Changer d'édition

«Une crise chez Déi Gréng? Où ça?»
Luxembourg 4 min. 25.09.2019 Cet article est archivé

«Une crise chez Déi Gréng? Où ça?»

La liesse de 2018, à l'annonce des résultats des élections législatives, semble bien loin.

«Une crise chez Déi Gréng? Où ça?»

La liesse de 2018, à l'annonce des résultats des élections législatives, semble bien loin.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 4 min. 25.09.2019 Cet article est archivé

«Une crise chez Déi Gréng? Où ça?»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Affaire Traversini, remaniement gouvernemental délicat, problème de santé d'un de ses piliers: le parti écologiste vit des heures sombres. Mais ses deux coprésidents veulent croire en des jours meilleurs. Rapidement si possible.

François Bausch, sur les ondes de Radio 100.7, a lâché le mot en premier, lundi: «Déi Gréng traverse une crise». Coprésidente du parti vert, Djuna Bernard préfère parler ce mercredi de «situation difficile». Une nuance de terminologie qui pousse la responsable politique à s'expliquer : «Si nous n'avions aucune piste pour nous en sortir, là je parlerais de crise.» Pourtant, rarement les astres n'ont paru si défavorables au parti


François Bausch devient vice-Premier ministre
François Bausch devient vice-Premier ministre
L'absence prolongée du ministre de la Justice et vice-Premier ministre, Félix Braz a conduit Déi Gréng à proposer un remaniement gouvernemental. Ses adhérents en seront informés au cours d'un congrès extraordinaire, le 3 octobre prochain.

Décès du charismatique Camille Gira l'an dernier, problème de santé de Félix Braz jusqu'alors ministre de la Justice et vice-Premier ministre, puis maintenant la démission de son poste de bourgmestre de Roberto Traversini à Differdange après quelques approximations avec la loi : les nuages s'accumulent. Et le fait que le parti ne puisse avancer fermement aucun nom pour le remaniement gouvernemental de ces prochains jours n'a rien d'une éclaircie.

Pas de zizanie

Coprésident Déi Gréng, Christian Kmiotek entend calmer la tempête qui semble naître autour de son parti. «Quand mardi soir, nous avons tenu notre comité exécutif, je n'ai rien ressenti de catastrophique. Une crise chez Déi Gréng où ça? Il n'y a aucune zizanie dans les rangs», assure-t-il.

Lui préfère voir un parti et des membres «en convalescence personnelle» après cet ensemble de coups durs. «Humainement ou politiquement, tous nos membres ont de quoi être affectés», soutient le dirigeant certain que les choses vont rentrer dans l'ordre. 

En juin 2018, le précédent congrès extraordinaire de Déi Gréng avait validé la succession de Camille Gira par Claude Turmes.
En juin 2018, le précédent congrès extraordinaire de Déi Gréng avait validé la succession de Camille Gira par Claude Turmes.
Photo: Pierre Matgé

 

Pour le prochain gouvernement, le comité extraordinaire, convoqué en urgence le 3 octobre, permettra de mettre des noms sur les postes à redistribuer. Et l'ordre du jour ne portera que là-dessus. Qui pour prendre en main le portefeuille du Logement (à la place de Sam Tanson) et les fonctions de ministre délégué à la Défense et à la Sécurité intérieure (jusque-là tenues par François Bausch)? «S'il fallait débattre d'autres points majeurs, nous les aurions soumis au vote des adhérents», assure Christian Kmiotek.

 

 Reste que le fait de conserver Roberto Traversini dans son rôle de député Déi Gréng, alors même que l'élu reconnaît avoir commis des «erreurs» dans certains travaux menés sur une de ses habitations, peut faire grimacer dans les rangs. «Nous ne jugerons pas Roberto», avait assuré le coprésident la semaine passée. Son homologue féminin le rejoint sur ce point: «Les conclusions politiques viendront avec les décisions de justice.» 

Pour l'heure, effectivement, la culpabilité de l'ancien bourgmestre differdangeois n'est pas prouvée. Le parquet vient juste d'ouvrir une enquête portant sur détournement de deniers publics ou privés, prise illégale d’intérêts, blanchiment et violation de la loi modifiée du 19 juillet 2004 concernant l’aménagement communal et le développement urbain.

Une vision positive

Des accusations graves portées sur un membre éminent d'un parti qui pouvait se parer de bien des vertus. Des accusations portées à un homme qui pouvait prétendre à rejoindre le gouvernement même. «Oui, nous devons être exemplaires, mais j'ai toujours su que nous étions un mouvement comme les autres. Avec des hommes et des femmes faillibles», bat sa coulpe Djuna Bernard.

Mais plutôt que de regarder les défauts des uns, elle préfère se focaliser sur «la vision positive portée par tous dans le parti. C'est cela qui nous a donné du crédit dans la société et nos valeurs restent d'actualité.» Une aura verte qui vient cependant de connaître ses premières taches.


Sur le même sujet

Les sections locales de Déi Gréng et du CSV se sont mises d'accord mardi soir pour proposer la candidature de Christiane Brassel-Rausch (Déi Gréng) au poste de bourgmestre de Differdange. Ce serait alors une première féminine à la tête de la troisième ville du pays.
La candidature de Christiane Brassel-Rausch doit encore être approuvée à la majorité du conseil communal differdangeois
La Justice s'est officiellement saisie de l'«Affaire Traversini» ce vendredi. Des perquisitions ont déjà été menées à l’administration communale de Differdange ainsi que dans les bureaux du Centre d’initiative et de gestion locale que présidait le bourgmestre Déi Gréng.
Démission Roberto Traversini - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le président du parti vert, Christian Kmiotek approuve le choix du bourgmestre de Differdange de démissionner de son poste communal. Il lui renouvelle toutefois sa confiance pour siéger comme député.
Christian Kmiotek souligne que l'ex-bourgmestre de Differdange, Roberto Traversini, a «réagi en fonction des standards verts».
Le bourgmestre de Differdange a utilisé à des fins personnelles de la main-d'œuvre du Centre d'Initiative et de Gestion Local de la commune. Pour ces travaux, il lui est demandé de payer les heures effectuées.
Lokales,  Conference de Presse Roberto Traversini, batisse du 15 A route de Petange,  Chris Karaba/Luxemburger Wort
François Bausch est revenu, ce lundi matin, sur les dossiers chauds du gouvernement. A savoir: le remplacement de Félix Braz par Sam Tanson au ministère de la Justice, le fichier central de la police grand-ducale et les questions concernant les transports.
Toujours hospitalisé en Belgique suite à un malaise cardiaque en août, le ministre de la Justice «n'est plus en danger de mort» a assuré Xavier Bettel ce vendredi. Mais le Premier ministre indique qu'il est toujours dans un «état de conscience minimal».
Deux semaines après l'annonce du malaise cardiaque qui a foudroyé le ministre, le gouvernement a dévoilé ce vendredi la nouvelle organisation gouvernementale. La charge de la Justice sera désormais assurée par la ministre du Logement et de la Culture.