au Luxembourg travaillait 1.701 heures par an, contre 1.677 en Allemagne, 1.544 en France et 1.495 en Belgique.

La semaine de quatre jours serait-elle alors la bonne solution pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle? Non, selon le ministre, qui estime que la mesure ne serait pas bénéfique dans ce cadre.

Une discussion indispensable

Mais pour Georges Engel, une discussion sur le sujet est indispensable. C'est pourquoi le ministre veut lancer une étude sur la possibilité de mettre en oeuvre une réduction du temps de travail, afin d'alimenter les débats sur la question.


People walking to work on Boulevard Royal in Luxembourg City
La Wallonie teste la semaine de quatre jours
Les employés communaux faiblement qualifiés de plus 60 ans pourront souffler tout en facilitant l’emploi des jeunes.

Car s'il semblerait que travailler moins d'heures rend plus productif, comme l'ont démontré plusieurs études, il faut aussi prendre en compte les préoccupations des employeurs, notamment en ce qui concerne le manque de personnel disponible, a expliqué le ministre. Ce dernier estime que la réduction du temps de travail peut avoir un certain nombre d'effets positifs pour les employés mais aussi les employeurs, car la mesure permet de réduire entre autres les cas d'épuisement professionnel ou de dépression.

Aucune date n'a cependant été avancée concernant la disponibilité des résultats pour en débattre avec les députés. Georges Engel a toutefois souligné sa volonté d'inclure les entreprises et les syndicats dans les discussions autour de ce sujet de société.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avant le retour massif des travailleurs à temps complet au bureau plus que probable en juillet, l’économiste Michel-Edouard Ruben, coauteur du livre «Le temps des crises» avec Jean-Jacques Rommes, livre sa vision de l'avenir du travail à domicile.
Les députés ont voté ce mercredi une loi qui va modifier le Code du travail. En prévision, l’obligation pour les entreprises de consulter leur délégation du personnel avant d’instaurer une politique de télétravail et d’obtenir leur accord pour celles de plus de 150 salariés.
Einmal mehr müssen die Abgeordneten sich mit einem Covid-Text befassen.