Changer d'édition

Une clientèle déjà limitée dans les grandes surfaces
Luxembourg 1 3 min. 27.10.2020

Une clientèle déjà limitée dans les grandes surfaces

Plus question de ne pas respecter la distanciation sociale. La règle dans les grandes surfaces sera désormais d'un client pour 10 m2.

Une clientèle déjà limitée dans les grandes surfaces

Plus question de ne pas respecter la distanciation sociale. La règle dans les grandes surfaces sera désormais d'un client pour 10 m2.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 1 3 min. 27.10.2020

Une clientèle déjà limitée dans les grandes surfaces

Si de nouvelles mesures seront votées mercredi pour notamment restreindre le nombre de clients par mètre carré, les acteurs de la grande distribution appliquent déjà cette mesure depuis le mois de mars.

(DH) - Au paquet de mesures annoncées vendredi, la ministre de la Santé Paulette Lenert a ajouté quelques dispositifs qui seront votés dès ce mercredi.  En plus du couvre-feu qui entrera en vigueur jusque fin novembre et de la limitation à quatre personnes pour les rassemblements, les autorités envisagent un accès limité aux grandes surfaces. Dans le détail, la règle sera d'un client pour 10 m2, et exclusivement dans les magasins de plus de 400 m2.  

«La grande distribution a déjà montré son sérieux dans l'application des règles sanitaires. Il n'y a pas de raison que cela change», commente Guibert Zimmer, le directeur du Cora Foetz. Et pour cause, de l'enseigne qu'il représente en passant par Auchan, Delhaize ou encore Cactus tous se sont accordés à appliquer cette mesure depuis le mois de mars.

«Règles d'hygiène, mesures d'éloignement et de protection, tout est mis en place afin que chacun puisse travailler et faire ses courses dans les meilleures conditions», assure le service de communication de la marque au lion. Delhaize y voit aussi, «un moyen de fluidifier le passage aux caisses et ainsi enlever une certaine pression à des hôtesses déjà suffisamment stressées par la situation sanitaire».


Lokales, Coronavirus, Covid-19, Cactus Howald, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Il faut que ça continue à «supermarcher»
Les grandes surfaces sont en première ligne pour assurer le quotidien de plus de l'ensemble des résidents. Mais du responsable du magasin au salarié en passant par le client, chacun a un rôle à tenir pour passer la crise.

Quant à Cactus, le groupe leader de la grande distribution précise à Paperjam qu'il s'agit avant tout de rassurer. «Nous connaissons nos affluences et nous pouvons les gérer.» En pratique, pour tous les acteurs de la grande distribution, la limitation des clients sera assurée par les équipes de sécurité. Et dans un premier temps, il n'est pas question de les renforcer. 

«Nous avons l'expérience de réguler notre clientèle», souligne-t-on encore du côté de chez Auchan qui n'a connu «qu'un ou deux samedis tendus en termes d'affluence depuis mars». Un mois de mars qui avait donné lieu à des scènes irréelles, les clients prenant d'assaut les rayons de produits de première nécessité.

Les grandes enseignes «ont malheureusement l'expérience du confinement de mars», indique Delhaize. «Il y aura suffisamment de produits dans les semaines à venir. Donc pas besoin de faire des stocks.» Reste à savoir quelle sera l'attitude des consommateurs. A l'approche des fêtes, alors que le marché de Noël de Luxembourg vient d'être annulé, vont-ils privilégier des surfaces commerciales moindres pour éviter la foule?


Lok , Winterlights , Letzbuerger Chreschtmaart , Weihnachtsmarkt , Marche de Noel , Luxemburg.-Stadt , Ville de Luxembourg , VdL , Place d`Armes und Gelle Fra / Place de la Constitution , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Luxembourg annule son marché de Noël
Moins de deux semaines après avoir confirmé le maintien des festivités de fin d'année, la capitale a annoncé, mardi, revenir sur sa décision. En cause, l'importante hausse des cas de contamination.

Quoi qu'il en soit, les grandes surfaces sont parées à limiter les flux de clients. Et si le comptage des clients s'était passé sans accroc sous le soleil du printemps, il reste à leur assurer un minimum de confort dans les files d'attente cet automne. A l'heure actuelle, seul  Cactus a trouvé la parade et déploiera une tente devant son centre commercial de Bertrange. Les autres magasins du groupe et les enseignes concurrentes attendent les consignes qui seront données par leur direction après le vote à la Chambre

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Sept nouvelles victimes du covid à déplorer
Alors que le gouvernement a annoncé ce lundi la mise en place de nouvelles mesures sanitaires, le ministère de la Santé fait état d'un total de 273 victimes du virus et l'enregistrement de 173 nouvelles infections.
Unité COVID19  service réanimation CHL 19.11.2020 Photo ©Christophe Olinger
«Si vous avez une solution miracle...»
Lassée des critiques, la ministre de la Santé a refait un point sur les dispositifs devant atténuer la flambée des contaminations. «Des mesures très restrictives», admet Paulette Lenert.
Politik, Paulette Lenert pressekonferenz, Neue Covid-Massnahmen in der Gesundheitskommission, Covid-19, Coronavirus, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Qui est monté au front en plein covid?
Le Statec vient de dresser le portait robot des 150.000 salariés qui, au Luxembourg, se sont retrouvés en première ligne quand l'épidémie a débuté. Des femmes principalement, aux contrats précaires le plus souvent.
Wirtschaft, Die Lage in der Luftfrachbranche. Boom nur ein Strohfeuer, LuxairCargo, Luxair, Cargo, Cargolux, Frachtflugzeug, Coronavirus, COVID 19, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les supermarchés pris d'assaut
Les grandes surfaces ont connu un pic de fréquentation particulièrement élevé ce vendredi matin. Rupture de stock pour certains produis et files interminables aux abords des caisses, le comportement de certains consommateurs a semé le chaos.
Lok , Andrang Supermärkte Cactus Belle Etoile , Hamsterkäufe , leere Regale , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«On gère un centre commercial comme un village»
Laurent Schonckert est arrivé à La Belle Étoile en 1984. A l'heure où le centre commercial fête ses 45 ans, celui qui le dirige parle des évolutions passées, à venir et de ce paysage commercial qui ne cesse de voir naître des mastodontes.
Laurent Schonckert, administrateur de La Belle Étoile, regrette que les nouveaux centres soient portés par des promoteurs immobiliers.